Depuis lundi, une cinquantaine de personnes, partenaires de la douane, participent à un atelier de travail sur le “Time Release Study” dans le cadre de la gestion des risques pour le dédouanement des produits arrivant au pays ou pour réduire le temps d’attente avant l’exportation du produit.
« Le TRS est la façon dont on mesure le temps que prend un conteneur entre son arrivée en douane et son dédouanement », fait ressortir un préposé de la Mauritius Revenue Authority (MRA), responsable de la douane mauricienne. Il poursuit : « Cela ne concerne pas que les douaniers, mais tous les partenaires du secteur, c’est-à-dire ceux qui doivent délivrer différents permis pour faciliter le dédouanement pour l’exportation des produits. Ainsi, cet atelier de travail comprend en outre des représentants de divers ministères, des importateurs, du secteur privé, des prestataires de services, dont le Mauritius Commodity Service. » Ce séminaire est animé par deux experts de l’Inde et de l’Angola sous la supervision de l’Organisation mondiale des douanes. Il porte sur les outils et les moyens qui pourront être utilisés pour accélérer les procédures et faciliter le dédouanement dans les plus brefs délais. Selon notre interlocuteur, « pour assurer une bonne performance à ce niveau, il faut que tous les partenaires concernés travaillent avec une même vision ».
Lors de son intervention à l’ouverture de cet atelier de travail, le directeur de la MRA, Sudhamo Lal, a lancé un appel à l’OMD pour qu’un National Working Group soit créé à l’issue de cette semaine de séminaire « to conduct an initial time release study ».
Le directeur de la MRA affirme que « trade logistics in the supply chain is a key element for economic competitiveness, growth and poverty reduction ». Il estime qu’aujourd’hui, alors que les tarifs sont à zéro, pour 89 % des produits importés « il n’y a aucune taxe douanière ». « It is an opportunity for us to reflect on measures to put in place to better facilitate trade and further ease the process of doing business ».
Le directeur de la MRA souligne que la douane se modernise et qu’il est temps d’évaluer la performance de ceux se trouvant au niveau du “supply chain” en utilisant de nouveaux outils pour pouvoir améliorer ce service. « We need to benchmark ourselves towards our competitors as the rankings are determining factors for an investor willing to invest in any particular country ». Il rappelle que les investissements affluent dans un environnement propice où l’intégrité est de mise et où les coûts et le temps d’attente à la douane sont réduits. Selon lui, la prévisibilité est un élément clé dans les affaires et la douane a un impact direct sur le développement social et économique du pays.