Le « deuxième miracle économique » est en marche. Le budget 2015-2016 a été préparé dans cet esprit. Il jette les bases pour un nouveau modèle de développement. C’est ce qu’a affirmé le Premier ministre, Sir Anerood Jugnauth (SAJ) lors des débats ce matin sur le budget à l’Assemblée nationale.
« Le pays avait grand besoin d’un projet de société. Nous avons commencé à travailler sur ce projet immédiatement après les élections en rehaussant les pensions, en appliquant une augmentation salariale considérable, entre autres. Le budget 2015-2016 apporte une série de nouvelles mesures pour soulager davantage le fardeau de la population et accroître le pouvoir d’achat. » SAJ énumère ainsi une liste de mesures sociales, dont la prise en charge des frais d’examens de SC et de HSC, l’exemption de la taxe concernant les intérêts sur les prêts logements et la compensation aux petits planteurs. Il répondait ainsi à la critique de l’opposition selon laquelle le gouvernement n’assumait pas ses responsabilités sociales, laissant cela au secteur privé.
Dans la foulée, le chef du gouvernement a laissé entendre que la « flexibilité » concernant la Corporate Social Responsibility (CSR) entend permettre aux plus démunis de disposer d’un meilleur avenir. « Je peux assurer qu’il y aura un monitoring du nouveau mécanisme en place. Si on n’a pas les résultats escomptés, il sera revu. »
SAJ a aussi réitéré la volonté de son gouvernement à accomplir sa « mission de nettoyage ». Citant les gros scandales, allant de la saga des terres à l’affaire BAI, il a déclaré qu’aucun lobby ne pourra arrêter le gouvernement de remplir cette mission. « Le gouvernement a eu le courage de dénoncer le plus gros Ponzi Scheme que le pays ait connu. Certains membres de l’opposition ont remis en question l’existence d’un Ponzi Scheme. Certains cherchent à défendre la BAI en évoquant la vendetta politique… Je l’affirme et le maintiens : l’affaire BAI correspond à un Ponzi selon les définitions de la US Securities and Exchange Commission. »
Ce scandale, poursuit-il, aurait eu des effets graves sur le tissu social et l’économie si le gouvernement n’avait pas agi. Il s’est demandé ce qui se serait passé si l’alliance Ptr-MMM avait remporté les élections. Le gouvernement appliquera la même détermination, dit-il, pour combattre les autres maux de la société. Il a rappelé, notamment, que les procédures sont en cours pour la mise en place d’une commission sur la drogue. De même, la police aura plus de moyens pour combattre le crime.
Le budget 2015-2016, a souligné SAJ par ailleurs, permettra au pays de devenir un vaste chantier de développement. « Pas parce que nous voulons voir la construction de bâtiments à travers l’île, mais parce que nous voulons développer de nouveaux secteurs de l’économie et créer des emplois. » Le Premier ministre a évoqué le projet des smart cities, ainsi que la construction d’une nouvelle cybercité. Il a assuré que tous les projets d’infrastructures de son gouvernement ne connaîtront aucun « unthinkable and unimaginable cost overruns. »
Le budget 2015-2016 jette les bases pour l’investissement de qualité, que ce soit dans les secteurs traditionnels ou émergents, a ajouté le Premier ministre, soulignant l’importance du secteur privé et la nécessité de partenariat avec le secteur public.
Le vrai défi de ce gouvernement, a soutenu SAJ, sera de construire le nouveau modèle économique « on the rotten past bequeathed to us by the former regime. » C’est dans cet esprit, dit-il, que le présent budget a été fait. « Nous allons rebooster l’investissement et rétablir la justice sociale. »