Une délégation officielle de Botswana, dirigée par la Deputy Permanent Secretary du ministère de la Santé de ce pays enclavé de l’Afrique australe, Tebogo Bagopi, est en visite de prospection à Maurice depuis le 12 décembre pour recruter une centaine de médecins et autres spécialistes mauriciens de la santé. Le Botswana fait en effet face actuellement à un manque de médecins et autres professionnels de ce secteur.
Le ministre du Travail, des Relations industrielles, de l’Emploi et de la Formation Soodesh Callichurn a présenté ce matin à la presse une délégation botswanaise composée d’une douzaine de personnes. « Cette délégation botswanaise a un but spécifique en venant à Maurice : recruter des professionnels mauriciens pour leur service de santé », a d’emblée expliqué à la presse le ministre Callichurn en présentant la chef de la délégation, la Deputy Permanent Secretary du ministère de la Santé du Botswana, Tebogo Bagopi, et ce en présence du consul honoraire de ce pays à Maurice, Chan Bhadain.
Soodesh Callichurn s’est félicité de l’intérêt du gouvernement du Botswana pour le recrutement de professionnels de la santé mauriciens. « Ils auront besoin d’une bonne centaine de médecins généralistes, sans compter les spécialistes dans certains domaines et les autres “nurses” spécialisées », a-t-il élaboré. Et de poursuivre : « Bann Botswane ena boukou respe pou nou bann dokter ek infirmie. Ala kifer zot finn dabor deside pou vinn isi pou gete ki nou kapav ofer zot pou palie a zot mank dokter ek infirmie », a-t-il déclaré.
Selon le ministre, les membres de cette délégation ont jusqu’ici eu des discussions avec les représentants de son ministère et ceux du ministère mauricien de la Santé. « Ils emmèneront chez eux une ébauche d’un protocole d’accord et si les deux parties sont d’accord, un “Memorandum of Understanding” final sera alors signé », a-t-il indiqué.
Soodesh Callichurn a ajouté que cette délégation du Botswana est le fruit d’une initiative de Chan Bhadain, l’actuel consul honoraire du Botswana à Maurice. Ce dernier connaît très bien ce pays pour y avoir travaillé pendant trois ans. « C’est un pays fantastique et moderne, non pas à cause de ses ressources naturelles abondantes, mais en raison de sa bonne gouvernance. Et si je devais un jour émigrer, c’est là où j’irai », a décrit Chan Bhadain.
Le chef de la délégation, Tebogo Bagopi, a ensuite donné le détail des diverses vacances existantes dans le secteur de la santé de son pays ainsi que des salaires et autres conditions d’emploi s’y rattachant. « Les salaires peuvent aisément dépasser les USD 2 200, sans compter les autres allocations, comme les subsides pour le loyer et la “scarce skill allowance” », a-t-elle précisé. Le ministère du Travail se propose de vulgariser ces offres d’emploi par avis de presse.