Le dîner annuel du MMM qui a eu lieu mardi soir 26 décembre au Domaine Anna a réuni la plupart des dirigeants en vue du parti mauve. Pour ne pas déroger à la tradition, c’est le discours de Paul Bérenger, le leader, qui a retenu toutes les attentions.

Il a d’emblée évoqué la dernière élection partielle où la candidate Nita Juddoo a été largement devancé par Arvin Boolell du Parti Travailliste en rappelant que la politique à travers le monde est faite de « ups and downs».

S’il a d’abord relativisé la portée de cette défaite sur le compte d’un partielle, qui est moins importante qu’une élection générale, il a néanmoins souligné que les instances du parti, le Bureau Politique (BP) et le Comité Central (CC), ont déjà tiré les premiers enseignements. Il n’est pas question que ce soit « business as usual» et que « nou pou tire les lecons de ce qui fine arrivé».

Paul Bérenger a aussi mis en exergue deux questions majeures à trancher à la rentrée : d’abord mettre en chantier les élections du renouvellement du BP et CC pour lequel il est personnellement très favorable. Il a rappelé que le vote secret constitue la base de la démocratie qui règne au sein de son parti. Ensuite il a évoqué la question du leader de l’opposition que le PTR veut ravir à Xavier Duval après la débâcle du candidat PMSD à Quatre-Bornes. Le MMM donnera son avis après les fêtes de fin d’année.

S’il a mis en garde Pravind Jugnauth, «qui ne connaît pas l’histoire de son pays» pour ses velléités de prolonger son mandat au delà de 2019 en retardant les élections générales, contrairement aux dispositions de la constitution, il a finalement félicité le gouvernement pour son vote aux Nations Unies sur la question de Jérusalem. De ce fait, Maurice a soutenu la condamnation des initiatives du Président américain, Donald Trump, qui a déclaré Jérusalem, ville- capitale d’Israel, et que les Etats-Unis comptait y installer son ambassade.