ÉCURIE R. GUJADHUR : Revoilà Corne Orffer!

Orffer n'a pas raté le coche pour son retour au Champ de Mars

Depuis la première visite de Piere Corne Orffer chez nous, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Le jockey qui effectuait à 23 ans son baptême du feu au Champ de Mars en 2004 pour le compte de l’ancienne écurie Stallion pour laquelle il n’avait ramené qu’une victoire, a pris du galon. Du reste, trois années plus tard, lorsqu’il avait été appelé à défendre les couleurs de l’établissement Maigrot, il avait pris une honorable troisième place au classement général avec 22 victoires. En 2010, c’est Serge Henry qui avait retenu les services du Sud-Africain en remplacement de John Egan. Orffer avait tiré son épingle du jeu avec 8 victoires sur 66 montes. Depuis, il a connu pas mal de succès en Afrique du Sud. «Actually it has been going very well for me. I think that is why I managed to get a job here in Mauritius. At the moment I am riding with a lot of confidence and hopefully I can keep it up», disait Corne Orffer tout sourire à sa sortie de la  jockeys’ room à l’issue de la journée de samedi. S’il a déjà ses repères sur notre hippodrome, le Sud-Africain constate que le niveau de compétition chez nous a connu une hausse ces dernières années. «The quality of the horses has improved a lot. The owners down here are buying more high-rated horses which have competed against the best in South Africa. I think this can only do good to your racing. As for the set-up, the track, I think it’s pretty much the same».
Lorsque l’occasion de monter à nouveau au Champ de Mars se présenta à lui récemment, Orffer n’eut pas besoin de réfléchir longtemps. « I’ve been here for three years and it’s always nice to leave South Africa and try something different you know. Mauritius couldn’t be a better place. I was very happy to get a job here. They came with a nice offer. Hopefully I can maintain the winning trend for my trainer». S’il avait prévu d’effectuer son retour au Champ de Mars lors du week-end hippique qui avait accueilli la Barbe Cup, le Sud-Africain avait été contraint d’assister à ces deux rendez-vous en simple spectateur vu qu’il n’avait pu obtenir son permis de travail dans les délais requis par l’organisateur des courses afin que son nom soit affiché au programme.
De retour en selle sur notre hippodrome après trois ans, le Sud-Africain n’a pas tardé à ouvrir son compteur pour le compte de son nouvel employeur. Orffer faillit faire mouche dès sa première monte, mais Fort Stride dut attendre l’entame de la ligne droite finale pour obtenir l’ouverture voulue. Et lorsque ce fut le cas, sa monture donna un joli coup de reins pour finir, mais le but arriva trop tôt pout lui. « Fort Stride was just unlucky. He was a little bit slow out of the gates but at least he showed us that he doesn’t need to go to the front and that he has got a very good burst. As you saw, he ran on late. Hopefully he will win at his next outing», a lâché notre interlocuteur avec une petite pointe de déception.
S’il s’est contenté des acessits sur Dock Of The Bay et Chequer, Orffer ne laissa pas passer sa chance sur Ashanti Gold qui avait une belle carte à jouer avec son bon numéro de corde dans la quatrième épreuve. Du reste, ce gris de 4 ans s’était fait de nombreux partisans et il confirma la confiance placée en lui pour résister avec une certaine assurance au retour tardif de son ancien compagnon d’entraînement, le favori Diamond Light. « I worked him on Thursday and Friday and he gave me a very good feeling. We always knew that he was our best chance of the day and we are just happy that he ran up to our expectations», nous confiait le jockey de l’écurie R. Gujadhur. Si l’on pensait que Gida allait lui mener la vie dure une fois placé sur son arrière-main, tel ne fut finalement pas le cas. Nullement inquiété, Orffer sut doser les efforts de sa monture avant de contrer les assauts de ses adversaires jusqu’au bout avec une certaine assurance.
Avec un peu de chance, la moisson aurait pû être bien meilleure pour Corne Orffer, mais Wonder Kid qui restait sur une convaincante victoire avec Jeanot Bardottier en selle, joua de malchance à la rue du Gouvernement où il fut victime d’une interférence de la part de Blue Lord. Cet incident lui coûta plusieurs longueurs et faillit même avoir de graves conséquences pour son jockey. Si David s’en sortit avec une amende de Rs 30 000 seulement, Orffer se contentait, lui, de la deuxième place à un peu plus d’une demi-longueur de Moon Raider qui se montra plus percutant à l’issue d’un parcours plus limpide. « It’s indeed very nice to be back with a win at the Champ de Mars. It should have been two or even three but Wonder Kid in the last race was as unlucky as Fort Stride in the first one. In the last race, my horse got badly interfered with around the bend and that definitely cost me the race», dira-t-il avait regret.
Avec une victoire déjà en poche, Corne Orffer aborde les journées à venir en toute confiance. S’il n’a pas encore bien pu jauger les chevaux de son écurie jusqu’ici, il dit déjà connaître Polar Bound qu’il a déjà eu l’occasion de monter à l’entraînement lorsqu’il était sous la férule de Brett Crawford en Afrique du Sud. «He is a nice horse. We just have to devise some good strategies to get him to win here», a-t-il simplement lancé.