Un peu plus d’une année après l’éclatement du scandale Ponzi Scheme avec au moins 3 630 victimes recensées pour un montant déclaré de Rs 937 millions, c’est véritablement un retour à la case départ. En effet, les dernières informations en date indiquent que l’Assets Recovery Office sous le contrôle de l’Office of the Director of Public Prosecutions est appelé à revoir sa stratégie par rapport aux avoirs saisis dans le cadre de cette enquête. Ce développement fait suite à un ordre de la Cour suprême suite à des actions logées par des compagnies de Leasing. Entre-temps, le Central CID est en présence de nouvelles orientations en vue de conclure cette enquête sur des crimes en col blanc. Un des points à approfondir demeure le communiqué émis par Sunkai Co Ltd durant le week-end du 30 mars 2013 garantissant un remboursement intégral de leurs investissements alors que Bhimla Ramloll, aussi connue sous le nom de Mme Kabas, était en détention policière.
À ce matin, des officiels de l’Assets Recovery Office étaient à pied d’oeuvre en vue de mettre à exécution cet ordre de la Cour suprême au sujet des voitures appartenant à des compagnies de crédit-bail et saisies lors des perquisitions dans les locaux de White Dot International Co Ltd à Quatre-Bornes. Des recoupements d’informations effectués de sources concordantes indiquent qu’à ce stade neuf des 65 voitures placées sous séquestre par ce département spécialisé de l’Office of the Director of Public Prosecutions doivent être retournées à trois compagnies de Leasing.
Cette décision est basée sur les termes du contrat de crédit-bail, ces avoirs, notamment ces véhicules, appartiennent à la compagnie de Leasing et non à la société White Dot International Co Ltd. Il n’est pas à écarter que d’autres voitures se retrouvent dans le même cas dans les semaines à venir. Aucune indication officielle n’est disponible quant au nombre exact alors qu’une nouvelle vérification des documents d’enregistrement pourrait être envisagée.
La première conséquence est que le montant susceptible d’être récupéré sera réduit au préjudice des victimes qui avaient placé leurs économies et autres Lump Sums par tentation. Jusqu’ici, l’exercice de récupération des fonds appropriés par les différentes sociétés impliquées dans le Ponzi Scheme n’a pas donné les résultats escomptés, soit moins d’un tiers des réclamations de Rs 937 millions enregistrées au Ponzi Desk de la Banque de Maurice.
D’autre part, le Central CID de même que l’Independent Commission Against Corruption et la Financial Intelligence Unit s’intéressent aux instructions émises en vue de la publication d’un communiqué officiel en date du 31 mars dernier à l’effet que tous les clients de Sunkai Co Ltd seront remboursés. Ce communiqué avait été publié au lendemain de l’arrestation de Bhimla Ramloll, le cerveau derrière ce réseau de Ponzi.
Ainsi, Mes Yousuf Mohamed, Senior Counsel, et Rajendra Appajala (avoué) avaient apposé leurs signatures au bas de ce communiqué soutenant au nom de Bhimla Ramloll que « tous les investisseurs recevront le remboursement de leur investissement en totalité et cela en collaboration avec les autorités compétentes ». Que ce soit au Central CID, à l’ICAC ou à la FIU, l’intérêt porte sur la source de financement pour une opération de remboursement de cette envergure car jusqu’ici le Money Trail initié n’a pas révélé de véritable War Chest au nom de Sunkai Co Ltd.
Dans l’immédiat, suite à des directives formelles, le Central CID compilera une liste de tous les clients de ces sociétés Ponzi avec des placements de plus de Rs 500 000 en vue de les transmettre à l’ICAC pour des procédures au pénal sous les dispositions de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act (FIAMLA). Mais avant de loger ces procès devant les instances judiciaires appropriées, l’ICAC devra procéder à l’interrogatoire des suspects.
Pour ce qui est du Main Case d’escroquerie, l’une des plus importantes avec un préjudice dépassant le milliard, même si le montant déclaré n’est que de Rs 937 millions, le Central CID s’est donné jusqu’au mois prochain pour boucler son rapport au DPP. Pas moins de sept suspects, soit Bhimla Ramloll et ses complices, notamment Rambharuth, Bhunjun, Chuttoo, Sonah, Soheechand et Dominique, devront se retrouver sur les bancs des accusés pour des délits de Swindling et de Conspiracy subséquemment avec d’autres agents de Sunkai bénéficiant d’une éventuelle immunité pour soutenir les actes d’accusation.
Entre-temps, les 3 730 victimes devront continuer à faire preuve de patience car le moment et la formule de remboursement n’ont pas encore été déterminés…