À DEUX BRAS, NEW GROVE : Gael Soupe, la permaculture comme mode de vie

À 37 ans, le paysagiste Gael Soupe possède un terrain à Deux Bras, New Grove, où il fait de la permaculture et vit de façon écolo. Cet ancien habitant de Moka a emménagé il y a trois semaines et vit à fond son rêve. Il souhaite être autonome et se détacher du monde matériel.
Loin des bruits du village et des ronronnements des véhicules, Gael Soupe accueille Scope dans un paysage verdoyant. Chaussant des bottes, le grand brun montre fièrement ses plantes, la swale, et indique où il souhaite faire un bassin. En marchant tout le long de son terrain de 1,3 arpent, il explique l’utilité de la swale. “Cela sert à capter le plus d’eau possible et permet de ne pas perdre les substances nutritives. Le sol reste humide.” Du cacaoyer au tamarinier, on voit de tout, même les arbres fruitiers quasi inexistants comme le cœur de bœuf. “Je me demande pourquoi les Mauriciens achètent des pommes alors que nous pouvons nous procurer des fruits locaux”, dit-il.

“Nous sommes les gardiens des plantes”.
C’est en dégustant un Kombucha, un thé fermenté au goût fruité, pétillant et délicieux, que l’agriculteur bio parle de l’amour qu’il a pour la nature et le besoin d’être en harmonie avec elle. “Où je marche, je ramasse des plantes”, confie celui qui, dès l’âge de 13 ans, a vécu dans les fermes et a connu très tôt la chasse. C’est pour lui un vieux projet d’habiter ici et de faire de cet espace une terre vivante. “L’idée de l’autonomie m’a toujours fasciné”, dit Gael Soupe. Écolo dans l’âme, il produit son électricité verte et a son propre réservoir, avec l’eau qui lui provient de son toit.
Il a fait un rêve et il a eu l’idée de protéger la nature. “Nous sommes les gardiens des plantes.” En fouillant sur le net et après avoir lu le livre de Masanobu Fukuoka, La révolution d'un seul brin de paille : Une introduction à l’agriculture sauvage, il se consacre totalement à la permaculture. Il devenait inconcevable pour lui de continuer à voir les autres couper les arbres fruitiers. Il s’est mis en tête de cultiver ses propres arbres fruitiers pour pouvoir consommer des fruits dans le futur, au lieu d’en acheter. “La permaculture est avant tout de savoir penser différemment, tout en s’inspirant de la nature et en utilisant tout ce qu’elle peut nous offrir. De travailler la terre afin que nous puissions nous nourrir sainement et de penser à ce que sera notre futur si nous détruisons tout sur notre passage. C’est un principe de vie”, déclare Gael Soupe.

Allier esthétisme et utilité.
Après deux ans d’études en multimédia en Australie, il se rend en France pour poursuivre ses études en agriculture et landscaping afin de mieux comprendre le besoin de prendre soin de la nature et des hommes et de partager de manière équitable. Durant les années passées en France, Gael Soupe a aussi été fromager. Chez lui, être émancipé de tout relève du naturel. C’est ce qui fait sa force et son caractère. C’est pourquoi il veut produire des fruits et légumes sains sans pesticides.
L’aménagement paysager est étroitement lié à la permaculture. Avec un arbre, on peut tout faire; grâce à une plante, on peut se nourrir et aider à soulager certaines maladies. “J’avais envie d’allier esthétisme et utilité”, confie-t-il. Il veut aider à changer la mentalité des gens et inspirer les autres à choisir une vie équilibrée. Dans le futur, Gael Soupe souhaite vendre des paniers fermiers et bâtir une ferme où il y aura des poules, des canards et des moutons. Pour réaliser son projet de ferme, il créera les infrastructures nécessaires pour un enclos et un bassin pour les canards.
C’est dans ce lieu doté d’une beauté naturelle que ce jeune paysagiste souhaite vivre de sa passion pour le bio et retrouver la valeur des choses.


Rencontre permaculture chez Gael Soupe
Une nouvelle rencontre permaculture avec la collaboration de Lekovilaz aura lieu le samedi 15 avril de 10h à 16h sur le terrain de Gael Soupe à Deux Bras, New Grove. Au programme : une matinée consacrée à l’introduction au design de la permaculture et, dans l’après-midi, les volontaires pourront aider Gael Soupe à planter des maniocs et des patates douces, entre autres.