Deux boxeurs qualifiés pour les Jeux Olympiques de Rio et une énorme satisfaction dans le camp mauricien. L’entraîneur national, Judex Bazile, soutient que les différents stages tenus en Égypte, à Cuba et au Cameroun ces derniers mois ont porté leurs fruits. Désormais, tout devra, selon lui, être entrepris jusqu’à août afin que Merven Clair et Kennedy St Pierre aient tous les atouts de leur côté afin d’être les plus performants possibles lors de ce rendez-vous d’envergure.
Cette double qualification olympique vient récompenser les efforts de ceux qui ont cru en ces boxeurs et qui ont investi en eux, notamment les membres de la fédération, le staff technique, les entraîneurs régionaux, le ministère de la Jeunesse et des Sports, le Comité olympique mauricien, le Trust Fund for Excellence in Sports et le Club Maurice. « Il fallait impérativement hausser les enchères en offrant à nos représentants la préparation voulue. La tenue de ces stages leur a donné la confiance nécessaire. Ils ont ainsi su saisir leur chance », soutient Judex Bazile.
Reste que pour ce dernier, la qualification de Merven Clair dans la catégorie -75 kg ne constitue pas réellement une surprise. « Il nous avait déjà donné des indications concernant son potentiel, surtout aux derniers Jeux des îles où il avait dominé le redoutable Seychellois Jovette Jean. De plus, il avait fait jeu égal avec un Sud-Africain lors de la Coupe d’Afrique des Nations. »
À son avis, Clair n’a fait que connaître une montée en puissance. « Il lui fallait un déclic qu’il a sans doute obtenu lors de sa participation à la Bocksai Cup et lors du stage à Cuba. À partir de là, il n’a fait que gagner en confiance », affirme l’entraîneur national.
Pour ce qui est de Kennedy St Pierre, Judex Bazile estime qu’il a confirmé sa suprématie au niveau continental. « Il possède déjà à son palmarès des titres obtenus aux championnats d’Afrique et aux Jeux d’Afrique. De plus, il s’est bien comporté lors de ses combats comptant pour l’AIBA Professional Boxing en rivalisant par exemple avec l’Irlandais Joe Ward, champion d’Europe et vice-champion du monde. De ce fait, il est craint et respecté au niveau du continent africain. »
Par contre, il demeure d’avis que la malchance a frappé Richarno Colin et Jean-Luc Rosalba, qui auraient pu aspirer à mieux. « La blessure de Colin au genou l’a définitivement handicapé. Sinon, son succès était garanti en quarts de finale. Rosalba, bien que blessé au crâne, a pu faire jeu égal face au Camerounais en huitièmes de finale. C’est dommage, car tout est à refaire à eux. »
Après l’euphorie de cette double qualification, place maintenant au programme de préparation pour Rio et également pour ceux qui disputeront le dernier tournoi de qualification à Azerbaïdjan. Les membres de la fédération et du staff technique devraient donc se réunir la semaine prochaine pour plancher sur ce programme, tout en tenant en ligne de compte les impératifs financiers.