Parmi les invités de cette journée qui s’annonce grandiose, Dominic Tourneur est sans doute celui qui attise la plus grande curiosité. Méconnu des turfistes mauriciens, cet australien d’origine mauricienne sera à sa première tentative au Champ de Mars.
Né en Australie de parents mauriciens, emportés par la vague d’immigration qui a frappé le pays à la fin des années 60, Dominic Tourneur n’était pas prédestiné à une carrière de jockey. En effet, c’est pour sortir son fils d’une scolarité moyenne que maman Tourneur a inscrit ce dernier à la West Australian Jockeys Academy suite à une petite annonce parue dans un quotidien de Perth en 1990. Le jeune Dominic était alors âgé de 15 ans. Dans une interview accordée à The Australian en 2009, il devait partager l’anecdote suivante: « At first, I was really happy about it because I thought I was going to a disc jockey school. Then I found I was going to be riding horses. I didn’t feel so good about it then. » Ne se laissant pas gagner par le découragement, le jeune australien s’appliqua pour ne pas décevoir sa mère. 25 ans plus tard cette décision s’est avérée être la meilleure qu’il ait prise.
C’est à Perth que Dominic Tourneur a commencé sa carrière comme apprenti-jockey. Mais il est plus connu pour avoir exercé ses talents en province ouest de l’Australie, plus connue comme des bush tracks sur l’île continent, cumulant parallèlement le métier de salesman. Ce n’est qu’en 2005 qu’il prit la décision de tenter sa chance à Adelaide sur les conseils de l’entraîneur Ted Martinovich.   
S’il prit du temps avant de prendre son envol, Dominic Tourneur devait se faire connaître de toute l’Australie avec son association fructueuse avec le cheval Alcopop. Ce cheval, qui n’avait connu de réussite que dans les provinces, fit parler de lui dans les grands centres hippiques de l’Australie, remportant même la Listed JRA Cup sur 2040m à Moonee Valley et le Group II Herbert Power Stakes à Caulfield. Installé favori de la Melbourne Cup en 2009, la paire eut moins de chance en terminant sixième. Invité à exprimer ses sentiments en prélude de ladite course, Tourneur avait déclaré: « Now we’re going for the Melbourne Cup. I used to think that just having a ride in it would be a huge buzz, but to be on a live chance, it’s pretty surreal. »
Le duo Tourneur-Alcopop devait revenir à la charge en 2012 seulement pour finir deuxième de Dunaden dans la Caulfield Cup, une épreuve de Groupe I. Ayant pris goût aux grandes épreuves, Dominic Tourneur finit par épingler son premier Groupe I en 2013 lorsqu’il mena à la victoire Maybe Discreet dans The Schweppes Oaks. Il devait remettre ça en 2014 en partenariat avec Hucklebuck dans the Emirates Stakes. Il y a quelques jours, soit lors de la prestigieuse journée de la Melbourne Cup à Flemington, il a remporté une autre course de Groupe I, le MSS Security Sprint avec Sea Lord, coté à 25/1. Selon la presse australienne, « Tourneur is now firmly established as a Group I class rider and sits within the top five jockeys in Adelaide. »
Justement, celui qu’on surnomme The Mauritian Magician occupe, à l’heure où nous mettions sous presse, la 3e place au classement du South Australian Jockey Premiership avec 31 victoires, soit cinq de moins que l’actuel leader, Jason Holder, une vieille connaissance des turfistes. A noter qu’il a remporté le championnat la saison dernière avec 84 gagnants.
Marié à Mélissa et père de Blake (9 ans) et Hannah (7 ans), Dominic Tourneur sera un des talents à découvrir lors de ce dimanche pas comme les autres.