ENQUÊTE POLICIÈRE : La vengeance, mobile du meurtre du constable Rousselin

Selven Tandrayen (32 ans), un récidiviste notoire, impliqué dans le meurtre de Steve Labonne en prison, appréhendé et arrêté hier soir, passe aux aveux à la CID de la Central Division
Le présumé meurtrier Selven Tandrayen arrivant en cour de Curepipe dans la matinée sous forte escorte policière

Un peu moins de 48 heures après le meurtre du constable Bernard Rousselin, âgé de 44 ans, égorgé, en début de soirée de mardi, avec un cutter sous l’abribus du Gymkhana Club à Vacoas, la Criminal Investigation Division de la Central Division, menée par le chef inspecteur Rajaram, a élucidé l’enquête avec le présumé meurtrier écroué. Une opération policière montée tard hier soir a abouti à l’arrestation de Selven Tandrayen (32 ans), un récidiviste notoire, qui est nul autre que l’auteur de l’appel anonyme de mercredi soir à la CID de Curepipe, donnant des indications sur le signalement du meurtrier présumé. À ce stade de l’enquête, qui a également mobilisé dans la soirée d’hier des membres du Central CID, dont l’assistant commissaire de police Pregassen Vuddamalay, le mobile du crime est la vengeance contre ce policier, qui faisait partie des Radhoa Boys dans le temps.
Dans la matinée, le suspect Selven Tandrayen, habitant la région de Phœnix, avait déjà comparu devant le tribunal de Curepipe sous une inculpation provisoire de meurtre. Après cette étape, il a été reconduit en cellule en attendant les prochains volets de l’enquête, dont la suite de son interrogatoire. Cependant, durant la nuit d’hier à ce matin, ce récidiviste qui, depuis l’âge de 15 ans donne du fil à retordre à la police, a déjà déballé l’essentielle lors d’un « deep questioning » avec les hommes de la Criminal Investigation Division (CID). Cette séance d’interrogatoire a été enregistrée sur caméra, compte tenu que jusque-là, il n’avait pas encore retenu les services d’un homme de loi.
Dans sa version des faits, le meurtrier présumé, qui était lié au meurtre du détenu Steeve Labonne en prison en juillet 2005, a confirmé qu’il connaissait depuis « bien lontan » Bernard Rousselin car le policier faisait partie de l’escouade qui l’avait arrêté pour divers délits de vol. Le suspect a fait des allégations de brutalité policière en indiquant aux enquêteurs qu’il avait été malmené par l’ex-Radhoa Boy, à plusieurs reprises lors ses arrestations.
Poursuivant ses aveux, le récidiviste a déclaré avoir reconnu le policier, mardi en début de soirée, et qu’il l’avait pris en filature. Il nourrissait la ferme intention de lui « marquer le visage avec un cutter ». Dans ses explications, il a ajouté que dans un premier temps, il a bousculé le constable, qui aurait fait une chute. Par la suite, il devait l’agresser mortellement avec son cutter. Avant de laisser sa victime sur place, l’assaillant avait fouillé dans les vêtements de celui-ci pour mettre la main sur son portefeuille. Il devait prendre les Rs 1 000 qui s’y trouvaient avant de se débarrasser de cet indice aussi bien que de l’arme du crime aux abords d’un cours d’eau dans les parages.
La victime, affectée au poste de police de Rose-Hill, a essuyé une lacération de neuf centimètres de largeur et cinq centimètres de profondeur du côté gauche de son cou. Le rapport d’autopsie du Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, confirme que le constable Rousselin a succombé à des suites de « stab wounds to the neck ». À ce stade de l’enquête, l’arme du crime n’a toujours pas été retrouvée par la police. Mais les limiers de la CID de la Central Division disposent des indices d’un important témoin de la scène d’agression de mardi soir.
Le tournant de cette enquête policière, menée par les hommes du Chef Inspecteur Rajaram de la CID de la Central Division, aura été le “call” anonyme reçu dans la soirée de mercredi avec une voix masculine affirmant aux limiers que « mo kone ki sanla fine fer sa travay-la ». Au cours de cette conversation téléphonique, Selven Tandrayen devait faire porter le chapeau à un autre récidiviste dans une tentative de mener les enquêteurs en bateau. Mais le piégeur sera lui-même piégé avec les enquêteurs parvenant à remonter à sa propre piste après avoir retracé le numéro du téléphone utilisé pour passer cet appel.
Avec des informations fiables recueillies, une escouade de la police devait monter une opération vers 23 h 30 hier soir en vue d’appréhender le suspect. Dans un premier temps, Selven Tandrayen devait offrir une forte résistance mais l’escouade constituée pour cette délicate opération devait prendre le dessus.
Compte tenu de la progression de cette enquête depuis hier soir, et avec la première comparution en cour ce matin pour l’accusation provisoire, il n’est pas à écarter que le présumé meurtrier participe à une reconstitution des faits dans les meilleurs délais. Les recoupements effectués indiquent qu’il est fort probable que Selven Tandrayen retourne sous l’abribus du Gymkhana Club dans la journée de demain, sous forte escorte policière, pour une reconstitution des faits. L’enquête policière se poursuit.

Commentaires

Li tris seki finn ariv sa Polisie la me finn ena telman kase britalie lapolis ki zame personn finn pran o serye akoz samemm ki pou ena bann ka kumsa. Ena bann polisie kinn tro fer sirtou lepok Radhoa byin sir pou ena ki pou gard zot vanzans malgre ki mo kont la violans dan tou so form me kan u semm divan u rekolt la tanpet. Ena boukou bann polisie ki pou bizin fer byin atansyon parski zot inn tro fer. Bizin sanz manierr ki zot tret dimunn kan zot pran lanket malgre ki gran kriminel ou ete zot pa gaygn drwa met lame lor ou se sa ki zot bizin met dan zot latet e pa kontign krwar ki zot pli siperyer ki lalwa. Mo byin sagrin pou sa polisie la e mo sinpati avek so fami konesans ek kamarad. Bizin ki bann ki gouvern pei kumans uver zot lizie sinon pou kapav ena enn lot Me 99 dan nou tizil.

should tax payers be paying for scum like him to be in jail for years or is it not high time to reintroduce death penalty, clear society from these scums and save some tax payers' money.