Emmanuel Macron tel que je le perçois

Grand, élégant, intelligent, habile, courtois. En deux mots : la classe. Emmanuel Macron est de ma génération. À peine plus âgé que moi, il représente l’espoir. L’espoir de voir les jeunes de ma génération  briller aussi vite que lui un jour. Il n’a que 39 ans et pourtant, il est non seulement déjà pré-si-dent mais est aussi parvenu à convaincre une grande majorité de Français à voter pour son équipe gouvernementale.  Emmanuel a de quoi nous inspirer, nous éveiller. Nous, qui avons apprécié les mêmes acteurs, les mêmes séries télévisées françaises et américaines. Nous avons suivi les mêmes footballeurs, regardé les mêmes dessins animés et lu les mêmes bandes dessinées. Et pourtant, Emmanuel Macron est différent. Il a pu réaliser ce que des millions de gens de sa génération n’ont pu faire. Il est d’un naturel à faire éclipser les jeunes truffés d’artifices. L’homme que je vois à la télé relève d’une simplicité, d’une bonté, d’une humilité et d’une sensibilité. Son visage dégage une énergie à conquérir le monde et une énergie à taire les violents à la fois. Sa présence semble pouvoir raviver et apaiser les cœurs des millions de Français.
Néanmoins, de grands défis le guettent aujourd’hui et Emmanuel Macron attire déjà la jalousie, voire l’insoumission des uns. Jean-Luc Mélenchon dénonçait d’ailleurs « l’ambiance d’autocélébration et du culte de la personnalité » autour de Macron depuis sa victoire aux élections présidentielles. Ce dernier aura donc fort à faire face aux éternels problèmes autour de la réforme du Code du Travail et de la transposition de l’état d’urgence dans le droit commun. Il lui faudra traiter en toute urgence le gros problème du chômage afin de conserver cette bulle de rêve et d’espoir qu’il a déjà construite dans le cœur de millions de Français.
Un autre grand défi qui le guette est bien évidemment le terrorisme. Malgré la mise sur pied de la cellule antiterroriste en France, le problème reste entier : les terroristes peuvent provenir de nulle part et Emmanuel Macron ne pourra pas toujours tout contrôler. Malgré les bonnes intentions du président, il serait donc souhaitable qu’il  travaille en collaboration avec les mosquées de France afin de désendoctriner et de déradicaliser progressivement les individus qui s’autoproclament « musulmans » tout en allant à l’encontre de ce que dit le Coran : « Celui qui a tué un homme […], c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Celui qui sauve un seul innocent, c'est comme s'il avait sauvé l'humanité tout entière » (V, 32).  Cette citation est aussi valable pour Paris, Manchester, New York, que pour la Syrie, La Palestine et le Nigeria. Il serait donc judicieux d’éviter des interventions militaires dans des pays susceptibles de contre-attaquer… et de la manière la plus imprévisible ; en prenant tout le peuple français en otage et en instaurant la terreur en lui. Il faudrait  donc éviter de se mêler, sur une base individuelle,  aux problèmes d’autres pays, comme la Libye. Il faut se dire que le peuple français n’a rien à gagner dans des conflits futiles et qu’il ne faudrait pas le « punir » inutilement. Réagir avec modération et non avec agression serait ainsi le meilleur moyen d’assurer une vie paisible aux Français et de mener à bien le pays jusqu’aux prochaines élections présidentielles.
La France doit faire prévaloir une atmosphère libre de tension et de préjugés. Ce n’est pourtant pas ce qu’on voit sur Twitter et Facebook. Aujourd’hui, des milliers de Français musulmans se sentent « coupables » des crimes qu’ils n’ont pas commis. Tout ça à cause du regard des autres et d’une bande qui n’a pas songé aux conséquences de leurs actes en commettant des actes de terrorisme. Emmanuel Macron a du pain sur la planche, mais aussi la volonté d’aller jusqu’au bout dans sa mission. C’est un idéaliste qui parvient à transmettre son énergie et sa fraîcheur à son peuple, mais aussi à bien d’autres territoires.