@cfo-india.in

Avec les premières arrestations de banquiers de la Punjab National Bank, la deuxième plus importante en Inde, l’agence de presse Reuters de New Delhi indique que la police indienne a perquisitionné vendredi les bureaux de la société de négoce en pierres précieuses Gitanjali. Les éléments de l’enquête sur cette fraude de $ 1,8 milliard indiquent que les transactions douteuses étaient échelonnées au cours de la période allant de 2011 à 2017, mais n’ont été découvertes qu’au cours de la troisième semaine de janvier dernier.

Au centre de cette escroquerie, le milliardaire du diamant Nirav Modi, accusé de collusion avec des employés de la banque pour obtenir frauduleusement des avances afi n de payer ses fournisseurs à travers le monde. La Punjab National Bank a annoncé jeudi avoir suspendu dix de ses employés pour la durée de l’enquête. D’autres perquisitions ont été menées dans six villes et une vingtaine de bureaux, usines et résidences privées liés au groupe Gitanjali et à ses responsables. Les deux protagonistes de cette fraude jouent aux abonnés absents. Mehul Choksi, directeur général de Gitanjali Gems Ltd, ne répond pas aux appels sur son téléphone portable. Le groupe lui-même a refusé de faire un commentaire. Nirav Modi était présent le mois dernier au Forum économique de Davos, en Suisse.

À cette occasion, il a été photographié en compagnie du Premier ministre indien, Narendra Modi, qui n’a pas de lien de parenté avec lui. Le ministère indien des Affaires étrangères a annoncé qu’il avait suspendu pour quatre semaines les passeports de Nirav Modi et de son oncle Mehul Choksi. Le ministre de la Justice, Ravi Shankar Prasad, a affirmé que les autorités n’épargneraient aucun des coupables. 13 milliards de roupies ($ 203 millions) ont été saisies sur les comptes de Nirav Modi, a-t-il ajouté. Nirav Modi ne s’est pas exprimé jusqu’ici sur cette affaire, mais sa société phare, Firestar Diamond, a affirmé qu’il n’avait rien à voir dans ce scandale.