Un mécanisme d’alerte aux obstacles au commerce a été lancé officiellement hier matin à l’hôtel Westin Turtle Bay, Balaclava. L’objectif consiste à faciliter l’identification et l’élimination des obstacles au commerce que peut rencontrer la communauté des affaires. Conçue et développée par le Centre de Commerce International, cette plateforme en ligne réunit les opérateurs économiques, la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) en tant que Point Focal National (PFN), et les autorités nationales (agences et institutions concernées par les échanges commerciaux avec l’étranger).
Cette plateforme en ligne, soulignent les milieux concernés, permet aux opérateurs commerciaux de rapporter les obstacles qu’ils rencontrent lors de l’exportation ou de l’importation de leurs produits et d’en alerter instantanément les autorités nationales compétentes (à travers un système d’alerte e-mail) afin qu’elles puissent apporter les solutions nécessaires. Les utilisateurs peuvent, par ailleurs, être alertés des obstacles rapportés pour les produits et les marchés qui les intéressent. « Le mécanisme d’alerte aux obstacles au commerce représente un dialogue secteur public-secteur privé », indique le Centre de commerce international.
Il appartient d’abord aux opérateurs économiques d’identifier les problèmes qui entravent leurs activités. Les informations sont ensuite transmises au point focal national (la MCCI) qui s’assure de la validité du rapport d’obstacle créé avant de l’envoyer par courrier à l’agence ou autorité compétente. Le rapport devient dès lors « public » et peut être consulté dans la plateforme par tous les utilisateurs. Dans le cas d’un rapport valide, l’agence concernée doit soumettre une réponse au point focal national qui peut dès lors mettre en ligne les informations transmises qui feront partie intégrante du rapport d’obstacle. Ces informations seront envoyées automatiquement par e-mail à l’utilisateur ayant rapporté l’obstacle.
Par ailleurs, un comité national de surveillance (National Coordinating Committee) est institué pour veiller au bon fonctionnement du mécanisme d’alerte. Ce comité doit s’assurer de la bonne communication entre les différentes parties ainsi que de la résolution des obstacles rapportés dans la plateforme. Ce comité est constitué de représentants du ministère des Affaires et du Commerce international, de la MCCI en tant que point focal national, des agences publiques ou semi-publiques impliquées dans les procédures et règlements commerciaux à Maurice.
Le Centre de Commerce international fait ressortir que les obstacles au commerce peuvent provenir de l’application de mesures non tarifaires par un gouvernement. Ces mesures regroupent des réglementations légales obligatoires et peuvent prendre la forme de quotas, de licences à l’importation, de procédures de certification, de règlements sanitaires, entre autres.
Il est estimé que la plateforme d’alerte aux obstacles au commerce servira au renforcement des liens de communication entre le secteur privé et les décideurs politiques. Ces derniers, dit-on, n’ont pas toujours une vision claire des principaux obstacles que doivent franchir les opérateurs économiques, ce qui ne facilite pas l’élaboration de politiques commerciales appropriées. La plateforme qui a été lancée aujourd’hui devrait contribuer à une plus grande transparence sur les règlements et procédures.
On est d’avis à la MCCI que le mécanisme d’alerte aux obstacles au commerce cadre parfaitement avec l’objectif d’amélioration du cadre des affaires et que des retombées positives peuvent être attendues en termes de gains de temps, de productivité, d’efficacité opérationnelle et de réduction des coûts d’opération.