Ceux qui ont assisté aux spectacles proposés le week-end dernier par l’Orchestre de chambre de la Cité interdite, venu de Chine, ont été sublimés par ses prestations.
S’appuyant sur son riche héritage culturel, les musiciens ont présenté plusieurs morceaux orchestraux mais aussi des solos. L’occasion pour le public mauricien de découvrir la multitude d’instruments traditionnels chinois mais aussi de voir le travail constant de l’orchestre qui fait une grande place à l’innovation et à l’expérimentation. Comme l’indiquait un communiqué émis par l’Ambassade de Chine quelques semaines de cela, « l’orchestre met l’accent sur la modernisation de sa musique et la singularité de chacun des musiciens ». Et c’est avec beaucoup de plaisir que le spectateur a écouté ces notes qui apportent une nouvelle fraîcheur à cette musique. Ils ont aussi eu droit à un répertoire classique. D’une grande virtuosité, les musiciens se sont succédé sur scène pendant environ 90 minutes. « Cela a été un contact très enrichissant avec les instruments de musique chinois », affirmait un mélomane à la fin du concert qui a eu lieu samedi soir, au Centre culturel chinois (CCC), à Bell-Village. L’orchestre de Chambre de la Cité interdite comptait huit musiciens jouant principalement des instruments de musique traditionnels tels l’erhu, le huqin, le pipa, la flûte, le sheng et le sanxian. Il s’agit de l’un des orchestres de chambres les plus prestigieux du monde, selon le CCC, et ils sont tous de l’Institut central de la Musique de Chine.
Auparavant, les invités présents au CCC étaient conviés à une exposition des estampes de Nouvel an évoquant les coutumes du Nouvel An chinois.
Cette soirée culturelle fut la première animée par le nouveau directeur du CCC, Song Yanqun, également conseiller culturel de l’Ambassade de Chine à Maurice. L’occasion pour lui de rencontrer ses hôtes et de leur faire part du riche calendrier culturel du CCC pour 2016.