Cela faisait un bout de temps que les couleurs de Patrick Merven n’avaient pas brillé dans une épreuve principale. En effet, son dernier succès à ce niveau remonte à la journée internationale 2015 par l’entremise de Donnie Brasco. Beat The Retreat a mis fin à cette disette à l’issue d’un finish déterminant qui incite à beaucoup d’optimisme pour la Princess Margaret Cup, qui demeure son principal objectif cette saison.
Malgré la sixième place acquise à ses débuts, Beat The Retreat n’avait pas été surclassé, n’échouant qu’à 2,75L d’Ernie, après avoir évolué en épaisseur sur tout le trajet. Le parcours rallongé correspondait plus à son gabarit et son récent vainqueur lui rendait 1,5 kg de plus cette fois. Dans le camp de Patrick Merven, on était confiant qu’il aurait réalisé une bonne performance.
« Déjà, il avait été l’auteur d’une bonne course à ses débuts face à de bons chevaux dans la Lightning Cup sur 950m, ce qui n’était pas l’idéal pour lui. Personnellement, je m’attendais à une très bonne performance de sa part. Jeudi matin à l’entraînement, Imran m’avait dit : Boss, if we get a good draw, we will be very hard to beat. Malheureusement, il a hérité de la neuvième ligne et cela a refroidi tout le monde », déclare l’entraîneur.
Sa ligne extérieure n’a finalement pas été une si mauvaise chose, car cela lui a permis de s’assurer d’évoluer en one off. « Ça avait l’air d’aller plus vite à l’extérieur. On a dit à Imran de le déboîter si jamais il se retrouvait sur le barres et de le garder à l’extérieur. Et avec sa mauvaise ligne, il n’avait pas de grosse marge. » Chisty plaça sa monture en huitième position et il fit un premier effort dans la dernière courbe avant de se donner à fond dans la ligne droite finale. Le light-weight Victory Team se montra plus accrocheur que prévu, tandis que le favori Ernie n’accéléra pas comme prévu. Beat The Retreat déploya, lui, ses belles foulées pour refaire du terrain à chaque foulée, avant de forcer la différence dans les derniers mètres.
Cela permet à Patrick Merven de renouer avec le succès dans une épreuve principale 20 mois après celle de Donnie Brasco, qui s’imposait avec Olivier Plaçais sur le dos lors de la journée internationale 2015. Avec cette victoire, l’entraîneur peut aborder la Princess Margaret Cup, la classique du sprint, avec plus de confiance. « Dans le paddock pour le seller, c’était un vrai cheval de course. Je faisais remarquer à Denis Le Breton et Imran qu’il serait un meilleur cheval après cette course. On s’attendait à des progrès de sa part par rapport à la course de ses débuts mais, en fait, son objectif c’était la Princess Margaret Cup, en espérant qu’on n’ait pas encore la neuvième ligne. Mais s’il fait comme ça avec un couloir extérieur, je serai content. »
Sur le papier, Varadiso et Nation Builder paraissaient les mieux placés pour améliorer le compteur de Patrick Merven à l’occasion de cette 21e journée, mais aucun des deux ne put confirmer sa récente victoire. Vu la présence de Megamuhti à son intérieur, Varadiso se contenta de suivre en deuxième position sur son arrière-main. Le going étant à cet endroit, selon son entourage, on croyait que Varadiso aurait fait une bouchée de ses adversaires dans la ligne droite finale, mais il demeura sans accélération.
Nation Builder obtint un parcours en or en sixième position sur les barres, alors que la course était lancée sur des bases élevées par The Tripster, mais lui également ne se montra pas aussi percutant que la dernière fois et se contenta d’une modeste cinquième place. Patrick Merven accordait aussi des chances à Gold Medalist, qu’il avait muni d’oeillères, mais le bel alezan désarçonna son cavalier alors qu’il se dirigeait derrière les stalles et fut retiré de la course.