ENTRAÎNEUR AMARDEEP SEWDYAL : Le titre de champion en ligne de mire, a déclaré Swapneel Rama

Auteur d’un brillant doublé samedi dernier, Swapneel Rama a gagné deux places au classement des jockeys. Ambitieux, il a maintenant les yeux rivés sur le titre de champion, même s’il est d’opinion qu’il faut se battre jusqu’au bout pour l’emporter. « Sans vouloir mettre la charrue devant les bœufs, je crois avoir une mince chance dans la course au titre pour le championnat des jockeys. J’ai le titre de champion en ligne de mire. », soutient-il en dépit du fait qu’il compte quatre longueurs de retard sur le meneur, Steven Arnold. « Ce sera dur, mais faisable si la chance reste de mon côté. »
Même en dépit d’avoir réalisé le doublé, on peut néanmoins dire que la chance n’a pas vraiment été de son côté. « J’aurais pu gagner quatre courses, mais à deux reprises, Cédric Ségeon est venu me souffler la victoire », regrette-t-il. Effectivement, après une performance quelconque d’Ice Emperor, « un jeune cheval encore en apprentissage et green », Swapneel Rama a réalisé un joli coup avec Rogue Runner, offert à 9/2, dans la 2e course.
« Il a bénéficié de ses courses précédentes sur de plus longues distances. Les 950m étaient dans ses cordes et le champ, mis à part Varadiso, était à sa portée. » Après avoir suivi à l'arrière-garde, le hongre bai a trouvé le passage entre Varadiso et Act Of Valor en ligne droite. « Il a sorti une bonne accélération, mais penchait vers l’extérieur, alors que Wavebreaker se montrait menaçant le long des barres. Heureusement, il a tenu bon », renchérit-il.
Le doublé de Rama porte les griffes de Var’s Dream, intraitable dans la 4e course. Avec Promissory, puis Five Star Rock, plus rapides, Var’s Dream n’avait d’autre choix que de suivre en 3e position. Rama nous raconte sa course. « À un moment donné, ils allaient vite et je me suis retrouvé à plus de cinq longueurs derrière. Par la suite, aux 850m, Silver Bluff m’a enfermé. À l’entame de la ligne droite, j’ai placé mon attaque sur les barres. Quand Promissory a versé sous pression, j’ai dû reprendre ma monture pour passer en dehors et la victoire a été possible. »
Dans l'histoire
Tout aussi incroyable a été la défaite de Victory Team aux dépens d’Ernie dans la 5e course. Rama s’explique. « Mon cheval a payé de ses efforts afin de courir en tête en début de course. Alors qu’Ernie a conclu à la vitesse du vent. » À l’arrivée, seulement 0,10 longueur séparait le cheval de Cédric Ségeon du pensionnaire du yard Sewdyal.
Après avoir assisté à la Coupe d’Or en tant que simple spectateur, Swapneel Rama s’est fait avoir une fois de plus par ce diable de Ségeon dans la 7e épreuve. « Je croyais avoir fait le plus difficile en laissant sur place mes adversaires à l’entame de la ligne droite finale. Mais en sortant de nulle part, Elysian Park est revenu pour rattraper et dominer In Your Dreams par 0,05 longueur. »
Swapneel Rama a ressenti une douleur musculaire après la course de Var’s Dream. Était-il fit pour monter dans les deux autres courses dans lesquelles il était engagé ? « Bien sûr. C’est une petite douleur musculaire et j’étais fit à 100%. Sauf que Ségeon était dans une belle forme… au mauvais moment pour moi », plaisante-t-il, en guise de conclusion.
Aussi, avec les malheurs de Jeanot Bardottier, Yashin Emamdee et Rye Joorawon, Rama, qui réalise une saison faste, sera selon toutes probabilités le porte-drapeau de Maurice lors du week-end international. « Je serai très content de représenter le pays, de surcroît au Champ de Mars. Mais, en ce moment, ce sont les quatre journées de compétition qui restent qui me préoccupent. »
L’histoire retiendra aussi que Swapneel Rama a été associé au Grand Chelem de Ramapatee Gujadhur. C’est en effet lui qui avait mené Ready To Attack à la victoire dans la première classique, la Duchesse.