ECURIE ROUSSET : Un doublé d’entrée

Wieland a été intraitable sur 1000m

L’écurie Rousset affiche déjà ses prétentions pour la saison 2013. Lors de la première journée, cet établissement s’est signalée en deux occasions grâce aux favoris Wieland et Ghost Dog. La moisson aurait pû être encore meilleure, mais Green Keeper courba l’échine dans l’épreuve phare face à Casey’s War. Le cheveu sur la soupe a été l’amende de Rs 100 000 infligée à Johnny Geroudis, trouvé coupable d’avoir tenté d’intimider le vainqueur dans l’emballage final.
Après une rentrée discrète avec ses premiers représentants dans les deux premières épreuves, l’écurie Rousset s’est réveillée avec Wieland qui était offert comme favori dans la troisième course. Ce fils de Silvano qui avait accumulé les bons résultats depuis ses débuts chez nous, fit le plus difficile en prenant la direction des opérations dès les premières encablures. Nullement inquiété malgré la présence de Hail Atlantis sur son arrière-main, Geroudis dosa les efforts de sa monture et lorsqu’il lui demanda un effort dans la ligne droite, Wieland sortit un joli coup de reins pour déposer ses rivaux.
« C’est un cheval qui s’est montré très régulier pour sa première saison chez nous. Cette année-ci, malgré sa prise de poids, il était bien dans sa peau. Il avait aussi très bien travaillé. Avec sa deuxième ligne, il était certainement une de nos meilleurs chances de la journée. Il ne nous a pas laissés tomber et il gagné dans un très joli style», a déclaré l’entraîneur du cheval sur cette victoire.
« J’ai été très surpris de la façon dont il avait été battu lors de la journée internationale. C’est un coursier honnête. Je me souviens encore de sa course de l’année dernière sur le kilomètre. Malgré sa troisième ligne, il avait été condamné en troisième épaisseur sur tout le parcours et n’avait été battu que de peu par Zhan Hu. Il a passé un bon été. En dépit du fait qu’il ait pris 18kg, il a remporté une belle course. Je pense qu’il s’est amélioré et la façon dont il s’impose aujourd’hui devrait lui donner encore plus d’assurance», nous disait Geroudis à l’issue de la journée.
Le jockey sud-africain, attaché à l’écurie Rousset, doubla la mise sur Ghost Dog qui était aligné dans une valeur supérieure par rapport à sa dernière victoire qui était non comptabilisée au niveau du handicap vu qu’elle a été enregistrée lors du dernier week-end international. Sur papier, se présentait comme son principal adversaire, Besugo qui avait, lui, gagné avec autorité à un niveau supérieur lors de ce même meeting avec Nooresh Juglall sur le dos. La présence de Seeking Angelo confié à Nishal Teeha n’était visiblement pas anodine puisque ce cheval assura un rythme soutenu à l’avantage de son compagnon d'écurie Ghost Dog qui était probablement doté de plus de tenue que ses principaux adversaires. «La préparation de Ghost Dog s’est très bien passée. Il avait couru lors de la journée internationale et avait maintenu sa très bonne condition. Ses derniers galops étaient très intéressants et il était avantagé au poids. Mais toujours est-il que Besugo paraissait difficile à battre», a déclaré l’assistant entraîneur.
Si Cédric Ségeon choisit d’améliorer sa position assez tôt, Johnny Geroudis se montra plus patient et lorsqu’il lança Ghost Dog dans la dernière courbe, ce dernier donna un joli coup de reins pour s’imposer avec une certaine autorité. «He is a horse on the up and hopefully he will do well this year», soutient Geroudis.
Après ces deux succès, on s’attendait au triplé dans le camp des Rousset avec Green Keeper, présenté comme le cheval à battre dans l’épreuve principale. Pour l’occasion, son entraîneur avait décidé de lui enlever les pacifiers pour essayer de l’aider à se montrer plus prompt au départ. «Il avait commencé à se montrer un peu lent au départ. C’est la raison pour laquelle on lui a enlevé les pacifiers. Son essai aux stalles sans ce harnachement qu’il porte habituellement a été très concluant», a lâché Gilbert Rousset avant la course. Malheureusement, le champion de l’écurie Rousset ne se montra pas aussi rapide que l’aurait souhaité son entourage. Casey’s War en profita pour s’emparer du commandement dès les premières encablures avant que Chief Mambo ne prenne le relais. Green Keeper se rapprocha pour se placer sur l’arrière-main de son compagnon d’écurie et lorsque ce dernier se retrouva en difficultés après le déplacement de la selle de son cavalier, Geroudis décida de prendre les choses en main à 600 mètres de l’arrivée. Green Keeper aborda la ligne droite finale avec des ambitions légitimes, mais Casey’s War grignota du terrain à chaque foulée pour le coiffer sur la fin.
Un incident, qui n’était pas perceptible à l’oeil nu — même Faucon ne s’en était pas rendu compte —, se produisit à quelques dizaines de mètres de l’arrivée. Casey’s War et Gaëtan Faucon furent touchés en deux occasions par la cravache de Johnny Geroudis. Après avoir visionné le film de la course, les Racing Stewards devaient même établir qu’après avoir vu que Casey’s War se rapprochait à son extérieur à 75m de l’arrivée, le Sud-Africain avait changé sa façon de sortir la cravache et avait basculé son poids de sorte à ce que sa monture penche vers l’extérieur afin d’intimider son adversaire. Geroudis plaida coupable sous la règle 160 A (d) les Rules of Racing du MTC «for failing to take every possible and necessary steps to ensure that his mount did not intimidate another horse» et il écopa d’une amende de Rs 100 000.
Geroudis avait également une chance sur Up Company, mais une fois de plus cette association ne s’avéra pas fructueuse, alors que ce même cheval a déjà gagné trois fois avec l’apprenti Robby Bheekary.