ELLE CRÉE SA PROPRE MARQUE DE PRODUITS COSMÉTIQUES - DOMINIQUE RAYA : Une success story en couleur

Un improbable parcours l’a menée de Rivière-du-Rempart jusqu’aux pieds de la Tour Eiffel dont les contours ont été incrustés dans le logo de sa nouvelle marque de produits cosmétiques pensés pour la clientèle mauricienne. Une belle success story qui se raconte avec de jolies couleurs pour Dominique, la créatrice de Raya Cosmétiques.
Sur le tabouret face à un des miroirs suspendus dans la pièce qui lui sert pour la mise en beauté des clients et la formation des professionnels, Dominique Raya veille au grain. Un gros pinceau aux longs poils pour la joue, un plus petit pour le contour des yeux, Sandrine jongle avec le matériel et les couleurs pour compléter ce maquillage qui, exceptionnellement, la stresse un peu, avoue-t-elle en souriant. Le geste est précis. Le moindre détail est scrupuleusement travaillé. En professionnelle rodée, Sandrine veut un maquillage irréprochable. Mais Dominique Raya, sait-elle, trouvera toujours quelque chose à redire dans son éternelle quête de perfection. Et, la remarque finit par venir, davantage pour taquiner que pour corriger : “Mes origines restent mes origines. Pas la peine de me transformer le nez. Il est bien tel qu’il est”, lance-t-elle à Sandrine alors que cette dernière fait glisser une teinte foncée sur les côtés de l’arête du nez.

Sans fard.
Évoluant dans un monde chic et de haut de gamme où d’autres se perdent sous des confettis de strass, de paillettes et de faux-semblants, Dominique Raya préfère rester lucide et jouer la carte de la sobriété pour laisser s’exprimer son naturel. Parlant de Paris, du Panama, de ces grands hôtels d’Europe où elle a travaillé, elle insistera pour revenir vers le point de départ pour revendiquer, avec une pointe de fierté dans la voix : “Je suis une enfant de Rivière-du-Rempart. C’est de là que tout est parti.”
Exceptionnellement, Dominique Raya s’est mise sur le tabouret et devant le miroir pour mieux parler des atouts de Raya Cosmétiques, sa marque de produits de beauté qu’elle propose dans sa boutique/salon en bordure de route sur la route côtière de Trou-aux-Biches depuis deux mois. “Deux mois peut-être, mais derrière il y a plus d’une année de travail assidu et tout un parcours qui m’a finalement conduite jusque-là”, lance-t-elle une fois posée. Dans le canapé du rez-de-chaussée au milieu d’un décor chic et rustique illuminé de lumières chaudes et d’une multitude de couleurs exposées dans des flacons design et des palettes, la dame respire et revient sur son étonnant cheminement.

Un peu “alerte”.
Sans être un aboutissement, Raya Cosmétiques est une nouvelle étape importante dans la vie de cette globe-trotter qui a puisé des différentes expériences vécues ici et là pour mieux développer sa personnalité et ses ambitions. “Tu seras étonnée de l’apprendre, mais quand j’étais au collège je voulais devenir avocate. Sûrement parce que j’ai toujours aimé la justice, une chose qui n’a jamais changé.” C’était durant ces années où la quadragénaire fréquentait le Collège Notre Dame de Curepipe : “En ce temps-là, je ne pensais pas forcément au maquillage. Un peu de mascara suffisait.” La phrase à peine terminée, elle est rattrapée par la responsable de sa boutique, Jennifer, cette ancienne camarade de classe qui l’a suivie dans cette nouvelle aventure, et qui précise en riant : “Mais, elle a toujours été un peu “alerte”.” Le sympathique duel continue : “Disons plutôt que nous étions coquettes. Rien, cependant, ne pouvait indiquer que j’aurais un jour fait des études en maquillage dans une école parisienne et que j’aurais eu ma propre marque de produits cosmétiques, portant mon nom de surcroît.”
Celle que nous avions côtoyée quelques années plus tôt dans le monde l’événementiel, où elle participait à l’organisation de concerts internationaux et de festivals de musique, est convaincue d’un fait : “Contrairement à ce que croient certains, notre destin n’est jamais tout tracé. C’est à chacun de construire le sien.”

Les produits.
Au départ, rien n’était acquis pour cette jeune femme issue d’une famille modeste. “Ma mère était cuisinière chez les blancs, mon père était mécanicien sur la propriété. Moi, j’étais la benjamine d’une famille de dix enfants et dans cette position rien n’était donné. Il a fallu que je me batte.” Les siens lui avaient cependant inculqué le goût de l’effort, la foi en la vie et en le travail. L’exemple lui était donné par sa mère qui aura permis à ses enfants de se positionner confortablement dans la vie.
De retour à Trou-aux-Biches, le grossier personnage qui est l’auteur de ce texte doit concéder ne presque rien connaître au monde et au vocabulaire du maquillage. Pas lieu de paniquer pour autant puisque Dominique Raya, d’un naturel serein et patient, prend le temps et le ton qu’il faut pour énumérer un à un les produits qu’elle propose et leurs spécificités. Le fond de teint en HD sert aussi pour couvrir les imperfections. On trouve aussi des palettes de corrections pour les cernes, les tâches et autres. Des poudres, du gloss, des star powders, des bases pour différents types de peau, des fards secs, du rouge à lèvres et encore d’autres produits présentés dans des logements réalisés pour la marque.

L’aventure française.
“Tous les produits de ma marque sont 100 % français”, insiste-t-elle. Une précision liée à son désir d’offrir du haut de gamme et des produits de qualité respectant des normes établies. D’où les certificats délivrés par les instances de contrôle pour soutenir ses dires. “J’ai choisi de m’associer à la France qui reste une référence dans le domaine des cosmétiques et aussi en fonction des règlements qui veillent au standard des produits, qui ne sont pas testés sur les animaux. J’aurais pu avoir choisi quelque chose de plus simple et des fabricants moins rigoureux, mais j’ai voulu que ma marque soit synonyme de qualité.”
Au départ, Dominique Raya avait intégré le monde professionnel à travers l’hôtellerie après des études à l’école hôtelière. Travaillant dans des établissements cinq étoiles, elle y apprend la rigueur et la méticulosité. “J’y ai appris que tu n’as jamais l’occasion de faire bonne impression deux fois. La première fois doit être la bonne”, explique-t-elle. Tout en appliquant cette règle dans ses tâches, elle prend aussi conscience de la nécessité de projeter une bonne et belle image. Développant sa personnalité elle comprend mieux les atouts que peut apporter le maquillage et y prend goût. “J’ai fini par devenir une passionnée de maquillage”, explique-t-elle. Ses bonnes performances professionnelles la conduiront dans différents pays et sur plusieurs continents “où j’ai durement travaillé”, avant de rejoindre le secteur bancaire.

Sous la Tour Eiffel.
Mais le maquillage lui reste collé à la peau. Elle finit par céder à son appel et s’envole pour Paris : “Je voulais me perfectionner et apprendre les techniques. Parce qu’un bon maquillage repose grandement sur les bonnes techniques.” Dans les écoles françaises spécialisées, elle prend tout ce qu’elle peut pour devenir make-up artist tout développant aussi la philosophie associée à cet art. “Un bon maquillage ne sert pas à transformer une personne. Il met en valeur ses atouts et embellit la personne à partir de ce qu’elle est. Chaque individu a de la beauté intérieurement et extérieurement. Le maquillage sert à faire ressortir cela. Trop de couleurs et trop de fla-fla desservent ce principe fondamental.”
Près de sept ans de cela, alors qu’elle se préparait à une carrière de make-up artist, un ami, directeur artistique, propose de lui réaliser un logo. “La Tour Eiffel était visible de ma chambre. En quelques coups de crayon, il a réalisé un croquis tout en intégrant la Tour Eiffel à mon nom.” A ce moment, il n’était pas encore question de plus que ça, jusqu’au moment où elle découvre que sa peau est sensible à certains produits. Dominique Raya était alors modèle, et puisqu’elle était la seule à développer ces réactions, elle décida d’aller à la rencontre du fabricant pour mieux comprendre ses déboires.
Le chimiste qui lui ouvre les portes du laboratoire lui explique le processus et les procédés tandis qu’une formule est développée à son intention. “Comme il était question que je rentre à Maurice j’ai alors décidé que je ramènerai avec moi quelque chose destiné à la clientèle d’ici.” Elle se penche alors sur des teints et des couleurs adaptées aux hommes et des femmes d’ici tout en étalant son éventail de produits à l’intention des peaux plus claires pour brasser large. Même les molécules ont été façonnées pour le climat des tropiques. Et ce sont autant de détails qui rendent ses produits uniques. Finalement : “C’est ainsi que Raya Cosmétiques a été créé.”
Pour être en phase avec ses convictions, l’investissement a été conséquent dans la boutique de Trou-aux-Biches. On y trouve aussi du matériel professionnel, des produits pour le nettoyage des pinceaux et quelques autres marques qu’elle représente. Ici, Dominique Raya et son équipe proposent tous les services d’un salon de beauté et aussi l’expertise pour accompagner la clientèle dans ses techniques et ses choix. Avec des formateurs parisiens, Dominique Raya donne aussi des cours pour ceux qui aspirent à passer professionnel dans le domaine. Tandis que cette nouvelle aventure se met en place, elle pense déjà à l’avenir. Raya Cosmétiques se prépare à passer international et prochainement des produits seront spécialement réalisés pour les hommes.


Concours
Gagnez un relooking

Avec la collaboration de Raya Cosmétiques, nous vous proposons une séance de relooking comprenant soins du visage, coiffure et maquillage proposé par Raya Cosmétiques.
Pour participer, remplissez la fiche proposée ci-dessous et faites nous la parvenir à l’adresse suivante :
Scope (relooking)
8 Rue St Georges
Port-Louis
BP 7
Chaque participant s’engage à ce que son nom et ses photos soient publiés dans Scope dans le cadre de ce concours. À souligner que la séance de relooking aura lieu dans les locaux de Raya Cosmétiques selon des horaires décidés avec les organisateurs.
Nom
Adresse
Téléphone