Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, est en présence d’une lettre portant de graves allégations contre un haut fonctionnaire dans un des ministères sous sa tutelle. Les détails des exploits font de ce cadre incontournable de la fonction publique un “Womaniser” de premier plan.

La lettre avance que « most of the female staff are scared to speak out openly as they are afraid of his threats and pressure he can put on them ». De ce fait, elles hésitent avant d’aller de l’avant pour le démasquer d’autant plus que son protecteur est un nominé politique proche du PM. On ne sait pas si la police de Karl Mario Nobin ouvrira une enquête sur la publication de ces dénonciations comme il est le cas dans l’affaire de la protégée d’Anil Gayan.