CYCLISME - TOUR DE MAURICE 2017 : Olivier Lecourt sans contestation

Le Mauricien Olivier Lecourt a remporté hier, au terme de six étapes, le Tour de Maurice 2017, alors que le Français Guillaume Gaboriaud a finalement pu avoir sa victoire d’étape, au Plaza. Le vainqueur du Tour aura mis 13h42’12 pour s’imposer, 1’16 de mieux que son dauphin Yannick Lincoln et 5’40 de moins que Guillaume Gaboriaud.
À l’arrivée, c’est Christopher Lagane, favori désigné du Tour, mais pris dans une crevaison au cours de la première étape, qui l'accompagne pour passer la ligne. Olivier Lecourt savoure son moment, devant le public qui est venu accueillir le héros du jour. « Je trouve que l’engouement a pris de l’ampleur. Les médias s’intéressent au vélo. »
Au cours de la semaine, il en a vu de toutes les couleurs, sans jamais paniquer. « Il ne fallait jamais se dire que les choses allaient être trop faciles ou au contraire trop difficiles. Il fallait faire le boulot. » En passant la ligne d’arrivée en jaune hier, il a envoyé le signe que la jeune génération prend désormais les commandes.
L’histoire, en fait, est belle. Appelé en renfort à la dernière minute pour pallier l’absence de Grégory Lagane — blessé —, il frappe fort en remportant le prologue mardi après-midi, à Montagne des Signaux. La route était toute tracée, il fallait seulement la suivre. De là, la semaine prendrait une tournure mauricienne. Mercredi, c’est au tour de Yannick Lincoln, le plus fidèle lieutenant du maillot jaune, qui se charge de régler le petit groupe d’échappés.
Jeudi, Olivier Lecourt, à l’aide de ses coéquipiers, fait encore une démonstration de force, alors que le Sud-Africain Myles Musschenbroek résistera jusqu’au bout. Pour la petite histoire, avec deux autres Sud-Africains, Alex Pavlov et Pieter Seyfertt, fuyards matinaux, l’échappée avait compté jusqu’à 5’40. Les deux étapes de vendredi n’ont été qu’une simple formalité, avec une deuxième place pour Lecourt au chrono, derrière le Sud-Africain Ryan Harris et une victoire — avec le panache — en haut de Fantaisie pour le maillot jaune.
Samedi, avec Yannick Lincoln en lieutenant, il n’a eu qu’à contrôler une étape qui s’annonçait dure, mais qui au final aura encore tourné à la démonstration de force. En attendant dimanche, lorsqu’il se permet de rentrer avec 1’29 de retard sur Guillaume Gaboriaud, le vainqueur de la dernière étape.


Zoom
Le sacre de la régularité

Olivier Lecourt, qui évolue depuis quelques années au GS Blagnac, a franchi plusieurs paliers depuis son arrivée en France où, de son aveu même, il n’est qu’à quelques encablures d’une carrière professionnelle. De ses débuts chez les cadets du VCJCC à sa première victoire sur le Tour de Maurice, l’eau a coulé sous les ponts. « On a été coéquipiers. Mais on n’a pas roulé dans la même catégorie », explique Fidzerald Rabaye, de trois ans son cadet.
Au cours de la semaine, Olivier Lecourt, maillot jaune depuis le prologue, n’a pas laissé de grosse marge de manœuvre à ses adversaires. Tout au plus a-t-il laissé partir quelques échappées — tout en contrôlant les coureurs qui y étaient, comme jeudi, à Curepipe —, mais jamais n’a-t-il paniqué. Au contraire, il a très facilement rappelé les rares frondeurs à l’ordre. Avec la manière en plus.
Comme ce fameux jeudi où il referme, au terme d’un contre, un trou près de trois minutes de retard en bas de la Montée Lapeyre, ou vendredi, à Fantaisie, lorsque Pieter Seyfertt a eu l’outrecuidance de défier le maillot jaune dans la montagne, son terrain de prédilection. À l’inverse, Olivier Lecourt a voulu à chaque fois récompenser ses coéquipiers. En témoigne cette victoire qu’il offre à Yannick Lincoln lors de la cinquième étape. « Ils se sont vraiment mis en quatre pour moi. Avec une telle équipe, je ne vois pas comment je pouvais perdre. »
Pourtant, Olivier Lecourt a choisi de poser ses valises en France, alors même qu’il caressait le rêve de passer professionnel. Il y a quelques années, il avait déclaré vouloir se faire remarquer par les grosses écuries françaises. « Pour le moment, je suis aux portes des équipes professionnelles. Il ne me reste qu’un petit palier à franchir. »
Décrit par ses pairs comme un vrai coureur complet — « il est fort dans tous les domaines », analysait Grégory Lagane à l’issue de la quatrième étape vendredi —, salué par ses coéquipiers pour ses bons mots, calme, le visage poupin, Olivier Lecourt n’en impose pas moins le respect, qu’il a acquis à la force de ses mollets, mais aussi grâce à sa science de la course. « Il est un exemple à suivre pour les coureurs qui veulent passer un cap. Il doit sa progression à ses années passées en France, avec des coureurs d’un autre niveau », ajoute pour sa part le DTN, Michel Thèze.
Le Tour de Maurice fini, il a les yeux rivés sur le Rwanda, où la sélection de Maurice se présentera pour la première fois de son histoire sur la ligne de départ d’une course Africa Tour. « Un tout autre niveau », concède-t-il. Mais avant d’en arriver là, il doit encore aider son club, le GSC Blagnac, à marquer des points en Coupe de France. D’ici au Tour du Rwanda, en novembre, il a encore une marge de progression.


Ils ont dit
Guillaume Gaboriaud (vainqueur de l’étape) :
« Content de gagner une étape »

« Je suis vraiment content d’avoir pu gagner au moins une étape et remporter la dernière ne fait que multiplier ma joie. En venant à Maurice, je connaissais simplement Olivier Lecourt, mais il y a d’autres coureurs tels que Yannick Lincoln et Christopher Lagane qui m’ont vraiment impressionné lors du Tour. Lors de cette étape, j’ai vraiment voulu attaquer plus tôt que d’habitude. Avec Philipe Colin, on a essayé d’attaquer en deux fois, mais le peloton a continué à s’accrocher. Cependant, je me suis arraché pour l’avoir. C’était sur une grande autoroute. Parfois, nous avions du vent de dos et on montait à 50 km/h, mais il y a eu des moments où il était de face et on plafonnait à 30 à l’heure. (À propos d’un éventuel retour l’année prochaine) J’espère avoir une nouvelle chance de participer à nouveau au Tour de Maurice. Les organisateurs et les adversaires ont vraiment été sympas. »

Olivier Lecourt (maillot jaune) :
« Un plaisir de voir le public »

« Je m’attendais à une journée plus tranquille que les précédentes, mais ça n’a pas été le cas, ça a roulé vite. Je me suis accroché. Avec les coéquipiers, on s’est encouragés afin de pouvoir grignoter des points au classement général. Tout au long du tour, l’équipe a vraiment été responsable. Personne n’a lâché. Je pense qu’on était mentalement les plus forts que les autres équipes. C’est ce qui a contribué à cette victoire au général. J’ai vraiment aimé la dernière étape, tout ce beau monde qui a fait le déplacement afin de voir l’arrivée, ça m'a fait vraiment plaisir. Les médias ont fait vraiment du beau boulot afin d’attirer le public. J’espère que pour les JIOI ce sera la même euphorie qu’aujourd’hui (ndlr : hier). »

Fidzerald Rabaye (Team MCB) :
« Olivier a vraiment progressé »

« Je pense qu’Olivier peut encore progresser. Au cours de la semaine, il a démontré qu’il avait toutes les qualités pour devenir un champion. Il a fait preuve de charisme et de confiance tout au long du Tour, ce qui l’a rendu plus fort jour après jour. Il m’a vraiment surpris. Au début, certes que je m’attendais à de bonnes performances de mes coéquipiers, mais Olivier a vraiment progressé. J’apprends beaucoup de Yannick, il m’aide et m’apprend beaucoup de nouvelles choses. Avec cette équipe, je ne peux que m’améliorer. »

Michel Thèze (directeur sportif Team MCB)
« Prochain objectif le Tour du Rwanda »

« Personnellement, j’ai passé une excellente semaine car le boulot a été fait. Au final le bilan est satisfaisant. Je ne dirai pas qu’il y a eu un manque d’opposition, juste que cette fois on a su imposer le pas. Contrairement aux autres équipes, la Team MCB est vraiment homogène. On a su mettre les qualités individuelles à la contribution de l’équipe. Je pense que les adversaires du Tour n’ont pas vu Olivier comme un adversaire valable au début car ils avaient tous l’œil sur Yannick, alors qu’Olivier venait avec de très bonnes performances réalisées en France. Il a bien su saisir sa chance. Le prochain objectif c’est le Tour de Rwanda. On essayera d’élever à nouveau notre niveau car, là-bas, l’équipe aura plus de distance à parcourir et physiquement on verra les limites de chacun. »


Fantaisie, là où tout s’est joué
Tout le monde a désigné l’étape de samedi comme là où tout se jouerait. Mais c’est la journée de vendredi, avec ses deux étapes, qui a forcé la décision. Retour.
En prenant la deuxième place du contre-la-montre individuel sur 13 km vendredi matin, Olivier Lecourt avait déjà un pied sur le podium. Certes, c’est le Sud-Africain Ryan Harris qui a remporté l’étape. Mais en terminant à 29 secondes du vainqueur, Olivier Lecourt a mis tout le monde d’accord sur ses capacités à aller au bout de la course. Vendredi après-midi, il a scellé son destin, au grand dam de ses adversaires. « Je voulais reprendre du temps. C’est ce que j’ai fait », explique-t-il.
Pourtant, ce ne sont pas des étapes où les leaders creusent généralement l’écart. Mais Olivier Lecourt a su faire le boulot pour se maintenir en tête au général. Tout comme sur le chrono où, avec un vélo prêté, il a pris la deuxième place. L’étape de samedi, avec ses 105 km, n’aura été que la confirmation de ce qu’on savait déjà : Olivier Lecourt avait les épaules pour remporter ce Tour de Maurice.
Même s’il a laissé partir Guillaume Gaboriaud, son plus farouche concurrent au cours de l’étape d’hier, il savait que le Français ne le battrait pas, égards à l’équipe qui tournait autour de lui pour le protéger.


 6e étape (hier)
Gaboriaud soigne la fin

Le Français Guillaume Gaboriaud a remporté, hier devant le Plaza, la sixième et dernière étape du Tour de Maurice, après avoir été dans la bonne échappée. Le coureur, qui défendait sur ce Tour les couleurs du FFSC-KFC, a ainsi soigné sa fin de course pour savourer un succès qui lui a tendu les bras au cours de la semaine, mais qui s’était toujours refusé à lui dans le final.
« Je peux dire que c’est un bon Tour », déclare-t-il à l’arrivée. Quatrième l’année dernière pour son premier Tour de Maurice, il grimpe cette année d’un cran dans la hiérarchie. « Je termine troisième au général. C’était une bonne semaine », affirme-t-il. Pourtant, les choses s’annonçaient mal pour lui, alors qu’il a raté le maillot jaune de trois secondes au terme du prologue.
Hier, il a pris ses responsabilités et a profité d’un moment de flottement dans le peloton pour sortir en compagnie de cinq autres coureurs, dont le Sud-Africain Pieter Seyfertt, lui aussi combatif jusqu’au bout. « Par moments, ça plafonnait à 30 de l’heure avec le vent de face. Mais ça a bien roulé et il fallait gérer jusqu’à l’arrivée. »
La collaboration se passe bien entre les cinq hommes de tête. Il fallait donc désigner un éventuel vainqueur. L’arrivée, au sprint, favorisera le Français, qui signera 2h19’33, deux secondes de mieux que Myles Musschenbroek, venu lui aussi prêter main-forte à l’échappée. Le Mauricien Alexandre Mayer termine sur le podium de l’étape à neuf secondes du vainqueur du jour.
Dans les autres classements, on notera que Steward Pharmasse a remporté le classement masters devant le Réunionnais Jimmy Maillot, alors qu’Olivier Lecourt, vainqueur au général, a également pris les maillots à pois et à points. Le Sud-Africain Mitchell Elliot a enlevé le classement jeunes devant son compatriote Martin Freyer (PC Holdings UCT), alors que Pieter Seyfertt s’est montré le plus régulier sur les rush. Finalement, la Team MCB présente le meilleur temps cumulatif au classement des équipes. Un bon Tour, en somme.


Les résultats
6e étape (Rose-Hill – Ebène)

1. Guillaume Gaboriaud (FFSC-KFC/Fr.) les 75 km en 2h19’33
2. Myles Musschenbroek (Team Pro Touch/. Af Sud) à 00’02
3. Alexandre Mayer (MRI-MCB) 00’09
4. Romain Jean (CCSL/Reu) 00’26
5. Pieter Seyfertt (Team Pro Touc/Af. Sud) mt
6. Philippe Colin (FFSC-KFC/MRI) mt
7. Michael Khedoo (KFC-B/MRI) 00’39
8. Julien Chan Foc (CCSL/Reu) 00’45
9. Luc Castel (VCO/Reu) 00’49
10. Ryan Harris (Team Pro Touch/Af. Sud) 01’17

Classement général
1. Olivier Lecourt (MRI-MCB) 13h42’12
2. Yannick Lincoln (MRI-MCB) à 01’16
3. Guillaume Gaboriaud (FFSC-KFC/Fr.) 05’40
4. Myles Musschenbroek (Team Pro Touch/Af. Sud) 07’58
5. Mitchell Elliot (Team Pro Touch/Af. Sud) 10’23
6. Martin Freyer (PC Holdings UCT/Af. Sud) 12’26
7. Alexandre Mayer (MRI-MCB) 13’06
8. Matthew How (PSC-Winners/MRI) 15’01
9. Jaco Cronje (North Cliff Cycles/Af. Sud) 15’36
10. Johannes Willm (RSV Team-Me/All.) 19’01

Classement jeunes
1. Mitchell Elliot (Team Pro Touch/Af. Sud0 13h52’35
2. Martin Freyer (PC Holdings CT/Af. Sud) à 02’03
3. Alexandre Mayer (MRI-MCB) 02’43
4. Matthew How (PSC-Winners/Mri.) 04’38
5. Christopher Lagane (MRI-MCB) 13’24
6. Alexander Rohrer (PC Holdings UCT/Mri.) 22’21
7. Joalito André (FFSC-KFC/Mri.) 26’19
8. Adriano Azor (FFSC-KFC/Mri.) 26’24
9. Julien Chan Foc (CCSL/Reu.) 26’31
10. Ryan Harris (Team Pro Touch/Af. Sud) 32’20

Classement Masters
1. Steward Pharmasse (FFSC-KFC/Mri.) 14h09’00
2. Jimmy Maillot (CCSL/Reu.) à10’07
3. Thierry Cuvelier (VCO/Reu.) 50’05
4. René Klinger (RSV Team-ME/All.) 58’56
5. Petrus Laubscher (Team Pro Touch/Af. Sud) 1h16’09

Classement Montagne
1. Olivier Lecourt (MRI-MCB) 70 points
2. Guillaume Gaboriaud (FFSC-KFC/Fr.) 66 points
3. Mitchell Elliot (Team Pro Touch/Af. Sud) 59 points
4. Yannick Lincoln (MRI-MCB) 57 points
5. Myles Musschebroek (Team Pro Touch/Af. Sud) 41 points
6. Christopher Lagane (MRI-MCB) 22 points
7. Jimmy Maillot (CCSL/Reu.) 18 points
8. Alex Pavlov (North Cliff Cycles/Af. Sud) 16 points
9. Steward Pharmasse (FFSC-KFC/Mri.) 13 points
10. Pieter Seyfertt (Team Pro Touch/Af. Sud) 11 points

Classement Rush
1. Pieter Seyfertt (Team Pro Touch/Af.Sud) 70 points
2. Romain Jean CCSL/Reu.) 62 points
3. Myles Musschenbroejk (Team Pro Touch/Af. Sud) 46 points
4. Ryab Harris (Team Pro Touch/Af. Sud) 46 points
5. Alex Pavlov (North Cliff Cycles/Af. Sud) 26 points

Classement à points
1. Olivier Lecourt (MRI-MCB) 72 points
2. Yannick Lincoln (MRI-MCB) 58 points
3. Guillaume Gaboriaud (FFSC-KFC/Fr.) 54 points
4. Myles Musschenbroek (Team Pro Touch/Af. Sud) 45 points
5. Christopher Lagane (MRI-MCB) 33 points
6. Alexandre Mayer (MRI-MCB) 22 points
7. Ryan Harris (Team Pro Touch/Af. Sud) 15 points
8. Alex Pavlov (North Cliff Cycles/Af. Sud) 12 points
9. Martin Freyer (PC Holdings UCT/Af. Sud) 11 points
10. Mitchell Elliot (Team Pro Touch/Af. Sud) 10 points

Classement par équipes
1. MRI-MCB 34h13’03
2. Team Pro Touch 34h50’04
3. Team KFC 35h00’24
4. PC Holdings UCT 35h28’38
5. RSV Team-ME 35h38’39
6. CCSL 35’50’47
7. VCO 36h31’02
8. FFSC-KFC 36h’57’20
9. Seychelles 37h35’00
10. PSC Winners 37h38’22