Les membres de la famille Magdeleine ont, lors d’une conférence de presse ce lundi 27 août, exprimé leur incompréhension suite au décès de Martine Magdelaine, 31 ans, le vendredi 24 août. Un « rapport détaillé » de La Clinique Mauricienne sur les circonstances ayant conduit à la mort de la jeune femme est toujours attendu par ses proches. Ils comptent saisir la justice pour que le voile soit levée sur tout cette affaire.

Erold Magdeleine, l’oncle de Martine, nous explique que la jeune fille devait, à la base, se faire opérer des amygdales. L’intervention s’est déroulée sous la responsabilité de son médecin traitant et d’un anesthésiste.

Mais par la suite, le frère de Martine, Jean Brice Magdeleine, a été informé que sa soeur avait eu des complications respiratoires. Sa permission est requise pour la transférer dans un autre établissement hospitalier.

« Klinik pa ti ena ekipman neseser », a fait ressortir l’oncle. « Ver 14h05 inn telefonn li (Jean-Brice) pou so transfer, e inn demann enn gro som pou zot fer le neseser. Vu ki Jean Brice pa ti ena som-la, zot inn transfer li (Martine) lopital Flacq ».

Jean Brice Magdeleine a également appris que sa soeur avait eu deux arrêts cardiaques et avait été réanimée lors de l’intervention.

« 16 h li’nn rant lopital Flacq dan enn kondision bien kritik. Zot inn pran 1h30 pou transfer li. Nou pa kone ki’nn pase tou sa letan-la », a-t-il relaté.

Le mardi 7 août à 16h, l’oncle de Martine raconte que sa nièce a été transférée à l’hôpital du nord pour un « brain scan ». Le lendemain, le neurologue de l’hôpital a remis son rapport et a informé la famille que Martine avait un oedème cérébral et a subi plusieurs dommages cérébraux « suite à un manque d’oxygène ».

Le 10 août, la famille a envoyé un mail au directeur de la clinique afin d’avoir un rapport complet de l’intervention. Martine Magdeleine est décédée après 20 jours dans le coma. « Tou manb lafamiy anvi kone si medsin inn swiv tou protokol pou anestezi ». Le rapport d’autopsie attribue la cause du décès à un « epoxy brain injury ».

« Nou’nn gagn enn rapor lanetezist ek enn bill detaye ki indik som Rs 51 127 », a souligné l’oncle. Avant de nous indiquer avoir reçu un rapport médical « peu détaillé » de la Clinique Mauricienne ce matin, mais que ledit document ne répond pas à leurs attentes.

Les membres de la famille ont déposé une plainte à la police et envoyé une lettre au Medical Council of Mauritius. Aucune réponse n’a été reçue jusqu’à l’heure.

Erold Magdeleine précise, en outre, que la famille se tournera vers la justice afin de faire la lumière sur cette affaire. Et au vu des zones d’ombres dans cette affaire, la famille réclame « un rapport détaillé » de toutes les interventions qu’a subies Martine.

Le ministère de la Santé précise, de son côté, ne pas être au courant de cette affaire. Toutefois, on nous indique que toutes les informations demandées par la famille doivent être fournies par l’établissement.

Contacté par lemauricien.com, le directeur de la clinique affirme de son côté que son établissement a fait le nécessaire et que les documents demandés ont été envoyés à la famille.