Source Internet

Alors que la récession mondiale s’accentue, la plupart des économies africaines sont relativement épargnées grâce à la diversification économique dans certaines régions. C’est ce qui ressort de la dernière édition de l’Economic Update : Africa Q4 2019 de l’Institute of Chartered Accountants in England and Wales (ICAEW).

L’organisation professionnelle fait des prévisions de croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) pour différentes régions, incluant l’Afrique de l’Est. C’est la région ayant connu, avec un taux de 6,3% en 2019, la croissance la plus rapide. Cela devrait se poursuivre au cours des deux prochaines années. Après l’Afrique de l’Est, c’est la zone franche qui montre la plus forte croissance sur le continent avec un taux prévu de 4,9% pour 2020.

Le rapport de l’ICAEW, co-écrit avec Oxford Economics, indique que l’Afrique abritera, au cours des cinq prochaines années, la moitié des dix économies ayant les plus forts taux de croissance au monde. En dépit du climat économique défavorable, créé par une faible croissance aux États-Unis, en Chine et en Europe, le rapport estime que l’Afrique reste un lieu relativement porteur avec de belles histoires économiques. Et ce même si le Nigeria et l’Afrique du Sud, les deux principales économies du continent, continuent à éprouver des difficultés