Les diocèses catholiques du monde entier étaient en communion hier pour l’ouverture de l’Année de la Miséricorde, proclamée par le pape François, laquelle s’achèvera en novembre 2016. À Maurice, plusieurs centaines de fidèles ont participé à la messe solennelle en la Cathédrale St-Louis, présidée par l’évêque de Port-Louis, en présence de Mgr Paolo Gualtieri (représentant du Saint-Père pour la région océan Indien), et de l’ensemble du clergé. L’événement a été marqué par un geste fort symbolique avant cette messe, soit l’ouverture de la porte centrale de la Cathédrale par l’évêque de Port-Louis, qui a invité par la suite la foule qui attendait à l’extérieur à « passer par la Porte de la Miséricorde de Dieu ». Mgr Maurice Piat a exhorté les fidèles catholiques à accomplir une démarche personnelle pour « s’approcher de la Miséricorde de Dieu ».
Il est bon de savoir que le rituel de la porte accompagne souvent un grand moment de jubilé dans la vie de l’Église. À cette occasion, une porte est ouverte symboliquement à Rome, invitant par la même les Chrétiens à se renouveler dans leur foi. Cette « Année de Miséricorde » coïncide avec le 50e anniversaire de la clôture des travaux du Vatican II. Le 8 mars dernier, le pape François a procédé à l’ouverture de l’année Sainte en ouvrant la symbolique porte de la Basilique St-Pierre.
Lors de son homélie hier, Mgr Piat s’est attardé sur le symbolisme de la porte et a encouragé fortement les fidèles catholiques a « franchir la porte de La miséricorde » pour donner un sens à leur vie. Selon l’évêque de Port-Louis, « parler de la miséricorde de Dieu n’est pas simplement lancer une réflexion, ni faire un discours et encore moins un slogan ». Et de poursuivre : « Faire une démarche pour s’approcher de la porte de la miséricorde, c’est s’approcher de la porte de la maison de Dieu, qui redonne une nouvelle vie. Une porte par laquelle vous entrez et par laquelle vous ressortirez des agents de miséricorde dans nos familles, dans notre voisinage », a dit l’évêque de Port-Louis à l’assemblée.
Mgr Piat a aussi mis de l’avant hier les valeurs sur lesquelles le chrétien doit construire sa vie, citant entre autres le pardon, le partage, l’écoute, l’attention, la solidarité et la fraternité. Valeurs que l’évêque souhaite voir le Chrétien développer au quotidien, a-t-il témoigné. « Arrêtons de juger, de critiquer, de condamner. Beaucoup de nos frères et nos soeurs attendent d’être compris. L’Évangile nous dit qu’il y a une soif de partage, de fraternité et de respect des droits des personnes. Le peuple est en attente d’une société sans corruption et d’une société de partage. Alors essayons, durant cette année, de comprendre et de soutenir les autres. Mais cela ne veut pas dire “soutirer”. Ouvrons la porte de notre coeur à ceux qui vivent dans la misère, à ceux qui sont des blessés de la vie », a plaidé l’évêque de Port Louis.
S’agissant du pardon, Mgr Piat a relevé être conscient que la démarche est parfois difficile pour certaines personnes. « Et pourtant, c’est le moyen que Jésus a déposé dans nos mains fragiles pour obtenir la paix du coeur », a-t-il rappelé. Ce dernier a aussi eu une pensée spéciale durant son homélie aux familles des quatre pêcheurs disparus récemment en mer et a nommé les noms de ces derniers. Dans un message à la fin de la messe Mgr Paolo Gualtieri, le nonce apostolique, a remercié Mgr Piat pour son invitation à cette célébration et a ajouté qu’il est venu aussi « pour connaître l’Église à Maurice particulièrement ».