ENLÈVEMENT D'UNE FILLETTE À GOKHOOLA EN 2013 : Les assaillants du présumé pédophile coupables d'agression

Hyder Ratan, Vellen Chellan et Anil Taurah étaient poursuivis en Cour intermédiaire sous une charge de coups et blessures causant la mort sans intention de la donner. Il leur était reproché d'avoir battu à mort Vishal Doorgah le 9 mars 2013. Ce dernier était recherché pour avoir kidnappé une fillette de 8 ans. Les trois accusés se sont vu accorder le bénéfice du doute concernant l'accusation d'agression mortelle mais ont été reconnus coupables d'avoir infligé des coups à leur victime, et ce de par leurs aveux dans leurs dépositions à la police.
Vishal Doorgah était recherché après avoir kidnappé une fillette de 8 ans lors de la fête Maha Shivaratree en mars 2013. Mais il avait été rattrapé peu de temps après par des habitants de la région de Gokhoola alors qu'il se cachait dans des champs de cannes. Vishal Doorgah avait alors reçu des coups avant d'être livré à la police. Cette affaire avait donné lieu à une vague d'arrestations. Les premiers suspects avaient déclaré ne pas avoir agressé le suspect mais qu’ils n’avaient « rien pu faire » face à la furie de la foule hostile et armée de gourdins, de barres de fer et de sabres qui s’en prenait à Vishal Doorgah. Admis aux soins intensifs de l'hôpital de Flacq après son arrestation, Vishal Doorgah devait succomber à une « acute renal failure », selon les conclusions de l'autopsie.
Les trois accusés – Hyder Ratan, Vellen Chellan et Anil Taurah – avaient été inculpés en Cour intermédiaire dans cette affaire et avaient plaidé non-coupables. La poursuite, elle, avait soutenu que les trois accusés avaient battus à mort le pédophile présumé avant de le livrer à la police. Dans un jugement rendu hier, la magistrate Wendy Rangan devait toutefois rayer l'accusation de coups et blessures causant la mort, statuant que la poursuite « a failli à établir avec certitude le lien de causalité entre les coups infligés par les trois accusés et la mort de M. Doorgah ». La magistrate les a cependant reconnus coupables d'agression, soulignant que les trois accusés avaient admis avoir infligé des coups à Vishal Doorgah. Les plaidoiries de la défense avant la sentence ont été fixées au 17 février.