EN MARGE DU SOMMET IDC-CIO : Surfer sur la vague de technologies pour bâtir une puissante entreprise

Je serai, la semaine prochaine, au sommet IDCCIO qui se tiendra à Port- Louis pour parler de la manière dont la prochaine vague de technologies – réseaux sociaux, mobiles, analytiques et cloud (SMAC) – permettra de libérer l’innovation et la productivité au sein de l’entreprise. Cela, à travers des solutions stratégiques qui favoriseront une meilleure expérience, à la fois pour les employés et pour les clients. Ces technologies placent le pouvoir entre les mains de l’utilisateur, en rendant les applications, les services et l’information accessibles où qu’il soit (mobile), collaboratifs et simples d’utilisation (réseaux sociaux), mais aussi adaptés et sensibles à ses besoins et au contexte (analytiques). Par ailleurs, la puissance du cloud rend abordable et accessible le déploiement des dernières applications et solutions aux utilisateurs, peu importe où ils se trouvent.
Les directeurs technologiques (CIO – Chief Information Offi cers) de Maurice devraient voir comment ils peuvent utiliser les SMAC (également appelés la plateforme tierce) pour offrir des expériences personnalisées et adaptées aux nouveaux modes de travail sur réseaux sociaux et mobiles, et aussi aux attentes du client connecté. Le moteur de SMAC est un système de gestion d’entreprise d’avant-garde qui autonomise les utilisateurs fi naux et met l’information et les services à portée de main.
Un tel système comporte une interface utilisateur simple, nécessitant peu ou pas de formation, mais offre une expérience utilisateur puissante. Il ressemble à une application mobile de réseaux sociaux et est aussi simple à utiliser. Il renferme en outre des fonctionnalités de réseau social qui facilitent la collaboration et l’échange d’information entre les personnes. En fait, les solutions de gestion d’entreprise sont conçues pour répondre aux attentes d’une génération rompue à WhatsApp, Netfl ix et Snapchat plutôt qu’à celles d’un employé habitué aux emails et à l’ERP aujourd’hui démodé. La solution est accessible partout, à travers une application mobile ou un navigateur Internet classique, déployant les logiciels de CRM, d’ERP, de management de projet et de gestion des processus d’affaires à tout lieu qui dispose d’une connexion Internet.
Avec la technologie portable et l’Internet des objets atteignant la maturité, les entreprises disposeront de nouvelles interfaces pour interagir avec les employés et les clients, mais aussi pour la collecte de données. Les outils analytiques sont un autre maillon important de la chaîne. Directeurs et responsables auront accès en temps réel à des données sur la performance de l’entreprise avec leur téléphone mobile pour la prise de décisions stratégiques. Au niveau opérationnel, une combinaison de ‘big data’ et d’apprentissage automatique permettra aux entreprises d’adapter l’expérience clients et employés aux spécifi cités de différents marchés pour optimiser les ventes et la productivité.

L’Industrie 4.0
Associés à l’Internet des objets, les analytiques avancées et l’apprentissage automatique sont en train d’amener la quatrième révolution industrielle. Les objets connectés et les capteurs, le ‘cloud computing’, la robotique avancée, les logiciels intelligents, et une gamme d’autres technologies sont en train de concevoir des produits complexes dans un processus rationalisé et automatisé, avec peu d’intervention humaine.
Dans un tel environnement, les analytiques servent à prédire des problèmes tels que les erreurs de matériel ou des interruptions dans la chaîne de production afi n que la qualité et les durées de fonctionnement soient maintenues à leur niveau le plus élevé. Des changements majeurs sont inévitables car la tendance d’avoir recours aux pays à faibles revenus pour la production pourrait se renverser grâce aux technologies intelligentes.
L’Industrie 4.0 offre aussi la possibilité de personnaliser, en temps réel durant le processus de production, les produits en fonction des besoins des clients. Le rôle du directeur informatique dans la quatrième révolution industrielle est surtout de gérer les défi s et les opportunités que présentent la transition numérique et l’Internet des objets.
Nous devons nous attendre à ce que cette tendance amène le même type de dérangement aux industries dépassées comme l’agroalimentaire, le textile, l’habillement et les produits chimiques, que celui qu’ont connu les banques, les médias et le commerce avec l’Internet. En tant que pays le plus propice aux affaires de toute la zone SADC (selon la Banque mondiale) – et l’un des mieux connectés et des plus développés du point de vue des TIC – Maurice a le potentiel de devenir l’un des centres régionaux de l’Industrie 4.0.
Il appartient aux directeurs informatiques de prendre les initiatives et d’introduire les plateformes SMAC qui feront de cette vision une réalité. Directeur des Ventes Régionales, Division Entreprise chez Sage, SADC.
 
WESLEY EKMAN