La première expo solo d’Emilien Jubeau se dessine sur les murs de WallArt. Le plasticien écrit en couleurs dans la galerie tamarinoise. “Des joies à mes peurs. Des rêves à l’orée de mes cauchemars. Les tripes nouées. Ma vérité nue.” Esthétisme d’une souffrance exorcisée ? Douloureuse beauté est visible du 6 au 27 mai à Tamarin. Un processus de création solo, mais pas solitaire. Zibo embarque ses amis pour une traversée entre douleur et bonheur. Une exploration à la recherche de soi. L’expo devait initialement s’intituler La Boulimie. Entre-temps, les choses ont évolué pour mieux correspondre au message que souhaite véhiculer l’artiste.
Zibo retranscrit en formes et en couleurs ce qui l’a touché au tréfonds de son être. Cette manifestation artistique est un moyen d’extérioriser des émotions à travers une mise à nu. Il a aussi trouvé un moyen de s’exprimer en dehors des formats conventionnels… Lors d’un entretien avec Scope, l’artiste confiait : “Je profiterai de ce solo pour signifier que je n’ai jamais été seul. Pendant les deux semaines que durera l’expo, tous ceux avec qui j’ai collaboré dans ma vie seront invités afin que leur énergie m’inspire dans ce que je créerai.” Emilien Jubeau a souhaité exploiter l’énergie générée par les amis présents pendant le processus de création.