La commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême, Paul Lam Shang Leen, devra être en mesure de clore, cet après-midi, le chapitre consacré au Chairman de la Gambling Regulatory Authority (GRA) et Senior Member at the Bar, Raouf Gulbul, ou tout au moins le volet du rendez-vous mystérieux du 24 novembre 2014 à Saint-Pierre avec un colis contenant Rs 9,7 millions, s’apparentant à des “Tainted Monies”, placés dans le coffre d’un véhicule de Raouf Gulbul. Les deux derniers témoins entendus par la commission cet après-midi ne sont autres que deux autres membres du Barreau et ayant participé de près à l’organisation de la campagne électorale du candidat battu du MSM dans la circonscription de Port-Louis Maritime/Port-Louis Est, en l’occurrence Mes Samad Goolamaully et Ashley Hurhangee. 
Outre le fait de la confirmation de la présence de ce colis réceptionné après une rencontre nocturne avec un maulana à Saint-Pierre, une rencontre en cachette à la demande de Me Raouf Gulbul, à Ébène, à la mi-juillet dernier devrait tenir la vedette lors de la séance du jour. D’autre part, la commission d’enquête sur la drogue devrait être en présence d’une série de photos puisées de la page Facebook de Raouf Gulbul pour démontrer l’intimité entretenue par ce dernier avec un dénommé Sabir Gungapersad, un chauffeur qui l’a accompagné comme son ombre pendant la campagne électorale, et même après. Le chauffeur Gungapersad est présenté comme étant « l’intermédiaire par excellence » entre le Chairman de la GRA et Jean-Michel Lee-Shim, qui s’est affiché aux premières loges de PMU Moris vendredi soir dans les Ruines de Balaclava.
Le principal intérêt du témoignage du tandem Goolamaully/Hurhangee est axé sur les dessous de ce rendez-vous nocturne du 24 juillet 2014 à Saint-Pierre en pleine campagne pour les dernières élections législatives. La présence de ce colis dans le coffre d’un des véhicules faisant partie du cortège accompagnant le candidat Gulbul à Saint-Pierre a été confirmée par nul autre que Me Ahton Murday, un des hommes de loi dans le giron de Gulbul. Mais les révélations de cet après-midi pourraient s’avérer encore plus accablantes pour le Chairman de la GRA et son entourage politique, qui maintient qu’il est « presumed innocent until proven guilty ».
Ainsi, dès que les premiers détails de ce rendez-vous de Saint-Pierre et d’un colis contenant de l’argent ou plus précisément, pour reprendre les termes utilisés par Sam Lauthan, assesseur de la commission, « des affiches à l’effigie de sir Gaëtan Duval » (voire de grosses coupures de banque), Raouf Gulbul a voulu s’assurer que la version de ses confrères Goolamaully et Hurhangee ne lui soit pas préjudiciable dans le contexte de la commission d’enquête sur la drogue. De ce fait, il avait convoqué ses deux confrères à une rencontre nocturne à Ébène au cours de la première quinzaine de juillet, soit le 10 juillet dernier, date à être confirmée lors de l’audition du jour.
La première préoccupation de Raouf Gulbul était de savoir la teneur du témoignage de Samad Goolamaully et Ashley Hurhangee au cas où ils seraient convoqués devant la commission d’enquête en vue de faire la lumière sur cette affaire du 24 juillet 2014. Il était catégorique : « À aucun moment, ces deux témoins ne devaient faire état de ce “sak” dans le coffre d’une voiture après le rendez-vous. » D’ailleurs, lors d’une des quatre auditions, il a été confronté par le président de la commission d’enquête pour avoir tenté de subodorer ses deux confrères. « Bizin pa koz ditou inn ouver box. »
À un certain moment, lors des échanges entre les trois avocats à Ébène et la décision de Samad Goolamaully et Ashley Hurhangee de dire « la vérité, rien que la vérité et toute la vérité », Raouf Gulbul avait tenté de jouer sur leurs sentiments. « Si zot koz sa zafer sak-la devan komision, lerla mo pa pou ena swa ki al aste lakord pou sisid mwa », aurait lâché le Chairman de la GRA.
La réponse d’Ashley Hurhangee est des plus désarmante. « To pa pou bizin al aste lakord Raouf. To pran to Gown avoka-la to sisid to mem. Pou pli fasil », devait-il lâcher sans crier gare. Depuis ce jour, ces hommes de loi se regardent en chiens de faïence.
De son côté, Me Goolamaully devra faire le récit du placement du “sak” contenant les coupures bancaires camouflées comme des brochures, des tracts et des affiches pour les besoins de la campagne électorale. Il prévoit de donner des détails sur le fait que la rencontre avec le maulana n’était qu’une couverture pour aller récupérer des fonds en provenance d’un trafiquant de drogue.
Par ailleurs, les liens entre Raouf Gulbul et Jean-Michel Lee Shim seront également abordés cet après-midi. Le Common Denominator entre le président de la GRA et la main invisible du monde des paris n’est autre que le chauffeur Sabir Gungapersad. Jusqu’ici, Raouf Gulbul s’est évertué à garder à distance ses relations avec ce confident de Jean-Michel Lee-Shim en niant même que le dénommé Gungapersad était son chauffeur pendant la campagne électorale.
La commission d’enquête sur la drogue est en présence d’une série de photos et de Documentary Evidence pour établir cette proximité. De ce fait, la commission n’aura d’autre choix que de rire de la conclusion que « the truth is Sabir Gungapersad was Raouf Gulbul’s only and permanent driver during the election. He was appointed driver by Lee Shim ». Il n’est pas exclu que le fait que Sabir Gungapersad soit un prête-nom présumé pour Jean-Michel Lee-Shim dans la gestion d’un SMS Pariaz Outlet puisse être révélé.
Affaire à suivre…