Divali, la fête de la lumière, a été célébrée ce mercredi en l’honneur de Lukshmi, la déesse de la générosité et de la prospérité. Nos compatriotes de foi hindoue ont allumé pour l’occasion des diyas (lampes en terre cuite) et des lampions électriques pour chasser l’obscurité dans les coeurs et les esprits.

La nuit s’est métamorphosée en raison de la profusion de lumières dans laquelle se sont imprégnées toutes les communautés. Lampes en terre cuite et guirlandes électriques ont ainsi illuminé le pays en guise de symbole de partage et d’osmose culturelle.

Divali réunit en effet les Mauriciens, notamment lors du partage de douceurs,gato pates », qui contribuent au brassage des cultures. À travers cette fête, c’est l’expression du mauricianisme qui s’abreuve de ses différentes sources. La victoire du bien sur le mal, de la lumière sur les ténèbres et le retour triomphal du Dieu Ram après 14 ans d’exil, ainsi que sa victoire sur le démon Rawan sont autant de symboles pour fêter la lumière. Divali transcende les barrières et le moins que l’on puisse dire, c’est que la tradition a été respectée hier soir.