La production de miel local reprend, peu à peu, après la mauvaise passe de 2015 due à l’apparition du varroa destructor

La Journée des Abeilles officiellement décrétée par l’ONU sera pour la toute première fois observée à Maurice demain. Cette journée commémorative coïncide avec la date de naissance d’Anton Jansa, apiculteur d’origine slovêne qui fut le pionnier, au XVIIIeme siècle, des techniques apicoles modernes. Cette commémoration vise à rappeler le rôle indispensable des abeilles pour la sécurité alimentaire sur le plan global et pour le maintien de la biodiversité sur l’ensemble de la planète Terre.

Pollinisateurs au même titre que les papillons, les chauves-souris ou les colibris, les abeilles, si nécessaires à la survie des écosystèmes, sont, de nos jours, plus que jamais menacées par les activités humaines, rappellent les Nations unies. En sus des pesticides chimiques dont l’utilisation abusive représentent pour elles un grave danger, d’autres menaces les guettent, dont un certain nombre d’insectes envahissants et les pratiques de monoculture.

Comme pour bien illustrer que l’abeille à l’ouvrage est synonyme de dur labeur, il suffit simplement de savoir que pour produire un kilogramme de miel, des abeilles doivent butiner pas moins de quatre millions de fleurs en parcourant une distance équivalant à quatre fois le tour de la Terre! Les spécialistes indiquent aussi que les abeilles polinisent plus de 170,000 espèces de plantes cultivées et sauvages.

A Maurice, où la production annuelle de miel local avait chuté de 30 tonnes à 15 tonnes à la suite d’une infestation en 2015 du varroa destructor, un acarien parasitaire qui vit au détriment des abeilles, la production a repris en se chiffre, actuellement, autour de 25 tonnes annuellement. Après l’aménagement de deux premières réserves d’abeilles en zone boisée à Bras-d’Eau et Petite-Rivière-Noire, la création de trois autres « Bee Reserve Zones » est en projet de réalisation à Petit-Sable, Tranquebar dans la région du Dauget et à Le Morne.

Entre autres mesures additionnelles prises ces dernières années en vue d’une meilleure protection des colonies d’abeilles et pour une relance de la filière apicole à Maurice figuent l’adoption du New Pesticides Bill, une distribution d’équipements tels que des enfumions et de nouveaux types de ruches, la mise en terre de plus de 18,000 plantes mellifères et la mise à la disposition des apiculteurs des facilités du Food Technology Laboratory pour l’analyse des échantillons de miel produit.

Pour marquer la première commémoration de cette Journée des Abeilles demain à Maurice, le ministre de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, Mahen Seeruttun, procédera, à partir de 10 h, à l’inauguration d’une d’une expo-vente de produits d’apiculteurs de l’île au rez-de-chaussée du bâtiment Renganaden Seeneevassen à Port-Louis.