Vivéa Business Park, emplacement commercial aménagé sur une superficie de 45 arpents dans l’enceinte de l’ancienne sucrerie de Mon Désert Alma fermée depuis 2007, est désormais commercialisé. Selon ENL Property, le promoteur du projet, « ce concept novateur de centre d’affaires qui se développe à Moka offre un espace de travail efficace et planifié dans un cadre agréable ».
Situé au coeur de l’île, Vivéa Business Park propose aux entreprises un emplacement idéal à Moka, vu l’accessibilité qui relie cette région aux principales villes du pays. Il se trouve entre l’autoroute M1 et la nouvelle route Terre-Rouge/Verdun/Ebène, et les promoteurs mettent en avant également la St Pierre By-Pass, une route alternative actuellement en construction afin de fluidifier davantage le trafic dans la région. Ces nouvelles routes seront inaugurées courant 2013. Du côté de ENL Property, on laisse entendre que Vivéa s’affirme être un Business Park sécurisé. « En plus des réseaux de téléphonie et d’électricité souterrains, ce développement sera connecté à la fibre optique afin d’assurer une connexion Internet ultra rapide. Grâce à la conservation de l’architecture d’origine des bâtiments et à ses superbes jardins, le lieu dispose d’une atmosphère particulière : mélange d’histoire et de modernité », soutient-on.
Didier Audibert, Development Manager, MDA Properties, explique que « dans le même esprit de notre campagne promotionnelle Moka, le coeur de l’île, Vivéa se veut au carrefour des agglomérations tout en ayant à coeur la préservation du patrimoine. Nous avons misé sur un projet durable qui répond aux besoins du présent sans compromettre les développements à venir ». Selon ce dernier, le développement qualitatif et planifié est une vraie préoccupation pour les entreprises actuelles. Vivéa Business Park se veut donc être une alternative pour les chefs d’entreprise à la recherche de bureaux modernes où l’environnement est respecté. Rappelons que des espaces de bureaux sont déjà sur le marché, dont les bâtiments de l’ancienne usine rebaptisée “1827” (1200 m2) et “La Distillerie” (600 m2). Les entreprises ont la possibilité de louer ou d’acheter les bureaux disponibles.
Les promoteurs mettront également en vente des terrains pour ceux préférant construire leurs propres bureaux. Dans un souci de qualité,ils demandent à ce qu’un cahier de charges soit rigoureusement respecté. En vue de respecter le patrimoine et l’environnement, les promoteurs imposent dans leur cahier des charges que les nouveaux bâtiments ne dépassent pas deux étages et que les arbres existants soient précieusement protégés.