Les 43 ex-employés de Government Lotteries en formation

Alors qu’elle entame sa 10e année d’existence, la compagnie Lottotech n’a toujours pas retrouvé son niveau de performance d’avant les mesures budgétaires anti-jeu de Vishnu Lutchmeenaraidoo de 2015. Le groupe s’active donc pour le lancement de la prochaine loterie d’ici la fin de l’année. Une étude de marché est d’ailleurs en cours pour déterminer la meilleure formule qui plaira aux consommateurs.

L’entreprise, qui publie ces jours-ci ses comptes trimestriels au 31 mars, affiche des profits de Rs 36,7 millions, comparés à Rs 20 millions pour la période correspondante en 2018, soit une forte hausse de 82,6%. De même, son chiffre d’affaires bondit de Rs 203,5 millions pour s’établir à Rs 322,8 millions, ce qui équivaut à une hausse de 58,6%.

De bonnes nouvelles certes, mais le Managing Director de Lottotech, Moorghen Veeramootoo, préfère relativiser. « Il ne faut pas croire que nos profits augmentent de manière exponentielle car, en fait, nous n’avons toujours pas atteint notre niveau de performance de 2014. Celle durant le 1er trimestre de l’année commence à peine à rejoindre celle de 2014. Le challenge sera désormais de maintenir cette tendance dans la durée », explique Moorghen Veeramootoo.

En effet, avant la crise dans l’industrie du jeu, qui a frappé de plein fouet Lottotech et ses actionnaires, et ce suivant les mesures anti-jeu de l’ex-ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo annoncées dans le budget 2015/16, Lottotech affichait un chiffre d’affaires de Rs 3,8 milliards et des profits nets de Rs 343,5 millions (pour l’année 2013). Les années suivantes, l’entreprise a vu sa performance financière s’effondrer drastiquement. Ainsi, ses profits ont reculé à Rs 166,9 millions en 2014. L’année 2015 a été la « pire » de toutes pour la société, avec ses bénéfices nets chutant à Rs 40,5 millions, tandis que son chiffre d’affaires passait sous la barre des Rs 2 milliards (Rs 1,6 milliard).

Depuis, Lottotech met tout en œuvre pour tenter de remonter la pente. Après une âpre lutte avec la Gambling Regulatory Authority, elle est parvenue à décrocher un accord visant à lui permettre de retrouver graduellement sa santé financière et une certaine sérénité dans ses opérations. Ainsi, l’année dernière, son chiffre d’affaires était de Rs 2 milliards et ses profits ont atteint Rs 109,8 millions. Une performance encore bien en deçà de celle d’avant la crise dans le business du jeu.

Selon un comptable, qui a suivi l’évolution des états financiers de Lottotech, la compagnie affiche depuis ces trois dernières années « un manque à gagner » annuel de Rs 1 milliard en termes de chiffre d’affaires et de Rs 80 millions à Rs 100 millions sur le plan de la profitabilité. Une situation qui affecte bien évidemment ses 12 000 petits actionnaires. Car Lottotech, tout comme Air Mauritius et MCB par exemple, figure parmi les compagnies cotées ayant le plus de “retail investors”. Le prix de l’action a également chuté suivant les mesures anti-jeu de l’ex-ministre des Finances (voir plus loin) et le titre demeure sous Rs 10.

Depuis, Lottotech essaie tant bien que mal de se remettre à flot. Quatre ans plus tard, la direction du groupe Gamma (dont Lottotech est une filiale) précise que « l’entreprise fait de son mieux pour affronter les défis et les revers qui ont affecté son développement et sa performance financière ». De son côté, Moorghen Veeramootoo souligne que « nous travaillons toujours dur pour ramener le business au même niveau qu’avant 2014 ». Il ajoute : « Notre objectif est de ramener le seuil de rentabilité à celui d’avant les mesures budgétaires. »

Depuis l’annonce budgétaire de 2015, interdisant notamment les cartes à gratter, Lottotech a adopté diverses mesures pour améliorer sa santé financière. Elle met ainsi systématiquement l’accent sur la gestion des coûts, tente des « communications innovantes » et mise sur les nouvelles technologies en vue d’élargir sa base de joueurs, tout en recherchant de nouvelles alternatives pour diversifier son portefeuille de produits.

C’est justement dans cette optique qu’elle a lancé un deuxième tirage de la Loterie nationale, depuis septembre 2018, qui a également contribué à améliorer la situation financière de l’entreprise, mais pas autant qu’on pourrait le penser car le tirage du mercredi est moins populaire que celui du samedi.

Par ailleurs, la reprise des opérations de la loterie verte de l’ex-Government Lotteries constitue également une opportunité de croissance future pour l’entreprise. Cependant, Lottotech ne se précipite pas pour réintroduire cette loterie sur le marché. Elle préfère prendre le temps de concevoir un produit plus moderne et adapté qui viserait à se positionner comme un nouveau “revenue stream” sur le long terme. « Nous avons hérité de la marque et avons sauvé 43 emplois. Ces employés sont actuellement en formation », explique le MD, qui confirme que le nouveau jeu sera introduit à la fin de l’année. « Nous procédons actuellement à une étude de marché car nous investissons dans diverses recherches sur l’industrie du jeu. Dans toute industrie, investir dans la recherche est primordial si l’on veut d’un développement durable et si l’on veut innover », dit-il.

Il poursuit : « Pour plaire au marché, il faut d’abord comprendre ce qu’il recherche. Avant de lancer la nouvelle loterie, nous voulons comprendre et analyser comment la loterie verte avait marché dans le passé et pourquoi elle ne se vendait plus très bien ces dernières années. »

Donc pour mettre toutes les chances de son côté concernant la nouvelle loterie, Lottotech s’est ainsi appuyée sur l’expertise de trois sociétés spécialisées, à savoir Ipsos Reid (Canada), Cognito Market Research (Maurice) et IGT (États-Unis). Ipsos Reid est le plus grand cabinet d’études de marché et de sondages du Canada, tandis que IGT (ex-G-Tech) est une société américaine qu’on ne présente plus, spécialisée dans les jeux, les loteries et les paris sur le sport. Cognito, elle, est une firme locale. Ces trois firmes planchent sur un rapport qui sera soumis à la fin du mois et qui permettra à Lottotech d’avoir toutes les cartes en main pour développer et mettre sur le marché son nouveau jeu à la fin de l’année.

En bourse

Introduite à Rs 10 au début de 2015, l’action Lottotech avait suscité un véritable engouement populaire. Mais courant 2015, alors que la société est au creux de la vague, suivant l’annonce des mesures contre le jeu, le titre perd environ 75% de sa valeur et plonge à Rs 3, un fait rarissime sur le marché boursier local. En fait, le cours de l’action est resté figé sous la barre des Rs 4 pendant huit mois, soit du 4 septembre 2015 au 12 mai 2016. Après l’exercice de médiation avec la GRA, le titre Lottotech a grimpé à Rs 10,50. Actuellement, il s’échange aux alentours de Rs 9,30 mais n’a toujours pas retrouvé sa valeur faciale.