Neera Panchoojeenah et sa fille Adarshee Babooram

Suite au décès d’Ardhasee Devi Babooram une adolescente de 13 ans d’Union Park le mercredi 27 juin dernier, à l’hôpital SSRN de Pamplemousses, ses parents avaient consigné une déposition à la police . L’autopsie a révélé qu’elle a succombé à un œdème cérébral aigu. Les parents sont dans l’attente des résultats des examens toxicologiques pour décider de la marche à suivre.

La famille d’Adarshee Babooram soupçonne que l’adolescente aurait consommé de la drogue synthétique. Selon sa mère, Neera Panchoojeenah, sa fille n’était pas dans un état normal lorsqu’elle avait été transportée à l’hôpital. Les deux résidaient chez Indranee Vyapury et sa mère Rajkumar Kalloo à Petite-Rivière. Après que les parents de l’adoles- cente ont porté plainte contre ces derniers, ils ont, à leur tour, fait une déposition contre la mère de la jeune fille, au poste de police de La Tour-Koenig.

«J’avais fait la connaissance de Neera, cinq ans de cela, dans une compagnie privée où nous travaillions», raconte Indranee Vyapury. «Nous avons ouvert notre porte à cette dame et sa fille par générosité car elles n’avaient aucun endroit où se loger. Nous avons développé une grande amitié. J’aimais Adhu comme ma propre fille. Sa mère avait déjà signifié son intention de la laisser sous notre responsabilité parce qu’elle faisait des démarches pour aller travailler sur un bateau de croisière. Cette même dame prétend aujourd’hui que ma fille de 13 ans et moi avons tué sa fille Adhu en lui donnant de la drogue. C’est inimaginable, inconcevable!»

Elle raconte que le jour où Adarshee était tombée malade chez elle à Petite-Rivière, elle avait accompagné sa mère à l’hôpital. «On se retrouve aujourd’hui mêlées à une histoire familiale à cause de notre générosité. Ma mère et moi sommes disposées à aller devant une Cour de justice pour prouver notre innocence», dit Indranee Vyapury. L’habitante de Petite-Rivière a porter plainte, vendredi, au poste de police de La Tour- Koënig. Elle a été interrogée le même jour par la CID de Rose-Belle.

Sanjay Babooram, le père d’Adarshee qui vit séparé de son épouse depuis six ans, a confié à Week-End, qu’il n’avait pas eu de nouvelles de sa fille, ces derniers jours:»Mo fine aprane après ki mo tifi ti pe habite kot ban étranger.» Il n’a pas voulu s’attarder sur la mort de sa fille. «Je préfère attendre les conclusions du rapport toxicologique avant de me prononcer.»