EMPOISONNEMENT ALIMENTAIRE À L'ÉCOLE DE BAMBOUS : SAJ s'attend à une "enquête serrée" et que le coupable soit "puni"

Sir Anerood Jugnauth, ancien président de la République et leader du Remake 2000, s'attend qu'une "enquête serrée" soit menée en vue de situer les responsabilités dans le cas d'empoisonnement alimentaire à l'école du gouvernement de Bambous et que le coupable soit puni. Il allègue que les conditions de mise en application du projet de repas chauds aux élèves des écoles de la Zone d'Éducation Prioritaire (ZEP) s'inscrit dans "la culture travailliste de protection des petits copains." "Voilà bien un cas concret où tout a été mis en œuvre pour que des personnes s'enrichissent rapidement !" trouve-t-il. SAJ, qui explique par ailleurs l'opposition du Remake 2000 au projet de centrale à charbon de CT Power en raison de "l'opacité" qui, selon lui, entoure ce projet, accuse le Premier ministre de vouloir s'employer à tout ramener à un niveau communal. Il dénonce à ce propos "ceux censés promouvoir la religion et casés ici et là" qui se font "agents politiques de Ramgoolam."
Sir Anerood soutient que la répression, le harcèlement et les abus de pouvoir font partie intégrante de la culture travailliste. Il évoque à ce propos la plainte qu'il a déposée contre la députée et directrice de communication du PTr, Nita Deerpalsing, pour diffusion de fausse nouvelle. Il explique à cet effet que, selon ses informations, cette dernière a nié auprès du Central CID (CCID) avoir tenu les propos qui lui sont imputés. L'ancien président de la République explique que c'est sur la base d'un compte-rendu de Week-End et d'une information de Top FM qu'il a porté plainte.
Aussi, alors que, dit-il, Week-End et Top FM n'ont été cité par lui qu'à titre de témoins, puisqu'il n'était pas physiquement présent à la conférence de presse de Nita Deerpalsing au cours de laquelle le délit allégué a été commis, sir Anerood déclare avoir appris que la police a débarqué à notre rédaction pour prendre une déclaration "under warning". Commentant le jugement dans l'affaire Soornack, SAJ estime qu'Eddy Balancy a rendu un jugement "juste et honnête." Pour lui, la question de la vie privée ne se pose pas quand on est un personnage public.
Commentant la toute dernière déclaration du Premier ministre faite vendredi au banquet de la Fédération des sociétés chinoises à l'occasion de la Fête du Printemps à l'effet que certains voudraient s'enrichir rapidement, l'ancien président de la République devait répliquer, ironiquement, en disant espérer que Navin Ramgoolam "ne se réfère pas à Gooljaury et Soornack."
Il dresse un parallèle entre le projet de centrale à charbon de CT Power et ceux de Jin Fei et  Neotown, tous mis en chantier "en catimini", alors même que, explique-t-il, des organisations et autres agences internationales telles l'Union européenne (UE) ou la Banque mondiale (BM) insistent pour que de tels projets d'envergure soient réalisés selon les principes élémentaires de la bonne gouvernance. Sous le même chapitre, SAJ accuse Navin Ramgoolam de vouloir maintenant faire de l'affaire CT Power "une affaire communale."
"Des personnes casées ici et là qui sont censées promouvoir la religion se font des agents politiques dans le but de défendre Ramgoolam", dit-il. Sir Anerood fait à ce stade des allégations à propos du financement de la campagne du PTr pour les élections générales de 2005. Il explique que l'opposition, qui dénonce "l'opacité" qui entoure, selon lui, le projet de CT Power, n'aurait eu rien à dire s'il y avait eu préalablement un appel d'offres avant que le contrat ne soit alloué à cette société.

Tarif d'électricité : "Où sont les baisses promises ? "

Rappelant le fait que Pointe-aux-Caves se situe dans une zone habitée, SAJ se demande pourquoi les autorités n'ont pas pensé à permettre un tel développement ailleurs que dans un périmètre où vivent des populations. Il rappelle de plus qu'au moment où des discussions avaient lieu en 2007 entre le gouvernement et la Mauritius Sugar Producers' Association (MSPA), il avait été question d'une baisse des tarifs d'électricité.
"Depuis, c'est le contraire qui s'est produit avec pas moins de trois hausses tarifaires", note-t-il alors que, explique l'ancien président de la République, une quatrième augmentation est évoquée actuellement. "Navin Ramgoolam n'a pas tenu parole et sa politique énergétique est un fiasco." Sir Anerood trouve que tout ce à quoi s'emploie dorénavant le Premier ministre est de "tout ramener à un niveau communal."
Abordant par ailleurs le dossier de l'Éducation, SAJ critique ce qu'il estime être "l'hypocrisie" du chef du gouvernement qui, au moment de la proclamation des nouveaux lauréats cette semaine, a parlé de "succès" de la politique éducative de son gouvernement. Il rappelle, sous ce rapport, que le PTr s'était à l'époque opposé à la politique de régionalisation mise en chantier sous l'ancien gouvernement MSM-MMM dans le cadre de la réforme éducative du ministre de l'éducation d'alors, Steve Obeegadoo.
"Cette politique de régionalisation, souligne-t-il, avait été sabotée en 2005 quand le PTr est revenu au pouvoir et fut remplacée par un système hautement compétitif. Ils avaient de même critiqué le projet de construction d'une quarantaine de nouveaux collèges d'État que nous avions mis en chantier. Si Ramgoolam était honnête, il aurait dû aujourd'hui présenter ses excuses et reconnaître que c'est le MSM-MMM qui avait alors raison car c'est grâce à ces nouveaux collèges que nous avons eu ces résultats."
Au chapitre éducatif toujours, l'ancien président de la République dénonce  ce qu'il allègue être "la culture travailliste de protection de petits copains" pour ce qui concerne le projet de repas chauds aux élèves des écoles de la ZEP. Évoquant le cas particulier d'empoisonnement alimentaire à l'école de Bambous, il souligne qu'à l'assemblée nationale, l'opposition n'a pas manqué de soulever nombre de questions par rapport à la mise en application de ce projet annoncé lors du dernier budget.

"Dimoun finn plin ! "

"Voilà bien un cas concret où l'on a tout mis en œuvre pour que des personnes s'enrichissent rapidement !" déclare SAJ. "On laisse donner de la pourriture aux enfants sans s'assurer que les normes d'hygiène soient respectés !" s'insurge-t-il en estimant que la population condamne cela "sans pitié." SAJ qui s'attend à une "enquête serrée" dans le cas de l'école de Bambous et que le coupable soit éventuellement puni. Il trouve par ailleurs que Navin Ramgoolam est "for dan passe siro." Il en veut pour preuve le Fact Finding Committee institué pour faire la lumière sur le cas allégué de pédophilie au Mauritius Institute for Training and Development. Pour lui, cela n'est qu'un moyen de cover-up alors que cette affaire aurait dû être confiée à la police. SAJ trouve que le Premier ministre se trompe en croyant que la population se laissera berner. "Dimoun finn plin ! Zot pou balié Ramgoolam ek PTr dan éleksions !"
Le récent incident au collège d'État Maurice Curé de même que la décision prise pour permettre à des étudiants ne disposant que de trois credits au School Certificate de poursuivre en Higher School Certificate (HSC) font aussi l'objet de commentaires de SAJ. Dans le premier cas, il accuse le gouvernement d'avoir fait la sourde oreille aux nombreuses plaintes précédentes laissant comprendre que des malfaiteurs rôdaient aux alentours de cet établissement d'élite. Dans l'autre cas, sir Anerood déclare que l'avenir démontrera les conséquences de cette mesure "irresponsable" sur les résultats de HSC.
Dans le cas de la petite écolière de cinq ans à l'école du gouvernement Raoul-Rivet à Port-Louis, SAJ laisse entendre que, selon ses renseignements, plusieurs places sont libres au sein de cet établissement primaire et qu'il était tout à fait possible, d'après lui, d'y admettre l'élève dont les parents habitent juste à côté. D'autant que, affirme-t-il, certains des élèves de cette Star School de la capitale viennent de très loin en van.
Pour lui, l'expérience vécue par la petite fille n'aura fait que la traumatiser. Ce qui, selon lui, pourrait bien la marquer à vie. SAJ dit, d'autant plus, ne pas comprendre le rôle de la Child Development Unit dans toute cette affaire. Alors que, dit-il, l'on aura donné l'impression qu'il s'agissait d'un cas d'enfant abandonné, avec un peu d'humanisme et de considération, l'affaire aurait pu être réglée. Sir Anerood dit aussi ne pas comprendre le raisonnement voulant que l'enfant soit transférée à l'école du gouvernement de Beaugeard qui, explique-t-il, se trouve encore plus loin de la résidence de ses parents.

Commentaires

L'Ancien President De La Republique a Une Bonne Cause de ces Faits pour Remettre le MSM sur Le Chemin...sans pour autant dire que je rode un ptit Bout Pour Sauver ce Parti qui a Les Sangs MMM PSM et autres Adherants des Anciens PTR PMSD qui sont AuJourd'ui BCoup des Mauves..
Je Savais J'ai Sus et Je Saurai
Mon Oeil!

Le polystyrène est utilisé pour fabriquer des couverts, des gobelets, des flûtes transparentes ou encore des gobelets de yoghourts. L’Institut national d’information en santé environnementale (Canada) et le réseau environnement santé (France) conseille d’éviter ce plastique pour un usage alimentaire. Pour l’Institut national d’information en santé environnementale, le polystyrène contient du styrène qui peut migrer dans les aliments quand l’emballage est chauffé. Le styrène est classé cancérogène possible chez l’homme.

Evidemment Le Monde Actuel fait referencece des Dangers Cancerogene attaquant L'Homme
Mais personne Ne Se rend Compte que Les Productions Manufacturieres de ces Produits pour usage Alimentaire aurai Du etre STOPPER ,Ce depuis les decouvertes que ce Systemes est Nuisible pour NOTRE Sante..
Comment Eviter ce PLASTIQUE.. Bien Sur Que Les Autorites Concerner Doivent prendre des Decisions a ne plus accepter ces Produits...

Mon Oeil!