ENTRAÎNEUR CHANDRADUTT DABY : J’aurais aimé faire carrière comme entraîneur, a déclaré Dinesh Sooful

Dinesh Bawan Sooful a été le grand bonhomme de cette 33e journée des courses. En sept montes samedi, il a ramené un brillant triplé, le deuxième de sa carrière après celui de 2015. Du coup, il gagne cinq places au classement. Il revient sur cette journée faste avant de parler de ses ambitions de devenir, un jour, un entraîneur au Champ de Mars.
Dinesh Sooful n'était pas dans son assiette samedi après-midi. Certes, ragaillardi par les trois victoires acquises, mais agacé d'avoir perdu deux de ses quatre bouteilles de Champagne. Mais, pire encore, il était remonté par le fait qu’il a écopé de deux sanctions. Toutefois, Dinesh Sooful, en homme de proximité, n’a pas manqué de s’adresser aux journalistes.
Il a préféré aborder, en premier, les sanctions que les commissaires lui ont infligées. Sur Kingmambo’s Legacy, il a écopé d’une journée de suspension, en vertu du MTC Rules of Racing 160 A (f), pour interférence.
« Mon cheval a montré une bonne vitesse initiale et beaucoup de pas. Il allait mieux que celui de Swapneel Rama. Mais je ne sais pas pourquoi Rama a insisté, alors que j’étais bien devant lui », déplore t-il. Cet incident s’est produit à environ 400m, après le départ. Auparavant, soit dans la 4e épreuve, il a écopé d’une amende de Rs 20 000, alors qu’il pilotait Emblem Royale. Cette fois, la bande à Stéphane de Chalain lui a reproché d’avoir trop réduit le train en ligne droite pour la première fois. C’est sous la règle 160 A (b), qu’il a été épinglé
Heureusement qu’il tenait un beau triplé pour compenser ses malheurs. Tour à tour, le pilote qui évolue en freelance, a mené à bon port Spin A Coin, Tanjiro et surtout Kingmambo’s Legacy, dans la course-vedette.
« Je dédie cette réussite à ma famille, surtout à mon fils, Neil, qui s’attendait que je remporte la 6e course, aux entraîneurs Raj Ramdin et mon grand ami Chandradutt Daby », lance Dinesh Sooful qui est un irréductible supporter de Liverpool.
Abordant ses victoires, Sooful démarre avec Spin a Coin, lauréat de la course d’ouverture et offert à 12/1.
« Il était un meilleur cheval que lors de sa dernière victoire. Il avait gagné en condition et avait tiré une meilleure ligne au départ (Ndlr: le numéro 6, alors qu’il partait du 10, à sa dernière sortie). De plus, Bernard Lincoln avait une foi inébranlable dans son cheval».
Une fois le départ donné, Spin A Coin, qui était muni une fois encore des oeillères et une peau de mouton, a bien sauté. C’est sans grand effort qu’il a trouvé les barres, juste derrière Halabaloo et Mighty Lion.
« Comme ils imprimaient un pas décent, je me suis retrouvé dans une striking position, au 3e rang », juge t-il. Lancé en dehors de Halabaloo aux 350m, Spin A Coin a vite rattrapé la monture de Kevin Ghunowa, avant de tenir en respect un timide retour de St Arnault. Les 1600m ont été courus dans un excellent temps pour cette catégorie, soit 1m39.62. « Je suis confiant que ce cheval a encore une victoire dans les jambes cette saison », juge t-il.

« Kingmambo’s Legacy un authentique galloper »

Victorieux à ses débuts avec Rehaze Hoolash, Tanjiro a été battu par la suite, cela dû à une mauvaise décision du jockey Poullis, celle d'avoir lancé le hongre bai un peu trop tôt. Mais en jockey averti, Sooful a su faire une course d’attente avec Tanjiro, offert à 2/1, pour triompher dans la 5e épreuve.
« L’entraîneur m’a dit d’être patient avec ce cheval. D’autant qu’on s’attendait à un bon train », avise le cavalier. Effectivement, après un excellent départ, le sujet du yard Daby a suivi 3e, puis 4e le long de la lice, alors qu’à l’avant Silver Snaffles et Independence se battaient pour le commandement, rejoints peu après par Ole Gunnar.
«J’ai laissé faire Ole Gunnar car il a aidé Tanjiro à courir quelque peu caché », révèle t-il. C’est juste avant le dernier tournant que Dinesh Sooful a sollicité sa monture. Tanjiro a déposé Ole Gunnar et Independence pour s’attaquer à Silver Snaffles. Comme ce dernier était à bout de souffle, c’est sans grande peine que Tanjiro l’a éliminé pour ensuite résister au retour tardif de Greys Inn Control.
« Il devrait s’imposer encore cette saison et sera bien plus percutant en 2018. Il a lâché son mors et a été un peu ‘green samedi», souligne celui qui compte un total de 77 victoires en 1222 montes, durant sa carrière. Au juste, Tanjiro a quelque peu versé vers l’extérieur sous la cravache, incommodant légèrement Greys Inn Control. Les 1850m ont été couverts en 1m56.76.
Jamais deux sans trois, dit l’adage. La 3e de Sooful, avec Kingmambo’s Legacy dans Velogic-La Coupe des Présidents, confirme cet adage. Mais il a eu des sueurs froides avant de l’emporter.
« Il a vite surmonté le handicap de sa mauvaise ligne. Mais comme Dawn Raid n’a pas voulu céder le commandement, j’ai dû mettre un peu plus de pression sur mon cheval. A un moment donné, je m’inquiétais pour son stamina. Mais il a prouvé qu’il est un authentique galloper.» Une fois devant, à 1600m du but, Dinesh Sooful a tenté de détendre Kingmambo’s Legacy.
« Mais il voyageait tellement bien qu’on a creusé environ 10 longueurs sur le cheval qui était au 3e rang, Solar Star. J’avais peur que Dawn Raid ne revienne. Mais Kingmambo’s Legacy a prouvé qu’il est un stayer de classe», précise Sooful. Quand Dawn Raid a tenté de revenir dans les derniers 250m, la cause était entendue car Kingmambo’s Legacy est reparti pour boucler le parcours en 2m10.94, soit le meilleur temps de la saison. Selon son cavalier, le hongre bai sera l'un des principaux animateurs des courses de fond en 2018.

Une carrière d’entraîneur

Sinon, parlant de ses autres chevaux, le cavalier qui monte à 52 kg nous a dit : « Emblem Royale m’a déçu. Le champ était trop fort pour lui. Pimpernel, c’est …Pimpernel. Blue Jeans a beaucoup versé à l’intérieur, il pourrait cacher un petit problème. Starspangledbanner aurait pu mieux faire, mais n’a nullement démérité ».
A 42 ans, Sooful ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Mais, en père de famille prévoyant, il songe déjà à l’avenir. « Pour l’instant je suis jockey professionnel. D’ici quelques années, je compte me reconvertir en assistant-entraîneur et bien après, entraîneur. Je suis sûr que je pourrai compter sur le soutien de Chandradutt Daby, qui est plus qu’un ami pour moi.»


La Coupe des Présidents, Chandradutt Daby l’a déjà gagnée avec Mustang Manny
Chandradutt Daby a, samedi dernier, signé son premier succès dans une épreuve de groupe en tant qu’entraîneur. Pour un entraîneur qui débute il s'agit d'un petit exploit, surtout lorsqu'il ne possède pas beaucoup de chevaux. Mais La Coupe de Présidents, il la connaît bien car, en l’an 2000m, il avait mené Mustang Manny, un ancien cheval entraîné par Hugues Maigrot, à la victoire. Mustang Manny était le poids léger de la course avec 51 kg et il l’avait fait de bout en bout en résistant au retour de World Of Sport, piloté par Robbie Hill.
Avant de venir à la victoire de Kingmambo’s Legacy, Chandradutt Daby a souligné qu’à sa dernière sortie, son jockey d'alors avait hésité à prendre des initiatives, ce qui fait que son cheval n’avait pu fournir la performance à laquelle on s’attendait.
«Il aurait dû doubler Parachute Man et prendre position derrière Vettel et aussi forcer l’allure au début de la descente et non pas attendre les derniers 600m.»
Cette fois, la tactique a été autre.
« J’avais demandé à Dinesh Sooful de prendre les devants. On ne s’attendait pas à voir Dawn Raid opter aussi pour la même tactique. J’appréhendais quelque peu qu’il faiblisse en fin de parcours. Je pensais que Dinesh Sooful aurait dû le reprendre un peu plus quand il est passé en tête. Mais tout s’est bien passé et cela fait plaisir de remporter une course de Groupe 2 dès ma première saison.»
En ce qui concerne Tanjiro, on se souvient que Chandradutt Daby était très remonté envers Ioannis Poullis à l’issue de la dernière tentative de ce cheval.
«Il s’est montré mal inspiré. Il n’aurait pas dû demander un effort additionnel au cheval après avoir eu à travailler pour se retrouver en tête. Cette fois, j’ai demandé à Dinesh Sooful d’être patient. En fait, il s’est montré trop patient et aurait dû démarrer un peu plus tôt. Néanmoins, l’essentiel est que Tanjiro est parvenu à passer le but en premier.»
Pour ce qui est de ses autres engagés de la 30e journée, l’entraîneur pense que ces chevaux sont encore jeunes et immatures et qu’on devrait les revoir à un meilleur niveau en 2018.