L’un d’entre eux retrouvé pendu derrière son usine hier après-midi

C’est la consternation à l’usine Denim de l’Île de Rivière-du-Rempart. Deux ouvriers bangladais sont décédés en l’espace de trois jours. Alors que le premier aurait eu des problèmes de santé, selon l’usine, le deuxième a été retrouvé pendu hier après-midi. La police de Piton mène l’enquête dans ce cas précis.

Deux nouveaux cas s’ajoutent à la liste des décès d’ouvriers bangladais. Après celui survenu sur un site de construction dans le Nord il y a deux semaines, cette fois, ce sont deux ouvriers de l’usine Denim de l’Île qui ont trouvé la mort en l’espace de trois jours.
Lundi, un jeune homme est décédé, suivant des problèmes de santé, selon la version officielle. Le deuxième était lui porté disparu depuis dimanche. Hier, il a été retrouvé pendu dans un bois non loin de l’usine. Il s’agit de Jaunatul Issan Nayen, 27 ans. La police de Piton a ouvert une enquête à ce sujet.

Pour le syndicaliste Feyzal Ally Beegun, le ministère du Travail doit ouvrir une enquête pour savoir ce qui s’est réellement passé. « Ce n’est pas la première fois qu’un ouvrier bangladais trouve la mort à Maurice. L’année dernière c’était à RT Knits, plus récemment sur un site de construction et maintenant à l’usine Denim de l’Île. Le ministère ne peut se contenter de ce que l’usine lui rapporte. Ces travailleurs étrangers qui viennent chez nous sont des êtres humains, ils ont des familles ».

Au niveau du ministère justement, on affirme que ces cas n’ont pas été rapportés. Ce qui révolte davantage le syndicaliste, qui s’interroge sur le rôle du ministère. Il est d’avis qu’il faudrait un règlement obligeant les entreprises à informer les autorités en cas de décès de travailleurs étrangers.
Nous avons essayé en vain d’entrer en contact avec un responsable de l’usine pour en savoir plus.