Avec la fin de la déposition principale au Central CID de Mario Jeannot, le père de Florent Jeannot, victime d’agression aux mains de l’ex-Attorney General, Yatin Varma, le samedi 4 mai suite à un accident de la route, les enquêteurs de la police ouvriront un nouveau front. En effet, ils seront engagés sur la piste du financier de Yatin Varma. Dans la dernière partie de ses révélations au sujet des négociations, Mario Jeannot compte donner des indications sur les dispositions présentées par Yatin Varma en vue de récupérer en Afrique du Sud la somme promise de Rs 1,5 million contre le retrait des accusations d’agression. D’autre part, un des premiers suspects dans cette affaire de complot qui pourrait intéresser le Central CID dans l’immédiat devrait être le Private Parliamentary Secretary Reza Issack compte tenu de l’état de santé de Yatin Varma, toujours en observation médicale à la clinique Fortis Darné et du déplacement à l’étranger de Maurice Allet, président du conseil d’administration de la Mauritius Ports Authority (MPA).
Depuis 10 h 20, ce matin, Mario Jeannot est retourné en compagnie de son homme de loi, Me Yash Bhadain, dans les locaux du Central CID en vue de compléter sa déposition. L’élément crucial attendu concerne les propositions formulées par Yatin Varma en vue de permettre aux proches de Florent Jeannot de collecter la compensation de Rs 1,5 million en vue de régler cette affaire d’allégations d’agression du samedi 4 mai dernier.
Ces détails ont été présentés aux proches de Florent Jeannot lors d’une rencontre au domicile de ces derniers à Flic-en-Flac le samedi 15 juin. « Pou bizin al l’Afrique du Sud pou al pran larzan là. Pou bizin al zwenn enn dénommé Raj » aurait été la consigne de l’ancien Attorney General du gouvernement de Navin Ramgoolam. Ce détail figurerait sur un morceau de papier qu’aurait réclamé Yatin Varma lors de cette nouvelle étape des négociations dans une tentative de régler le problème du 4 mai.
La somme proposée par l’ex-Attorney General était de l’ordre de Rs 1,5 million. Mais les discussions avaient démarré sur une offre initiale de Rs 500 000 venant de Yatin Varma. À cette deuxième visite de Reza Issack et Yatin Varma chez les Jeannot, le deal était que les deux parties devaient se mettre d’accord pour se rendre à la police pour demander qu’aucune suite ne soit donnée à cette affaire de manière « policière, légale ou autre ». Il était question que « de parti fer enn reket a la polis pou met enn term à tou, a linsidan » que les deux parties regrettent. La raison avancée pour justifier cette décision de mettre un terme aux procédures pénales était que la victime, Florent Jeannot, devait poursuivre ses études tertiaires et qu’il aurait à quitter le pays.
Les négociations financières se seraient alors déroulées sur ce morceau de papier réclamé par Yatin Varma. C’est dessus que la somme de Rs 500 000 a été en premier lieu proposée par l’Attorney General en présence de Reza Issack.
Tractations
Les Jeannot auraient fait une contreproposition que Yatin Varma n’a pas accepté. « Soyons raisonnable dans tout … mo pena les moyens, mo pa enn dimounn ki ena boukou larzan ». Pour préciser qu’il n’y avait aucune urgence pour lui de laisser monter les enchères, Yatin Varma aurait soutenu ne pas être attaché à sa carrière politique se disant déjà prêt à s’en aller : « Dimann Reza linn vinn dan mo biro preske tou mo bann zafer fini pare pou mo ale. »
En fin de compte, les deux parties se sont séparées avec la somme de Rs 1,5 million proposée. Dans certains milieux politiques autorisés, on indique que l’identité du bailleur de fonds de Yatin Varma, Raj, en Afrique du Sud, ne serait nullement difficile à confirmer dans ce contexte. Toutefois, c’est à partir de ce soir, à la conclusion de la déposition de Mario Jeannot, que le Central CID sera confronté à cette nouvelle piste d’enquête dans cette tentative de « pervert the course of justice ».
Dans la première partie de sa déposition du jour, Mario Jeannot fera état des tractations à la demande de Maurice Allet en date du 4 juin et se déroulant à Montmartre. Même s’il n’existe aucun enregistrement de ces échanges, le président de la MPA pourra difficilement nier le déroulement de ces discussions.
À un certain moment, Maurice Allet a eu un pressant besoin et ne sachant où aller, il avait demandé des renseignements à un des proposés. Mario Jeannot se tient prêt à assigner ce témoin si le besoin se fait sentir.
D’autre part, dans la matinée, des responsables du Central CID ont eu des consultations avec le State Law Office en vue de déterminer les principales échéances de cette enquête à haute tension. Tout semble indiquer que l’un des premiers suspects à être interrogés dans les plus brefs délais ne pourrait être autre que le PPS Reza Issack. Les limiers de la police devront attendre le feu vert des médecins traitants de Yatin Varma et aussi sa décharge de la clinique alors que Maurice Allet se trouve en voyage en France (voir détails plus loin).
Entrave à la justice
La version donnée par le député correctif de Rose-Hill/Stanley (N°19) jusqu’ici dans ses différentes déclarations de presse ne correspondent pas fidèlement aux détails fournis par Mario Jeannot quant à son rôle avec le départ de Maurice Allet. L’assignation à interrogatoire de Reza Issack pourrait lui être signifiée dans les prochaines 24 heures. Le principal concerné se penche sur la meilleure stratégie à être adoptée de concert avec ses hommes de loi.
Dans cette perspective, vu que son nom est cité dans cette affaire, il n’est pas à écarter que Reza Issack décide d’anticiper le move de la police en se rendant de son propre gré aux Casernes centrales pour interrogatoire en compagnie de ses hommes de loi. Au préalable, il pourrait également soumettre sa démission en tant que PPS vu le risque potentiel d’une inculpation provisoire d’entrave à la justice.
Aucune confirmation possible si le quatrième député du N°19 abandonnera également son poste en tant que membre de l’Assemblée nationale. Si cela devait arriver, l’Electoral Supervisory Commission et la Commission Électorale devront se réunir pour procéder à la nomination du Best Loser qui remplacerait Reza Issack à l’Assemblée nationale.
Entre-temps, un autre poste est vacant au sein du gouvernement avec la soumission dans la soirée d’hier au président de la république de la lettre de démission de Yatin Varma en tant qu’Attorney General. Le ministre de l’Agro-Industrie, Satish Faugoo, a été appelé à assurer la suppléance à ce poste. Des spéculations animent la scène politique quant au successeur de Yatin Varma. En lice se trouvent Ashok Jugnauth, le nouvel allié de Navin Ramgoolam, Kushal Lobine, un homme de l’Inner Circle du Premier ministre ou encore Sanjay Bhuckory, ce qui pourrait représenter la fin de son hibernation politique depuis le méga-scandale de hedging chez Air Mauritius en 2008.
A ce stade, le Premier ministre n’a laissé échapper aucune indication quant à son choix…