L’enquête sur le meurtre de Soopamah Pajaniandy (80 ans), une habitante de Résidence Père Laval, a débouché hier sur quatre arrestations : Yudishtil Keerodhur (22 ans), un habitant de Quatre-Bornes, Dhanish Dookhee (20 ans), domicilié à Rose-Hill, Viterissen Rajagopal Sabapathee et Allan Sevathean, tous deux âgés de 19 ans et habitant Trèfles. Ce dernier nommé est le neveu de la victime. Les quatre suspects ont comparu devant le Tribunal de Rose-Hill aujourd’hui sous une charge provisoire de meurtre, avant d’être reconduits en cellule.
Selon nos informations, c’est Allan Sevathean qui est soupçonné d’avoir planifié le coup. Neveu de la victime Soopamah Pajaniandy, il connaissait très bien les habitudes de sa tante. Soumis à un interrogatoire serré, Allan Sevathean avait dans un premier temps nié toutes les allégations portées contre lui. Mais le jeune homme de 19 ans est finalement passé aux aveux. Pressé de questions, Allan Sevathean a dans la foulée balancé le nom de ses trois complices : Dhanish Dookhee (20 ans), Viterissen Rajagopal Sabapathee (19 ans) et Yudishtil Keerodhur (22 ans). Ces derniers ont été appréhendés le même jour.
Les quatre suspects sont déjà fichés auprès de la police : Yudishtil Keerodhur pour possession de cannabis et vol ; Allan Sevathean et Dhanish Dookhee pour deux et cinq vols respectivement ; et Viterissen Rajagopal Sabapathee compte six vols à son actif.
Selon certaines sources, les quatre individus auraient bien préparé leur coup vendredi, le jour du drame. Cet après-midi-là, ils auraient pris place à bord d’un 4×4 appartenant à un proche de Dhanish Dookhee pour se rendre jusqu’au domicile de l’octogénaire. Sur les lieux, Allan Sevathean n’aurait alors pas voulu participer, conscient que sa tante l’aurait identifié. Le jeune homme serait donc resté dans le 4×4 avec Dhanish Dookhee, conducteur du véhicule immatriculé 3831 NV 95.
Yudishtil Keerodhur et Viterissen Rajagopal Sabapathee seraient donc passés à l’action. Une fois à l’intérieur de la maison de Soopamah Pajaniandy, les deux jeunes hommes ne se seraient pas attendus à ce que l’octogénaire résiste. Ils auraient alors été contraints de la ligoter, la bâillonner, avant de l’agresser pour empêcher Soopamah Pajaniandy d’appeler à l’aide. Ainsi, l’octogénaire avait reçu plusieurs coups au visage. Par la suite, Yudishtil Keerodhur et Viterissen Rajagopal Sabapathee auraient fouillé de fond en comble la maison et se seraient emparés de bijoux appartenant à la victime. Ils seraient alors remontés à bord du 4×4 pour se diriger vers la capitale, chez un bijoutier. Entre-temps, l’octogénaire avait succombé à une “asphyxia due to smothering” dans sa salle à manger.
Tension palpable
Lors d’une reconstitution des faits hier, Allan Sevathean a conduit les enquêteurs de la brigade criminelle de Camp-Levieux et de Stanley jusqu’au Champ-de-Mars. Ses complices et lui y avaient dissimulé des pièces à conviction, dont une arme blanche. Sur place, les policiers n’ont cependant récupéré qu’une pince à levier et des bijoux fantaisie que les suspects avaient pris chez la victime. Le couteau n’a pas été récupéré.
Suite à cet exercice, les quatre suspects ont été placés en détention au poste de police de Camp-Levieux, au centre de détention de Moka, au poste de police de Cité Barkly et au centre de détention de Vacoas. Peu avant midi, aujourd’hui, Yudishtil Keerodhur, Dhanish Dookhee, Viterissen Rajagopal Sabapathee et Allan Sevathean ont comparu devant le Tribunal de Rose-Hill sous une accusation provisoire de meurtre. Après quoi, ils ont été reconduits en cellule, la police ayant objecté à leur remise en liberté.
La tension était palpable à la Cour, ce matin, où des membres des familles des agresseurs et de la victime étaient présents. Des proches des quatre suspects se seraient même montrés agressifs envers des membres de la presse présents.
Du côté des proches de la victime, qui ont été contactés par Le Mauricien ce matin, la colère et l’incompréhension règnent depuis qu’Allan Sevathean, le fils de la soeur de la victime, est passé aux aveux. Vedy Chinnarassen, la nièce de la défunte, trouve cette situation inadmissible. « Cela m’a choquée. La dernière fois que j’ai vu Allan remonte à samedi, le jour de l’enterrement de ma tante. Il avait assisté à la cérémonie ».
Vassoo Pajaniandy, le cousin d’Allan Sevathean et également fils de la victime Soopamah Pajaniandy, est également dans l’incompréhension. « J’étais attristé lorsque je l’ai appris. Li ti pe manze-bwar dan lakaz kot li. Mo mama ti konsider li kouma so prop zanfan ». Révolté, Vassoo Pajaniandy estime que les forces de l’ordre auraient dû prendre les actions nécessaires lorsque les suspects étaient à leur première arrestation pour être sûr qu’ils ne récidivent pas. « Si la police les avait gardés en détention après leur premier délit, ou qu’elle leur avait donné une punition sévère, je ne crois pas que les quatre jeunes hommes auraient recommencé ».