La belle série continue pour l’écurie Allet. Après Hail Atlantis et Piece Of Paradise une semaine plus tôt, cet établissement s’est offert trois victoires lors du dernier week-end hippique grâce au 5 ans Freedom, mais aussi aux vieux briscards Umhlanga et Mighty Fine qui ont démontré qu’ils possèdent encore de beaux restes. Ces deux rendez-vous ont aussi été marqués par le forfait — en deux occasions — de Dereck David, souffrant. Avec 12 victoires à son actif, l’état-major dresse un premier bilan positif après le premier tiers de la saison.
A 10 ans, il avait entamé le 7 avril dernier, sa huitième saison en compétition chez nous. Malgré son âge avancé pour un cheval de course, Umhlanga donnait toujours le meilleur de lui-même lorsqu’il était judicieusement piloté. «Il est chez nous depuis 2006. Il gagne des courses depuis cette année-là et ça fait vraiment plaisir. Je l’avais mis à la retraite l’année dernière mais comme j’avais un effectif squelettique, je l’ai réintégré. A 10 ans, il faut le faire. Aujourd’hui, je pense qu’il ne lui reste pas beaucoup de kilométrages sous la ceinture», disait Vincent Allet après la course.
On se souvient que lors du neuvième acte, ce fils de Qui Danzig avait quitté la corde à partir du poteau des 500m pour désavantager ses adversaires, sauf son compagnon d’écurie Isipho qui avait profité de l’ouverture à son intérieur. C’était une performance à mettre aux oubliettes. Du reste, son cavalier Sunil Bhundoo avait été sanctionné d’une suspension de six semaines par les commissaires de courses. Cette fois, Umhlanga retrouvait les mêmes conditions que lors de sa dernière victoire et bien monté cette fois par Dereck David, il sortit une belle accélération dans la ligne d’arrivée pour remonter Chieftan et Democratic Man. Il enregistrait, du coup, sa neuvième victoire sur notre turf en 64 sorties. «He is a horse with a big heart. My plan was to take him to the front but Chieftan was very quick. I thus decided to sit in second position. He was travelling extremely well. Once I picked him up, he quickened beautifully to the line and never gave me the impression that he is a 10 year old. The way he won today makes me think that he will win another one this season. Well done to Vincent, the team, Anwar and the owners. As far as the stable is going right, it makes my life as a jockey more comfortable», a déclaré Dereck David à chaud.
Pas si confortable la vie de David qui, après cette victoire, déclara forfait confirmant les rumeurs qui circulaient à ce sujet en début de journée. Il fut remplacé par les jockeys disponibles dont seul Cédric Ségeon se signala lors du rendez-vous de samedi. Le jockey de l’écurie Merven s’était vu confier la monte de Freedom qui avait inscrit son unique victoire chez nous avec en selle un autre Français, en l’occurrence, Gaëtan Faucon, qui bénéficiant également ce jour-là d’un pick up ride suite à l’indisposition de Stewart, jockey attitré à l’époque. Ségéon ne laissa pas passer sa chance et tira profit de la mauvaise anticipation de Geroudis sur Make My Grey pour réussir un pillar to post.
David forfait pour la deuxième fois…
Se sentant d’attaque le lendemain, Dereck David rechaussait les étriers après avoir obtenu le feu vert du médecin du Club, mais comme ce fut le cas la veille, le Sud-Africain ne fut pas en mesure de respecter ses engagements jusqu’à la fin de la journée. A l’issue de sa monte dans le Barbé sur Acuppa, David déclara forfait une fois de plus. Il fut remplacé dans la septième épreuve par Mullen sur Isipho. Ce dernier hypothéqua ses chances au départ, car mal parti de sa première ligne, il se fit vite enfermer et dut être déboîté dans le premier tournant pour ne pas se retrouver trop en retrait. Longtemps aperçu sur le flanc gauche de Bali Mojo, Isipho ne fut pas en mesure de combler tout son retard sur le cheval de l’écurie Merven qui le précéda d’une courte tête au but.
Robbie Burke fut, lui, plus chanceux sur Mighty Fine où il avait été annoncé comme remplaçant quelques minutes seulement avant sa sortie de la jockeys’ room. « C’est une belle victoire mais j’ai eu des soucis hier et aujourd’hui à trouver des remplaçants pour mon jockey qui malheureusement n’a pu continuer la journée, ayant été atteint par la grippe. Il m’a dit qu’il ne pouvait plus respirer», étaient les explications de Vincent Allet entourant le forfait de David.
Entre-temps, ceux qui avaient eu vent de ce dernier changement, avaient déjà effectué leurs mises. Du reste, en quelques minutes, la cote du cheval de l’écurie Allet passa de Rs 1600 à Rs 500. Tout comme Umhlanga, Mighty Fine, âgé de 9 ans, semblait mûr pour la retraite à un certain moment. Il était, lui, à sa sixième saison chez nous, dont quatre sous la férule de Ricky Maingard, après deux années de compétition en Afrique du Sud. « La victoire de Mighty Fine fait très plaisir car c’est sa première victoire sous mes couleurs. Je remercie son propriétaire qui a été patient, mais aussi Bud Gujadhur et Paul Foo Kune de m’avoir prêté leur jockey. C’est une victoire qui fait très plaisir. C’est un vieux cheval avec tous ses problèmes. Il avait très bien travaillé à l’entraînement. Il avait une bonne ligne et un poids correct. Je pense que ces deux facteurs l’ont aidé». Burke usa du bon pas initial de Mighty Fine pour vite prendre les choses en main. L’Irlandais dosa les efforts de sa monture qui puisa dans ses réserves pour contrer l’attaque du favori Urbi Et Orbi jusqu’au bout.