CWA - FSSP : « Aucune raison de privatiser les services de la CWA ! »

Rashid Imrith et l’Union of Employees of CWA demandent au PM de retirer la responsabilité de la CWA au ministre Collendavelloo et de révoquer le gouvernement de cette instance

« Il n’y a aucune raison de privatiser les services de la CWA parce que c’est une instance qui fait déjà des profits. Ce sont les personnes qui en sont à la tête qui ont des agendas », a déclaré le président de la Fédération des Syndicats du Secteur Public, Rashid Imrith, lors d’une conférence de presse aujourd’hui. Avec l’Union of Employees of CWA et la CWA Meter Readers Union, il sollicite une rencontre urgente avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth, pour lui demander d’enlever la responsabilité des Public Utilities, en particulier la CWA, du ministre de tutelle actuel Ivan Collendavelloo et de demander au General Manager de la CWA de « step down ». Ils veulent aussi demander au PM de révoquer les membres du board actuel de la CWA.
« Il est inacceptable que le ministre Collendavelloo vienne annoncer une hausse du prix de l’eau ! C’est un coup fatal au gouvernement de Pravind Jugnauth », estime Rashid Imrith. Selon lui, entre 2012 et 2015, la CWA a réalisé des profits, soit Rs 264 M en 2012, Rs 178 M en 2013, Rs 240 M en 2014 et Rs 275 M en 2015. Rashid Imrith est catégorique : des « policy decisions » importantes auraient dû être prises par le ministre de tutelle et le board de la CWA et n’ont pas été réalisées, ce qui « joue contre le gouvernement ». Les syndicats susmentionnés demandent ainsi au general manager de la CWA de « démissionner » car « depuis qu’il est à la tête, tous les problèmes sont restés en suspens », ajoutant : « Quand le gouvernement annonce la privatisation, c’est un blâme contre lui. » Rashid Imrith ajoute que, dans le discours budgétaire de 2015-2016, le ministre des Finances d’alors, Vishnu Lutchmeenaraidoo, avait annoncé que chaque foyer bénéficierait des 6 premiers mètres cubes d’eau gratuitement. « Tous les députés du gouvernement avaient applaudi au parlement. Pour nous, le ministre et la CWA n’ont pas respecté cet engagement. On a mené en bateau les Mauriciens. Par la suite, le gouvernement est venu avec une autre formule sélective, ciblant une seule catégorie de consommateurs, soit ceux qui consomment seulement 6 m3 d’eau. » Or, cette mesure, selon Rashid Imrith, a bénéficié « davantage aux riches qu’aux pauvres », précisément « à ceux qui ont une deuxième maison, un campement et qui n’y utilisent pas beaucoup d’eau » alors que « les familles pauvres, elles, ont plus d’enfants et ont donc besoin de plus d’eau ». Pour ces raisons, il demande que soit retirée la responsabilité de cet item du ministre Collendavelloo.
S’agissant de la privatisation de la CWA, le président de la FSSP dit ne pas comprendre comment il ait pu annoncer une telle chose alors que le gouvernement a recruté un general manager, de surcroît, « dans l’opacité ». Et d’ajouter : « Son salaire aurait dû être gouverné par le PRB et il aurait dû toucher Rs 110 000. Or, il perçoit Rs 275 000 par mois plus deux mois de « gratuity », ce qui lui revient à Rs 320 000 par mois. Comment une personne qui touche Rs 320 000 par mois a pu être recrutée dans l’opacité et le gouvernement parler de la nécessité de privatiser ? » Les syndicalistes parlent aussi de postes créés « sans transparence » à la CWA, à l’instar du poste de Chief Operations Officer, avec Rs 150 000 par mois. « Il y a une politique de gaspillage à la tête de la CWA. Il est inacceptable qu’on annonce l’augmentation du prix de l’eau. Pravind Jugnauth doit ouvrir ses yeux sur la manière dont son ministre cause du tort à l’image de son gouvernement. »
Rashid Imrith devait parler de l’emprunt de 20 M d’euros accordé par l’European Investment Bank depuis 2001 jusqu’à fin 2014. « La CWA a utilisé seulement 5 M d’euros de ces 20 M d’euros. Il restait donc 15 M d’euros mais, par négligence et par incapacité à gérer cet emprunt, ces 15 M d’euros ont expiré. » Il déplore que, « contrairement à l’engagement pris par Pravind Jugnauth » lors de leur dernière rencontre, le 28 octobre 2015, pour résoudre les problèmes de la CWA, « rien n’ait été fait », continuant : « Nous lui demandons de nous donner l’occasion de lui expliquer pourquoi il faut qu’Ivan Collendavelloo ne s’occupe plus de la CWA et pourquoi le GM de la CWA doit partir. »
Iswarduth Guness, président de l’Union of Employees of CWA, a pour sa part déclaré que « le ministre Collendavelloo n’est pas « fit » pour gérer la CWA ». La privatisation de la CWA est, selon lui, « une insulte à sir Anerood Jugnauth qui, en tant que Premier ministre en 2001, avait résilié un contrat avec un partenaire stratégique et la CWA avait eu à payer des dommages de Rs 30 M ». Et de poursuivre : « Nous prévenons Pravind Jugnauth pour qu’une telle chose ne se répète pas. […] Le ministre Collendavelloo est un véritable traître, qui trahit la population et les employés de la CWA. Depuis février 2015, nous avons soumis un mémorandum de 46 pages pour dénoncer des cas de fraude et de corruption par des hauts cadres de la CWA, à l’instar de vols d’eau, de nominations scandaleuses, de recrutements de personnes de plus de 70 ans…. Notre mémorandum est resté lettre morte. Il y a des « trainees » qu’on recrute sans interview… Nous voulons montrer à Pravind Jugnauth combien de dilapidations se déroulent à la CWA. »