DISPARITION DE PREM NABABSING : Un scientifique de talent un peu égaré dans la politique

Le Dr Prem Nababsing qui devait fêter ses 77 ans le 20 novembre prochain est décédé hier. Il s’était retiré de la vie publique depuis quelques années déjà en raison d’une santé chancelante. Celui qui avait pris le relais de sa célèbre et charismatique épouse Vidula Nababsing était en fait un scientifique égaré dans la politique. Bien qu’il ait été associé au MMM dès les premières années de cette formation, il n’a jamais paru vraiment habité même lorsqu’il a décidé de se mettre à la politique active à la fin des années 80. D’où une carrière courte mais pas dénué d’intérêt.
Le docteur en chimie qui a travaillé au MCFI après ses études en Grande Bretagne est trop passionné par les composés de solution pour se laisser distraire par la vie de la cité. Lorsque le MMM se présente pour la première fois aux élections en 1976, c’est Vidula Nababsing, la sociologue passionnée, qui est candidate et qui, contre toute attente se fait élire au No 20. Elle n’est pas au rendez-vous des 60/0 de 1982 pour des raisons d’ordre personnel. Prem Nababsing accepte toutefois un poste d’ambassadeur à Paris mais le couple revient lorsque Vidula se présente aux élections de 1983 dans une des campagnes les plus dures que le pays ait connue. Cet épisode laisse des traces mais Il semble avoir forgé une carapace au scientifique qui décide de s'engager pleinement. En 1987 devenu leader du MMM et présenté comme Premier ministre, il est élu à Rivière des Anguilles/Souillac. Comme en 1983, il manque quelques milliers de voix pour secouer les certitudes.
Bien que devenu leader de l'opposition, il refuse de pratiquer une opposition frontale à SAJ en alliance avec le PTr et le PMSD. Lorsque les bleus de Sir Gaëtan Duval claquent la porte, ses amis Cassam Uteem et Jean Claude de l’Estrac entreprennent  un travail d’ouverture auprès du MSM et de son leader avec pour opbjectif de réunir « la grande famille militante » éparpillée depuis 83.  Prem Nababsing et ses amis entrent au gouvernement en 1990, ce qui pousse les rouges à la sortie.
Aux élections de 1991, l’alliance MSM/MMM remporte trois quarts des sièges mais le gouvernement connaît très vite ses premières frictions qui culminent avec la révocation de Paul Bérenger en août 1993.  Prem Nababsing qui est ministre de la Santé et quelques-uns de ses amis restent au gouvernement. Ils tentent de prendre le contrôle du MMM mais échouent, ce qui les pousse alors à créer le Renouveau Militant Mauricien qui, en alliance avec le MSM, va être complètement balayé par le 60/0 PTr/MMM de décembre 1995.
Lorsque l’alliance rouge-mauve se fracasse en juin 1997, les anciens amis du MMM dont Prem Nababsing rappliquent et travaillent une nouvelle fois à la fameuse réunification de la grande famille militante. Après le remake, le scientifique discret se jette dans la campagne en prévision des élections de septembre 2000. Si ni lui ni son épouse ne se présentent aux élections, leur vieux copains des années 70 Paul Bérenger devenu vice-Premier ministre et ministre des Finances les embarque tous les deux, Prem est conseiller mais aussi président de Mauritius Telecom ou du BOI  tandis que Vidula préside le Trust Fund en faveur des familles vulnérables et introduit le micro-crédit.
Le couple va se faire discret après la défaite de l’alliance MSM/MMM et vaquer à ses occupations personnelles et familiales même s’il est vu aux célébrations des 40 ans du MMM en 2009. Si Prem et Vidula Nababsing ont été en retrait de la vie publique, ils ont toujours tenu à entretenir des liens amicaux avec des militants de tous grades comme cela a toujours été le cas pour eux depuis le début de leur engagement. Ils ont su garder ce fil de la solidarité qui avait été la grande qualité des premières années du militantisme ;
A Vidula Nababsing et à ses filles Nitisha, Aruna et Diya,  et à tous ceux que ce deuil afflige, Week-End présente ses plus vives condoléances.