Le leader de l’opposition, Arvin Boolell, a demandé au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires en vue de  l’« emergency registration » des médecins à la retraite. Il a par la même occasion souhaité l’enrôlement des étudiants en médecine en classe terminale dans la lutte contre le Covid-19.

« Ils apporteront un soutien considérable au personnel médical actuel, qui est déjà très sollicité. Nous pourrons également faire appel à la diaspora mauricienne dont beaucoup sont disposés à apporter leur contribution à Maurice. » Et Arvin Boolell de poursuivre : « La possibilité de faire appel aux médecins chinois ou russes ne doit pas être négligée non plus.»

Les médecins peuvent pratiquer la « télé-médecine grâce à des applications de ‘self-evaluation’ et canaliser les personnes, si besoin est, vers les hôpitaux et centres de santé. Le leader de l’opposition souligne par ailleurs qu’il « faut être prévoyant », tout en insistant sur l’importance des tests de dépistage. Pour lui, plus nous connaissons le nombre de personnes qui sont positives mieux ce sera pour contrôler la propagation du virus.

D’autre part, Arvin Boolell se demande s’il ne serait pas bon de mettre à contribution les caméras de Safe City pour faciliter le « rapid contact tracing » dans les limites des législations existantes. Il demande dans le même souffle au gouvernement d’ être « plus transparent ».

Par ailleurs, le leader de l’opposition affirme qu’il est important de savoir comme « unlock » le lockdown. Il est question d’un exercice graduel et il faudrait commencer l’ouverture des services officiels et s’assurer que la distanciation sociale et tous les protocoles soient respectés sur les lieux de travail.

Autre sujet de préoccupation pour Arvin Boolell est l’absence de fumigation et de désinfection dans le pays. Cependant, il revient à la charge avec l’importance d’un National Crisis Committee. La lutte contre le Covid-19 n’est pas partisane mais une lutte nationale, a-t-il dit. Et de souligner qu’en Grande-Bretagne le Premier ministre a appelé les leaders politiques à unir leurs forces. Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’une entente démocratique

De plus, Arvin Boolell a condamné une récente remarque à l’effet que sous l’ancien régime il y avait 200 000 cas de H1NI. Ce qui est faux, avance-t-il.