“Antibiotics off the Menu – A responsible and Prudent use of antibiotics in food production”. Tel était le thème d’un atelier de travail national ouvert ce matin  par le ministre du Commerce et de l’Industrie, Ashit Gungah. Ce dernier a souligné que le gouvernement a décidé de bannir l’importation de l’ “Ajinomoto” dans quelque deux semaines. D’autres lois avec le même souci de protection des consommateurs sont actuellement en étude.
Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Ashit Gungah, a rappelé que c’est dans les années 1940 que les antibiotiques furent utilisés et contribuèrent de manière importante dans la réduction de maladies de même que dans la baisse du taux de décès à travers des maladies infectieuses. Au point où ces médicaments étaient connus comme le « miraculous drug » du XXe siècle. C’est ce qu’a déclaré le ministre ce matin à l’occasion d’un atelier de travail au niveau national tenu à l’hôtel Le Maritim et ayant comme thème “Antibiotics off the Menu – A responsible and Prudent use of antibiotics in food production”.
Toutefois, aujourd’hui, a ajouté Ashit Gungah, « le danger est que l’utilisation des antibiotiques échappe au contrôle. Une surutilisation ou une mauvaise utilisation des antibiotiques créent de la résistance envers ces médicaments, ce qui peut être fatal pour la santé de l’homme ». Il importe, selon le ministre Gungah, de sensibiliser la population au danger qu’une surutilisation pourrait avoir pour la santé publique et trouver des moyens de lutter contre cette tendance croissante à une plus forte résistance aux antibiotiques sur le plan mondial. Ashit Gungah a ajouté que son ministère travaille actuellement sur la révision des lois protégeant les consommateurs. « Nous visons une loi qui sera plus simple et plus “consumer friendly” avec l’accent sur l’éducation, l’information et un mécanisme approprié pour répondre aux doléances des consommateurs ».
L’atelier organisé par le ministère ce matin s’est focalisé sur une utilisation prudente et responsable des antibiotiques dans la chaîne alimentaire. Il importe, selon le ministre, d’informer et éduquer les fermiers, planteurs et tous ceux impliqués dans la chaîne de production alimentaire afin qu’ils adoptent une approche prudente. « Environ la moitié des antibiotiques produits dans le monde sont utilisés dans l’agriculture pour prévenir et non pas pour traiter les maladies », a-t-il déclaré.
Le ministère de tutelle traduira les recommandations de l’atelier en outils de lutte contre la mauvaise utilisation des antibiotiques. Et, outre cet atelier, des officiers du ministère, en collaboration avec les ministères de la Santé et de l’Agro-Industrie animeront des causeries sur le sujet en vue de sensibiliser au maximum le public.
En dehors des antibiotiques dans les élevages, « le monosodium glutamate (Ajinomoto) sera interdit d’importation », a rappelé le ministre, précisant que cette décision du gouvernement prendra effet dans environ deux semaines. L’importation des produits pharmaceutiques est aussi un autre volet sur lequel se penche le ministère du Commerce.