CTSP—POST-MORTEM DE LA GRÈVE DE LA FAIM: « Le combat contre la pauvreté commence par les exploités ! »

Lors d'une conférence de presse faisant état du bilan de la grève de la faim qu'ils ont observé dix jours durant pour réclamer la régularisation des femmes cleaners, Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo ont affirmé que « le combat contre la pauvreté commence par ces exploités du système ». Ils ont exhorté le gouvernement à régulariser le cas « de tous les exploités du système » avant de féliciter l'église catholique, qui s'est engagée à régulariser les 22 cas des cleaners du Service diocésain de l'éducation catholique (SDEC).
« Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui répète souvent qu'il s'est donné pour mission de combattre la misère dans le pays, doit réaliser que le combat contre la pauvreté commence par la régularisation des cas de tous ces exploités du système ! » a lancé la secrétaire de la Confédération des travailleurs des secteurs public et privé (CTSP). C'était vendredi matin lors d'une conférence de presse organisée afin de faire le bilan de la grève de la faim observée par six femmes cleaners ainsi que Reeaz Chuttoo et Jane Ragoo pendant dix jours pour réclamer la régularisation des femmes cleaners des écoles primaires et secondaires du gouvernement, et employées sous contrat.
Jane Ragoo a expliqué qu'il y a encore des travailleurs, employés entre autres dans les “filter-beds” de la CWA, mais aussi « dans nos hôpitaux ou à nettoyer nos plages », qui touchent « des salaires dérisoires » tout en travaillant « dans des conditions précaires ». Elle poursuit : « La lutte contre la pauvreté commence par eux. Il faut que la régularisation du problème de ces femmes cleaners fassent boule-de-neige et apporte un soulagement à tous ces “ti travayer” qui, en silence, travaillent dans des conditions très précaires. »
La secrétaire de la CTSP s'est félicitée de l'engagement des autorités catholiques à régulariser le cas des quelque 22 cleaners opérant pour le Service diocésain de l'éducation catholique (SDEC) dans les écoles catholiques. « Alors que le vicaire général a marqué sa solidarité avec notre mouvement de grève de la faim, il s'est également rendu compte qu'il y avait environ 22 cleaners dans les écoles catholiques percevant un salaire dérisoire. Il a pris l'engagement de revoir leurs conditions d'emploi. Nous ne pouvons que nous en féliciter ! », a-t-elle ajouté.
Jane Ragoo a par ailleurs salué l'élan de solidarité démontré par les Mauriciens en général durant leur grève de la faim. « Tous les syndicalistes qui se respectent ainsi que des gens sortant des quatre coins du pays, venant de toutes les couches de la population et de toutes les conditions socio-économiques, se sont déplacés vers le Jardin de la Compagnie pour nous rendre visite en signe de solidarité, sans compter tous ces mots d'encouragement envoyés à travers les médias sociaux », a-t-elle confié au Mauricien. Elle a aussi eu un mot spécial pour les trois anciens ministres de l'Education leur ayant témoigné leur solidarité, nommément Steven Obeegadoo, Vasant Bunwaree et Armoorgum Parsuramen.
Le président de la CTSP, Reeaz Chuttoo, a de son côté déploré « l'absence » de Dewan Quedou et de son équipe lors de leur grève de la faim. Dewan Quedou est le président du Conseil des syndicats et du Mauritius Trade Union Congress. « Leur absence en dit long sur leur sens de la solidarité syndicale », a-t-il déploré.