Le Mauricien Olivier Lecourt a remporté hier, au terme de six étapes, le Tour de Maurice 2017, alors que le Français Guillaume Gaboriaud a finalement pu avoir sa victoire d’étape, au Plaza. Le vainqueur du Tour aura mis 13h42’12 pour s’imposer, 1’16 de mieux que son dauphin Yannick Lincoln et 5’40 de moins que Guillaume Gaboriaud.
À l’arrivée, c’est Christopher Lagane, favori désigné du Tour, mais pris dans une crevaison au cours de la première étape, qui l’accompagne pour passer la ligne. Olivier Lecourt savoure son moment, devant le public qui est venu accueillir le héros du jour. « Je trouve que l’engouement a pris de l’ampleur. Les médias s’intéressent au vélo. »
Au cours de la semaine, il en a vu de toutes les couleurs, sans jamais paniquer. « Il ne fallait jamais se dire que les choses allaient être trop faciles ou au contraire trop difficiles. Il fallait faire le boulot. » En passant la ligne d’arrivée en jaune hier, il a envoyé le signe que la jeune génération prend désormais les commandes.
L’histoire, en fait, est belle. Appelé en renfort à la dernière minute pour pallier l’absence de Grégory Lagane — blessé —, il frappe fort en remportant le prologue mardi après-midi, à Montagne des Signaux. La route était toute tracée, il fallait seulement la suivre. De là, la semaine prendrait une tournure mauricienne. Mercredi, c’est au tour de Yannick Lincoln, le plus fidèle lieutenant du maillot jaune, qui se charge de régler le petit groupe d’échappés.
Jeudi, Olivier Lecourt, à l’aide de ses coéquipiers, fait encore une démonstration de force, alors que le Sud-Africain Myles Musschenbroek résistera jusqu’au bout. Pour la petite histoire, avec deux autres Sud-Africains, Alex Pavlov et Pieter Seyfertt, fuyards matinaux, l’échappée avait compté jusqu’à 5’40. Les deux étapes de vendredi n’ont été qu’une simple formalité, avec une deuxième place pour Lecourt au chrono, derrière le Sud-Africain Ryan Harris et une victoire — avec le panache — en haut de Fantaisie pour le maillot jaune.
Samedi, avec Yannick Lincoln en lieutenant, il n’a eu qu’à contrôler une étape qui s’annonçait dure, mais qui au final aura encore tourné à la démonstration de force. En attendant dimanche, lorsqu’il se permet de rentrer avec 1’29 de retard sur Guillaume Gaboriaud, le vainqueur de la dernière étape.