Depuis la reprise des auditions, la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême, Paul Lam Shang Leen, a épousé une nouvelle tangente. Certes, les révélations accablantes du témoin George au sujet ds VVIPs Politically Connected dénoncées comme des maillons forts d’importants réseaux de drogue à Maurice et au niveau de l’océan Indien continuent à faire l’objet de vérifications systématiques et méticuleuses sur le terrain. Mais un nouveau développement est venu apporter la preuve que ce témoin de dernière heure s’avère être extrêmement gênant dans certains milieux. En effet, la commission d’enquête serait en présence d’informations sûres que l’appel téléphonique au QG de l’Anti-Drug and Smuggling Unit déclenchant une perquisition au domicile de ce témoin le vendredi 13 octobre, soit au lendemain de son passage à huis clos devant l’ancien juge Lam Shang Leen et ses deux assesseurs, Sam Lauthan, et le Dr Domun, a été fait à partir d’un numéro de téléphone aux Police Headquarters des Casernes centrales. L’irritation initiale du président de la commission d’enquête au sujet de cette tentative d’intimidation d’un des plus importants témoins à ce jour a été « compouded » depuis le début de cette semaine, avec des informations troublantes au sujet de l’origine de ce soi-disant appel anonyme à l’ADSU. La commission devait boucler en fin de semaine les dernières étapes de cette enquête avant de convoquer le Deputy Commissioner of Police et Commissioner of Police-in-Waiting, le DCP Jhugroo, en vue d’élucider cette sinistre affaire. Toutefois, cet épisode n’a pas mis off track la commission d’enquête puisque le Chairman de la Gambling Regulatory Authority et de la Law Reform Commission, un des Senior Members at the Bar, Me Raouf Gulbul, a été entendu jeudi. Une séance n’aura pas suffi pour entendre le Legal Counsel du Premier ministre, qui devra revenir demain avec « le naufrage du Titanic » comme hantise puisque l’ancien juge Lam Shang Leen a choisi ses mots pour parler de « tip of the iceberg » pour le début de ce que des hommes de loi du pouvoir, dont Sanjeev Teeluckdharry, qualifie de « Spanish inquisition. »