L’extrême vulnérabilité du secteur des exportations inquiète. La performance des exportations pour le premier semestre de cette année, avec une baisse de 10% des recettes par rapport à la période correspondante et le risque d’un déficit commercial frisant la barre des Rs 100 milliards pour cette année ont constitué un déclic, dans le privé comme à l’Hôtel du gouvernement. A ces deux facteurs sont venues se greffer les répercussions de la politique de la roupie forte avec les exportateurs des biens et services tirant la sonnette d’alarme. Du côté de Business Mauritius, et plus spécifiquement dans les rangs de la Mauritius Export Association (MEXA), l’on s’accorde à concéder que « the export sector is in a very extremely difficult situation ». Avec ce cri de détresse de la part des opérateurs engagés dans les exportations de biens et services, le ministère des Finances a institué un comité de haut niveau sous la présidence du secrétaire financier, Dev Manraj, et comprenant des officiels du gouvernement et du secteur privé, pour se pencher sur le secteur des exportations, du sucre au textile en passant par la filière de l’Information and Communication Technologies (ICT). Une première séance de travail a été convoquée pour demain à l’Hôtel du gouvernement, alors que la prochaine réunion du Monetary Policy Committee de la Banque de Maurice, avec probablement la roupie forte à l’agenda, se déroulera mercredi prochain.
Le constat au tableau des échanges commerciaux pour les six premiers mois de cette année confirme la vulnérabilité des exportations. D’ailleurs, reprenant les dernières données officielles, rendues publiques en fin de semaine par Statistics Mauritius, la Chambre de Commerce et d’Industrie note sur son Website que « total Exports for the period January to June 2017 amounted to Rs. 35,6 billion rupees representing a decrease of 10% as compared to the same period in 2016 ».  Poursuivant son analyse des chiffres du premier semestre, la Chambre de Commerce et d’Industrie relève que les exportations domestiques, représentant 72% des exportations globales, ont accusé une baisse de 8% comparativement à la fin de juin de l’année dernière, avec des recettes de Rs 25,8 milliards. La chute dans les réexportations est de 14%, soit avec des revenus descendant sous la barre des Rs 10 milliards.