Après l’ouverture officielle du Jubilé de la Miséricorde par le pape François à Rome mardi dernier, tous les diocèses catholiques du monde ouvriront à leur tour ce dimanche 13 décembre cette Année sainte extraordinaire se terminant le 20 novembre 2016. À Maurice, le diocèse de Port-Louis organise une messe solennelle demain à 14h à la Cathédrale Saint-Louis, laquelle sera précédée par le rituel de l’ouverture de la porte. De la même manière que le pape avait ouvert les portes de la basilique Saint Pierre, symbolisant le passage de « la Porte de la Miséricorde », Mgr Piat ouvrira la porte de la Cathédrale. Dans le cadre de ce jubilé, l’évêque de Port-Louis a présenté cette semaine sa lettre pastorale pour le prochain carême chrétien.
« Nous avons la chance de vivre dans un pays multiculturel et multireligieux et nous ne sommes pas indifférents les uns des autres. La célébration de l’Année de la Miséricorde n’est pas une affaire qui concerne seulement une petite communauté. L’Église est ancrée dans une société mauricienne plurielle et nous tiendrons cette caractéristique en compte dans les activités que nous organiserons. Cette société mauricienne est marquée aussi malheureusement par des questions de corruption, d’accaparement, d’égocentrisme, d’individualisme et cette dimension sociale sera mise en lumière dans le parcours de la miséricorde » dit le Père Gérard Sullivan, responsable de l’organisation de ce Jubilé de la Miséricorde dans le diocèse de Port-Louis.
À l’occasion de cet événement de l’Église, l’évêque de Port-Louis a présenté lors d’une conférence de presse durant la semaine écoulée, sa traditionnelle lettre pastorale qu’il présente d’habitude au début du carême. Ce document intitulé « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » est une réflexion sur la miséricorde de Dieu pour tous les hommes indistinctement. Mgr Piat reconnaît que pour certaines personnes c’est un mot qui sonne « vieillot » et que, pour d’autres, il s’agit d’un terme « très vague et abstrait ». Le chef de l’Église à Maurice compare la miséricorde de Dieu « à l’amour, à la tendresse et à la patience d’une mère pour son enfant. » Et de poursuivre que « ce sont des sentiments très profonds qui viennent des entrailles d’une mère. C’est de cela qu’il s’agit quand on parle de la miséricorde de Dieu et c’est ce que le pape François veut remettre au centre des préoccupations de l’Église. Derrière les règles qui existent dans l’organisation de l’Église, il y a un amour gratuit, patient et fort », a expliqué mercredi dernier Mgr Piat au sujet de l’initiative du pape François. Il ajoute que dans sa lettre pastorale il invite les fidèles à découvrir et à recevoir la miséricorde de Dieu et qu’ils deviennent « des messagers de la miséricorde » dans la vie quotidienne.
Au début de cette lettre pastorale, Mgr Piat souligne que ce Jubilé intervient à un moment où le monde est déstabilisé par des guerres, des attentats terroristes et des flux migratoires importants. Il évoque aussi la « corruption qui se nourrit d’abus de pouvoir », l’exploitation des plus faibles, le trafic humain, le commerce de la drogue et le pillage des ressources. « Remettre la miséricorde au-devant de la scène à un moment comme celui-ci peut paraître dérisoire », avoue l’évêque de Port-Louis. Mais, l’initiative du Pape François, selon lui, a comme but de rappeler aux hommes les « traits souvent oubliés du visage d’un Dieu qui se fait proche de ceux qui sont dans l’épreuve » et qui « s’offre comme soutien et compagnon de route ». Il ajoute que l’amour de Dieu invite à changer de cap et à prendre le chemin de solidarité, du respect des droits humains et de la lutte pour la justice et de l’engagement pour la paix sociale. « Le monde change quand le coeur de l’homme change. Le coeur de l’homme change quand il se laisse toucher par la miséricorde du Seigneur », dit Mgr Piat.
Cette année de la Miséricorde dans le diocèse de Port-Louis s’annonce riche en initiatives et à titre d’exemple sont prévus des pèlerinages dans sept églises spécifiquement, des rencontres jeunes, une rencontre interreligieuse, des forums de discussions.
Par ailleurs, la date du 8 décembre a été choisie par le Pape pour l’ouverture de cette Année de la miséricorde parce qu’elle correspondait au 50e anniversaire de la proclamation de la fin des travaux du Concile Vatican II, considéré comme une révolution dans l’Église.
S’agissant de la messe de demain, comme le veut le rituel proposé par le Saint-Siège personne ne sera admis dans la cathédrale avant l’ouverture solennelle de la porte. Mgr Paolo Gualtieri, représentant du Saint-Père pour la région océan Indien, qui arrive aujourd’hui sera au pays jusqu’au 17 décembre. Il était à Maurice au mois d’octobre dernier pour présenter ses lettres de créance à la Présidente de la République et sa présence à la messe de demain sera son premier contact officiel avec l’Église à Maurice depuis sa nomination.