EDUCATION : La ministre défend bec et ongles la réforme

« La transformation de l’éducation progresse en toute sérénité », soutient Leela Devi Dookun

Le calendrier scolaire est à peine bouclé que la ministre de l’Education s’est empressée hier de faire le bilan de son ministère pour 2017, annonçant dans la foulée les « perspectives » pour 2018. Un bilan axé essentiellement sur la mise en route de son plan de réforme, que Leela Devi Dookun s’est évertuée à défendre bec et ongles pendant une quarantaine de minutes, hier au Clos St Louis au Domaine les Pailles.
En présence des cadres de son ministère, de ses conseillers et des directeurs d’organismes sous l’Éducation, Leela Devi Dookun a présenté le bilan de son ministère, alors que le calendrier officiel du primaire prend fin ce vendredi, même si tous les élèves sont déjà en vacances. En 2015, elle avait réalisé cet exercice au mois de décembre, soit après la proclamation des résultats du CPE et après les examens de SC/HSC.
« La réforme est bien entamée et la transformation du système éducatif progresse en toute sérénité », a affirmé hier après-midi Leela Devi Dookun. Elle est revenue sur la philosophie et les objectifs de la réforme, évoquant les principes qui ont guidé le gouvernement dans son élaboration. « La transformation de notre système éducatif repose sur une conviction qui nous vient de loin, que l’éducation joue un rôle central dans la vie de l’individu et qu’elle constitue le moyen le plus sûr de l’amélioration de la société », dit la ministre de l’Education. « Il est impératif que l’équité, l’inclusion, ou la qualité ne soient pas de vains mots. Ce sont ces convictions qui guident le gouvernement dans son action. Nous sommes déterminés à œuvrer pour que l’enfant ou le jeune d’aujourd’hui devienne le citoyen de demain », a poursuivi Leela Devi Dookun.
La priorité de tout système éducatif, selon cette dernière, doit être l’épanouissement de l’enfant. Un épanouissement « mis à mal dans le passé par des sélections et des orientations trop précoces », a constaté la ministre de l’Education, qui a énormément insisté sur l’inclusion de tous les enfants dans le système éducatif, et ce du préscolaire au secondaire.
Leela Devi Dookun a rappelé par la suite les « piliers » de cette réforme et a énuméré les différentes mesures qui ont été prises par son ministère au niveau préscolaire, au primaire et au secondaire pour atteindre les objectifs fixés par le gouvernement. « La multiplicité des actions ne doit pas faire perdre de vue le cap pris. Notre réforme est bien entamée et procède dans la direction que nous avons choisie au début de notre mandat », soutient-elle. Cependant, à aucun moment hier durant son discours la ministre ne s’est référée explicitement au terme « Nine-Year Schooling » en défendant cette réforme.
« Pourquoi la ministre s’est hâtée de donner son bilan ? » se demandent des chefs d’établissements du primaire et du secondaire. « Ce bilan est incomplet sans les résultats des premiers examens de PSAC et sans les données concernant la nouvelle formule d’admissions au secondaire », estiment ces directeurs d’école.
S’agissant des projets à venir dans différents secteurs, quelques annonces faites par la ministre de l’Education hier méritent d’être relevées : distribution des tablettes aux élèves de Grades 1 et 2 en 2018 en rapport avec l’Early Digital Learning Programme ; lancement en janvier 2018 d’une IT Strategy pour l’ensemble du secteur éducatif ; présentation d’un Policy paper pour l’enseignement supérieur ; préparation d’un Higher Education Bill et un online support pour les élèves au secondaire ; introduction d’un nouveau cadre légal pour les Special Education Needs.