À l’image de la domination des jockeys mauriciens en ce début de saison 2016, Dinesh Sooful a prolongé son efficacité en s’appropriant un troisième gagnant en deux journées. C’est Seven Fountains, une deuxième doublure de Rameshwar Gujadhur, qui a émergé samedi, offrant au jockey le 65e gagnant de sa carrière, de surcroît un beau cadeau d’anniversaire pour ses 38 ans.
« Cela fait plaisir de remporter une course lors de mon anniversaire. Je remercie Subiraj Gujadhur qui, la semaine dernière, m’a fait confiance en me donnant la monte de Torotino. Cette fois c’est Seven Fountains que je mène à la victoire. J’espère que ça continue chaque semaine (rires). C’est un cheval que j’avais monté la saison dernière à ses débuts dans une catégorie supérieure. Autant que je m’en souvienne, il avait fait une très belle course par piste molle à 3,0 unités. Il était green ce jour-là, regardant un peu partout. Cette fois on s’était dit qu’on allait le lancer de loin. Mais c’est vrai qu’avant la course, Kurundu faisait figure d’épouvantail. J’accordais à Seven Fountains un « place chance ». C’est un cheval qui est lent au départ mais qui termine souvent à la vitesse du vent, » rappelle un Sooful encore sur un nuage.
Avec cinq montes samedi, Sooful avait mal démarré cette deuxième journée déjà tronquée avec un programme réduit. Social Network, bien coté chez les bookies (Rs 470), rata sa mise en action à l’ouverture des boîtes. « Je n’étais pas encore prêt quand les portes se sont ouvertes. Débalancé, mon coursier a eu une course difficile. Social Network n’a pas eu, selon moi, toutes ses chances. Au contraire du vainqueur, Data Controller, lequel a pleinement profité des circonstances de cette première course, » avance encore son cavalier.
Il termina loin des accessits dans ses trois autres participations de l’après-midi. Une sixième place avec Cula, une dernière place avec Tiger Island et une avant-dernière place avec Tobeastar. « La distance semblait un peu juste pour Cula. Il est compétitif à partir de 1600m à monter. Tiger Island avait besoin de ce galop. Aussi, il ne semble pas à l’aise dans cette valeur (C 6 & 7). Tobeastar est à l’image de lui-même. Erratique. Même avant-dernier, il n’était pas cependant déclassé. »
Dans le top 5 actuel — quatrième avec trois gagnants en onze montes, Dinesh Sooful réussit un début de saison qui lui rappelle 2002, année de son sacre chez les Mauriciens. « Cette année-là, j’avais ramené 14 gagnants, ce qui constitue mon meilleur parcours au Champ de Mars, » martèle le jockey.
Avec sept victoires l’année dernière suivant une longue période de réeducation (plus de cinq mois de réhabilitation, ce jockey aux 24 années de carrière qui lui a permis de remporter plus de 75 victoires — dont 65 sur notre hippodrome — a réussi près de 50 % de son capital victoires 2015 en l’espace de deux meetings. « Si je parviens à obtenir de bonnes montes et remporter une victoire chaque semaine, je serais comblé. Je remercie ma famille qui est tout le temps derrière moi, surtout mes parents, mon épouse et mes beaux-parents. Même s’ils ne suivent pas trop les courses, ils sont toujours là à mes côtés et me soutiennent ».