EN SITUATION DE HANDICAP : Yaaseen Edoo, Queen’s Young Leader et Outstanding Young Person, mais toujours sans emploi…

Le grand gagnant du JCI Mauritius The Outstanding Young Person Award 2015 a reçu son trophée samedi après son retour d’Angleterre où, la Reine Elizabeth, de ses propres mains, lui a remis le Queen’s Young Leader Award
Poignée de main entre Yaaseen Edoo et la reine Elizabeth II avant qu’elle ne lui remette son Queen’s Young Leader Award le 22 juin dernier

Cela aurait pu être une année fantastique pour Yaaseen Edoo. À peine revenait-il de son voyage au pays de Sa Majesté, où il est allé chercher son Queen’s Young Leader Award, qu’on faisait de lui le JCI Mauritius The Outstanding Young Person 2015… Pourtant, il n’a toujours pas décroché d’emploi depuis qu’il a reçu son Bsc Multimedia & Web Technology en octobre dernier. Ces reconnaissances viennent comme confirmer ce qu’il redoutait : ses mérites, combien grands sont-ils, ne sont pas la clé. Yaaseen Edoo lance un appel au gouvernement pour qu’il donne l’exemple en premier afin d’encourager le privé à lui emboîter le pas en recrutant les personnes handicapées et en fauteuil roulant.
Yaaseen Edoo s’est illustré à plus d’un titre. Sans jamais avoir été sur un banc d’école au primaire, il a néanmoins su décrocher son CPE et se réserver une place dans un collège d’État avant de décrocher, en octobre dernier, son diplôme de l’Université des Mascareignes. Souffrant d’une malformation de la moelle épinière depuis la naissance, il ne peut se déplacer sans son fauteuil roulant. Depuis plusieurs années, il a décidé de se faire le porte-parole des personnes en situation de handicap. Il est aujourd’hui membre d’organisations internationales dont Global Partnership on Children with disabilities de l’Unicef et est par ailleurs leader du Leonard Cheshire Disability Young Voices de Maurice. Sa mission : encourager les membres à lutter pour que leurs droits ne soient pas bafoués. Cette responsabilité lui a d’ailleurs valu d’aller, en mai 2014, à la rencontre de la reine Elizabeth II, patronne des Leonard Cheshire à travers le monde. Rencontre que le jeune Mauricien de 28 ans a renouvelée cette année en se faisant remettre la médaille du Queen’s Young Leader Award. Ce programme, lancé par la reine en 2014, récompense les jeunes du Commonwealth pour leur contribution dans leurs domaines d’expertise respectifs. C’est le lundi 22 juin que notre compatriote, ainsi que deux autres Mauriciennes, Barkha Mossae et Karuna Rana, ont été récompensés au Palais de Buckingham. L’événement était organisé par la Royal Commonwealth Society en collaboration avec le Queen Elizabeth Diamond Jubilee Trust et l’ONG Comic Relief.
S’il a déjà été à la rencontre de la reine l’an dernier, Yaaseen Edoo est une fois de plus sorti mûri et enrichi de cette nouvelle expérience. « La dernière fois, j’avais vu la reine mais n’avais pas eu d’échanges avec elle. Cette fois, en me remettant la médaille, elle m’a félicité en me disant “congratulations, well done !” et on a échangé une poignée de main. Plus tard, dans la soirée, quand elle a vu que ma médaille n’était pas avec moi, elle m’a demandé où elle était passée ». Tout fier de cette chance qu’il a eue, Yaaseen Edoo ajoute que sa reconnaissance par la reine est aussi visible sur YouTube à travers une vidéo de 50 secondes, en tapant Queen’s Young Leader Mohammad Yaaseen Edoo.
10 Downing Street
Outre cette rencontre exceptionnelle avec Elizabeth II, la soixantaine de jeunes des divers pays du Commonwealth ont eu l’opportunité de partager un petit-déjeuner avec le Premier ministre David Cameron au 10 Downing Street, au terme duquel ils ont eu un temps de questions-réponses. « Ensuite, nous avons eu deux sessions de travail à l’Université de Cambridge sur le leadership, la gestion du stress et les levées de fonds. J’ai par ailleurs eu l’occasion de visiter des lieux qui ne sont d’ordinaire pas accessibles au public à l’instar de la Standard Chartered Bank, la British Telecom Tower où, du 34e étage, on peut avoir une vue à 360° sur Londres, cet étage pivotant sur lui-même. J’ai aussi visité la Canadian High Commission, la House of Lords et la Commonwealth House. Tout aussi agréable a été la découverte de la ville de Cambridge en canoë. J’ai apprécié chaque moment même si le rythme du programme a parfois été intense ».
Yaaseen Edoo ne s’attendait pas à être un des récipiendaires de cet award. « Je pense que c’est le fait que je n’ai pas été à l’école primaire mais que j’ai, à force de persévérance, pu décrocher mon diplôme. Par ailleurs, je milite pour la cause des personnes en situation de handicap ».
Déçu et inquiet
Quant au JCI Mauritius The Outstanding Young Person Award qu’il s’est vu décerner samedi dernier, Yaaseen Edoo confie qu’il ne s’y attendait pas à 100 % même s’il était confiant d’avoir une chance. Il dit espérer à présent que ces deux reconnaissances « puissent ouvrir la porte à l’inclusion des personnes handicapées dans le monde du travail. Je vais utiliser ces reconnaissances pour plaider pour leur cause auprès des autorités ». En effet, si ces awards représentent beaucoup pour le jeune homme et l’encouragent à persévérer dans sa lutte, il se dit néanmoins « très déçu » que depuis bientôt un an, il n’ait pu se faire embaucher par une compagnie. « Je suis inquiet pour ceux qui sont dans la même situation que moi alors que le gouvernement ne fait pas d’effort en ce sens. Le gouvernement met la pression sur le privé pour recruter alors qu’il ne donne pas l’exemple ». Son séjour en Grande-Bretagne n’a fait qu’accentuer ce constat de lacune en termes d’infrastructures dans son pays. « En Angleterre, les bus, les taxis, le métro léger sont accessibles aux personnes en fauteuil roulant. Même les trottoirs sont adaptés. Qu’ils soient handicapés visuels ou physiques, le gouvernement doit faire un grand effort pour les aider car c’est une discrimination que les handicapés n’aient pas de travail et de loisirs. Ils doivent compter sur leurs proches pour se déplacer ». S’il dit avoir reçu plusieurs offres d’emploi, Yaaseen Edoo affirme que dès qu’il a abordé la question du déplacement avec les entreprises et le remboursement des frais de transport, celles-ci ne sont plus revenues vers lui. « Si je voyage en taxi et que je ne suis pas remboursé, toute ma paye irait dans le transport ».
Toutefois, notre interlocuteur garde un moral d’acier et dédie son succès « à tous ceux qui sont dans la même situation que moi, à mes parents et amis de Young Voices Mauritius, à Leonard Cheshire Mauritius, à Rishi Bundoo qui est venu me donner des leçons neuf mois durant à la maison quand je prenais part au CPE, à Ajay Thacoor, ancien manager du Training of Disabled Persons Training Board qui a entrepris bien des démarches pour moi pour que je sois admis au secondaire et à l’Université des Mascareignes. Et également au président de la GRF, Armoogum Parsuramen, qui m’a aidé à trouver un sponsor (Super-U de Grand-Baie) pour ma troisième année universitaire. La GRF m’a en outre offert un fauteuil roulant motorisé qui m’est très utile ». L’ONG lui offre également une formation à domicile.
Plein de sagesse, Yaaseen Edoo conclut : « Que je décroche un job ou pas, ma lutte envers les handicapés continuera et mon plus grand rêve est que ces derniers aient accès à l’éducation. Qu’ils ne baissent pas les bras et gardent un fighting spirit. »